Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Afrique

Les putschistes maliens acceptent un accord de transition politique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2012

Les militaires, à l'origine d'un coup d'État au Mali en mars dernier, ont accepté une période de transition politique d'un an, en vertu d'un accord signé dimanche avec la Cédéao et les autorités intérimaires de Bamako.

AFP - La période de transition au Mali après le coup d'Etat militaire du 22 mars est fixée à 12 mois, en vertu d'un accord conclu dimanche à Bamako par les putschistes, les autorités intérimaires de Bamako et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).
              

Cet accord a été signé par le capitaine Sanogo, le président malien par intérim Dioncounda Traoré, son Premier ministre Cheick Modibo Diarra et le ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé, un des médiateurs pour la résolution de la crise malienne, selon des sources dans l'entourage des putschistes et de la médiation de la Cédéao.
              
Les mêmes sources ont précisé à l'AFP que le décompte des douze mois de transition commencera après le délai constitutionnel de 40 jours d'intérim assuré par Dioncounda Traoré, qui va continuer de diriger le pays durant la transition.
              
M. Traoré, 70 ans, était président de l'Assemblée nationale jusqu'au renversement du régime d'Amadou Toumani Touré (ATT) par des militaires le 22 mars.
              
Les putschistes, dirigés par le capitaine Amadou Haya Sanogo, ont ensuite accepté de rendre le pouvoir aux civils aux termes d'un accord cadre avec la Cédéao. ATT a formellement démissionné et Dioncounda Traoré a été investi le 12 avril comme président par intérim, sans réussir à sortir le Mali de la crise née du putsch.
              
Lors d'un sommet le 26 avril à Abidjan, les chefs d'Etat de la Cédéao avaient annoncé avoir fixé la période de transition au Mali à douze mois, en appelant les putschistes à "retourner dans les casernes". Ces décisions du sommet avaient alors été rejetées par l'ex-junte militaire, qui ne s'est jamais véritablement mise à l'écart du pouvoir. Depuis, la Cédéao s'était gardée de préciser la durée du processus au Mali.


 

Première publication : 21/05/2012

  • MALI

    La Cédéao obtient que Dioncounda Traoré garde la tête de la transition

    En savoir plus

  • MALI

    L'ex-chef de la junte rejette les décisions de la Cédéao

    En savoir plus

  • AFRIQUE DE L'OUEST

    La Cédéao annonce l'envoi de forces militaires au Mali et en Guinée-Bissau

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)