Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

EUROPE

En Serbie, le choix de l'alternance signe la fin du "système Tadic"

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 22/05/2012

L'élection surprise du nationaliste Tomislav Nikolic à la tête de la Serbie, le 20 mai, face au démocrate Boris Tadic traduit une nette volonté de changement de la part des électeurs. France 24 revient sur les enjeux politiques de sa victoire.

Coup de théâtre sur la scène politique serbe. Tomislav Nikolic, outsider de l'élection présidentielle serbe et membre du Parti serbe du Progrès (SNS), a remporté dimanche 20 mai le scrutin présidentiel avec 50,21 % des voix contre 46, 77 % pour Boris Tadic du Parti démocrate (DS). Une surprise ? Si les sondages donnaient volontiers le chef du parti démocrate gagnant, de nombreux spécialistes de la région des Balkans n’envisageaient pourtant pas la défaite de Tomislav Nikolic.

Le contraire eût même été inattendu selon Jacques Rupnik, politologue français spécialiste des problématiques de l'Europe centrale et orientale.

Le scrutin très serré des législatives et du premier tour de l'élection présidentielle, le 6 mai, ne pouvait laisser présager une large victoire du candidat sortant. Comme ses homologues européens, Boris Tadic a fait les frais de la crise économique. "Une dizaine de gouvernements européens ont été congédiés depuis un an et demi. Boris Tadic se présentait pour la troisième fois, sa victoire aurait relevé du miracle" confie Jacques Rupnik à FRANCE 24. Selon l’observateur politique, il y avait également au second tour de l’élection un large report de voix possible, notamment celle des électeurs du parti socialiste qui ont la politique de Boris Tadic en horreur.

Enfin, le contexte économique et social, particulièrement difficile en Serbie, a profité au candidat de l’opposition. Alexis Troude, Directeur du département d’Études balkaniques rappelle à FRANCE 24 que la crise a durement frappé les Serbes, au point de diviser par deux leur niveau de vie. Le chômage est passé de 14 à 24 % en trois ans. Boris Tadic paye le prix fort d’une mandature de huit années au cours de laquelle il n’a pas réussi à redresser le pays. S’il est parvenu à obtenir pour la Serbie le statut de candidat à l’Union européenne, il n’a pas réussi à mettre fin à la corruption qui mine le pays, ni à réformer les structures administratives et judiciaires en profondeur.

Nationaliste, populiste, opportuniste

Au soir de son élection, Tomislav Nikolic rassurait déjà ses électeurs sur ses valeurs pro-européennes dans un communiqué officiel. "La Serbie maintiendra sa voie européenne" déclarait-il, bien qu’il n’ait pas toujours tenu ce discours. Issu de la mouvance ultranationaliste, Tomislav Nikolic a longtemps été un fervent opposant à l’Europe. Dorénavant, il peaufine son nouveau profil pro-européen, conscient que ses compatriotes sont très favorables à l’entrée de la Serbie dans l’Union européenne, même si son alliance avec un parti hostile à l’UE avant le second tour peut mettre en doute la sincérité de son engagement.

Qu’importe, Nikolic n'a pas mené une campagne basée sur l’Europe, mais sur les enjeux sociaux du pays. "Ce scrutin n'a pas porté sur qui conduira la Serbie vers l'UE, mais sur qui réglera les problèmes économiques créés par le Parti démocratique" déclarait-il le soir de son élection. Populiste, Nikolic a promis de prendre l’argent des riches pour le donner au pauvre, d’en finir avec le clientélisme qui sévit encore en province et de ramener la prospérité dans le pays. Le candidat du parti progressiste serbe a misé sur le mécontentement populaire, une stratégie payante.

Présidentielle serbe

Néanmoins, cet héritier du courant ultranationaliste est un ancien fidèle de Vojislav Seselj, aujourd’hui jugé à La Haye pour crimes de guerre. Un lourd passé à relativiser, selon Jacques Rupnik, qui considère que Nikolic appartient à l'"aile modérée du nationalisme serbe".

Un avenir meilleur pour la Serbie ?

En élisant Tomislav Nikolic, les Serbes ont voulu mettre fin à ce qu’ils appellaient le "système Tadic". Un choix de l’alternance qui sera aussi celui de la cohabitation. Pour Alexis Troude, le risque d’une vraie crise politique interne n’est pas à exclure. Les tensions entre le président et son gouvernement peuvent mettre à mal toute réforme. Tomislav Nikolic affirme notamment qu'il ne reconnaîtra jamais le Kosovo comme un État souverain. Et le nouvel élu ne semble avoir nullement l’intention de multiplier les signes d’apaisement, contrairement à son prédécesseur. "Il faut s’attendre à ce que Tomislav Nikolic soit très dur sur la question du Kosovo et qu’il remette à plat tout le processus de négociation jusque-là mené". Cette reconnaissance est toutefois une condition essentielle pour entrer au sein de l’Union européenne.

La victoire de Tomislav Nikolic à la présidence serbe ouvre une période d'incertitude politique dans la région des Balkans tout entière, car le nom du nouveau président est associé à la désintégration sanglante de l'ex-Yougoslavie. Certains analystes se veulent confiants dans l’avenir du pays à l’instar d’Alexis Troude. "Il faut laisser au pays le temps de trouver sa place dans les Balkans, puis dans l’Europe. Dans 10 ans, la Serbie ira mieux".

Première publication : 21/05/2012

  • SERBIE

    Le nationaliste Tomislav Nikolic remporte l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • EX-YOUGOSLAVIE

    Le procès de Ratko Mladic est ajourné sine die

    En savoir plus

  • SERBIE

    Le candidat nationaliste accuse son rival Boris Tadic de fraude électorale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)