Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

Afrique

Le président Traoré a été agressé par des manifestants

Vidéo par Serge Daniel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2012

Le président intérimaire malien Dioncounda Traoré a été agressé lundi, dans son bureau de Koulouba, près de Bamako, par des manifestants protestant contre sa désignation. Il serait rentré chez lui après une brève hospitalisation.

 

REUTERS - Le chef de l’Etat malien par intérim, Dioncounda Traoré, est sorti de l’hôpital lundi soir après avoir été agressé lors de l’occupation du palais présidentiel de Bamako par des centaines de manifestants qui s’est soldée par la mort de trois d’entre eux, a indiqué son entourage.
 
Le président aurait regagné sa résidence personnelle. On ignore dans l’immédiat s’il va revenir au palais présidentiel.
 
Blessé à la tête, Traoré avait été escorté à l’hôpital par le Premier ministre intérimaire et des gardes du corps, selon des témoins.   
 
« Il a été emmené d’urgence à l’hôpital (...) ils l’ont roué de coups et ont déchiré ses vêtements », a déclaré Bakary Mariko, porte-parole du Comité national pour le redressement et le rétablissement de l’Etat (CNRDRE), le nom officiel de la junte.
 
« Il s’agit d’une foule spontanée. On a relevé trois morts et plusieurs blessés parmi les manifestants. La sécurité de Dioncounda a tiré sur les gens », a-t-il dit, indiquant par téléphone que la foule avait quitté le palais en milieu d’après-midi.
 
Auparavant, des centaines de personnes avaient fait irruption dans le palais présidentiel en affirmant qu’ils n’en partiraient pas avant la démission du président Traoré, selon un correspondant de Reuters sur place.
 
Des manifestants ont déchiré des portraits du chef de l’Etat, dont ils réclament le remplacement par le capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir le 22 mars. Les militaires postés autour du palais de Koulouba n’ont rien fait pour les empêcher d’entrer.
 
Slogans hostiles à la Cédéao
 
Le capitaine Sanogo avait accepté ce week-end que le président Traoré reste au pouvoir pour un an afin de superviser la transition vers un pouvoir civil. Il s’était vu accorder en échange le statut et les privilèges réservés aux anciens chefs d’Etat.
 
« Il n’est pas question que Dioncounda reste à la tête du Mali », a déclaré un manifestant escaladant la colline sur laquelle se trouve perché le palais présidentiel.
 
D’après un journaliste de Reuters, l’un des ponts de Bamako qui enjambe le fleuve Niger a été bloqué par des pneus enflammés. Des manifestants ont également bloqué la circulation dans la capitale malienne.
 
Des slogans hostiles à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), qui a menacé de prendre des sanctions contre Sanogo s’il ne permet pas à Traoré de rester aux commandes, ont également été entendus. « La Cédéao ne devrait pas se mêler aux affaires du Mali », a affirmé un protestataire.
 
L’organisation régionale s’est engagée à dépêcher au Mali une force de 3.000 hommes pour l’aider à rétablir son autorité dans la moitié nord du pays, tombée le 22 mars aux mains des rebelles touaregs de l’Azawad et d’islamistes d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
 
En marge du sommet de l’Otan à Chicago, François Hollande a dénoncé lundi l’agression dont a été victime Dioncounda Traoré.
 
« C’est vrai que le Mali est déstabilisé, on ne peut pas accepter qu’il y ait une agression sur le président par intérim du Mali », a déclaré le président français.
 
« Je réaffirme ici que le processus qui a été voulu par la Cédéao doit être poursuivi et que les autorités légitimes doivent être respectées. Plus généralement, cette zone Sahel est très inquiétante, (...) ce qui revient du Mali est une nouvelle source d’interrogations », a-t-il ajouté.             

 

Première publication : 21/05/2012

  • MALI

    Les putschistes maliens acceptent un accord de transition politique

    En savoir plus

  • MALI

    La Cédéao obtient que Dioncounda Traoré garde la tête de la transition

    En savoir plus

  • MALI

    Les députés approuvent une loi prévoyant l'amnistie des putschistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)