Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 21/05/2012

Syrie : la mission d’observation de l’ONU remise en question

Des citoyens syriens remettent en question la mission d’observation de l’ONU dans le pays. Les internautes se mobilisent pour un activiste bahreïni en grève de la faim depuis plus de 100 jours. Et un petit programme permet de faire disparaître tous les textes du web.

Syrie : la mission d’observation de l’ONU remise en question

Rastane sous les bombes… Ces images auraient été tournées ces derniers jours dans ce bastion des rebelles de l’armée syrienne libre qui tentent de défendre la ville contre les assauts des forces du régime de Damas. En Syrie, le cessez-le-feu entré en vigueur il y a plus d’un mois est violé quotidiennement malgré la présence dans le pays d’observateurs de l’ONU.

L’incapacité de la mission des Nations Unies à faire cesser les violences a été illustrée, la semaine dernière, par deux vidéos amateurs qui ont largement été relayées sur Internet. La première aurait été filmée mardi lors d’un rassemblement funéraire à Khan Cheikhoun. Elle montre un observateur des Nations Unies ramper à terre pour échapper aux balles tirées par les forces de sécurité, avant d’être secouru par des civils.

La deuxième témoignerait quant à elle de la manifestation qui s’est déroulée vendredi à l’université d’Alep. Des images sur lesquelles on voit des étudiants se faire passer à tabac par des hommes en uniforme, sous le regard impuissant d’un émissaire de l’ONU calfeutré dans une voiture.

La mission d’observation est donc de plus en plus décriée, comme le montrent ces banderoles déployées lors de manifestations organisées récemment à travers le pays. À Al-Qusayr, les habitants ont ainsi demandé aux observateurs de ne plus revenir, leur dernière visite dans la région ayant semble-t-il été suivie d’une violente campagne de répression.

Et outre leur incapacité à enrayer les violences, c’est également l’attitude des « bérets bleus » qui est critiquée. Certains les accusent en effet de ne pas travailler avec les activistes sur le terrain. Dans cette vidéo tournée à Deraa, l’un d’entre eux refuserait ainsi de répondre aux questions d’un militant de l’opposition.

 

Un activiste bahreïni en grève de la faim depuis plus de 100 jours

Cela fait maintenant plus de 100 jours que l’activiste bahreïni Abdulhadi al-Khawaja est en grève de la faim pour protester contre son incarcération et contre les violations des droits de l’homme perpétrées par les autorités de son pays. Condamné à la prison à vie en juin pour avoir participé à des manifestations anti-gouvernementales, al-Khawaja est devenu un des symboles du combat mené depuis un an par les opposants au régime à Bahreïn pour obtenir des réformes politiques dans le petit royaume.

Les internautes sont en effet nombreux à apporter leur soutien à l’activiste emprisonné et à réclamer sa libération immédiate à travers des messages publiés sur les réseaux sociaux. Des messages qui soulignent notamment le courage incroyable d’un homme prêt à mourir pour défendre ses idées et qui a choisi la forme de protestation la plus pacifique possible en décidant de ne plus s’alimenter pour faire entendre sa voix.

Mais si une large partie des utilisateurs applaudit la volonté inébranlable d’al-Khawaja de poursuivre son combat, certains s’inquiètent néanmoins pour son état de santé. C’est le cas, entre autres, d’Elaine Murtagh qui fait partie d’une organisation européenne de défense des droits de l’Homme à Bahreïn et qui accuse, sur son compte Twitter, les autorités du royaume de torturer l’activiste emprisonné en l’alimentant de force. Des propos en partie corroborés par l’avocat d’al-Khawaja qui, après avoir pu lui rendre visite récemment, affirme que son client est régulièrement victime de mauvais traitements mais qu’il reste malgré tout plus déterminé que jamais.

En attendant une éventuelle libération, les citoyens du monde entier sont invités à poursuivre leur mobilisation en faveur d’al-Khawaja et peuvent, par exemple, lui apporter leur soutien en envoyant, sur cette page Facebook dédiée à l’activiste bahreïni, des photos sur lesquelles ils tiennent une affiche appelant le régime à mettre au plus vite un terme à sa détention.


Le web sans aucun mot

En un clic, faire de la Toile un vaste livre d’images dénué de tout texte. C’est ce que propose un petit code créé par Ji Lee, un employé de Facebook, en collaboration avec le programmateur Cory Forsyt. Pour cela, il faut d’abord se rendre sur le site Wordless Web et glisser ce bouton dans la barre des liens favoris de son navigateur web. Il suffit ensuite de cliquer dessus en surfant sur la Toile pour voir tous les mots de la page disparaître comme par magie pour un moment de calme dans le brouhaha du web.

 

Concours de danse en ligne pour l’Euro 2012

A l’occasion de l’Euro 2012 de football, un des sponsors de l’événement, le constructeur automobile Kia, organise un concours de danse en ligne. Pour y participer et avoir la chance de remporter des billets pour assister à un match de la compétition, il suffit de se filmer en train de danser sur le morceau « I can’t stop » de Flux Pavillon puis d’envoyer la vidéo sur la page Facebook du concours où des dizaines de démonstrations sont dores et déjà disponibles.

 

La vidéo du jour

S’implanter quatre petits aimants dans le bras pour pouvoir y fixer son lecteur MP3 sans avoir besoin d’un bracelet… c’est l’idée complètement folle qu’a eue Dave Hurban, un artiste tatoueur du New Jersey aux Etats-Unis, qui propose de revivre l’opération et de découvrir le résultat final dans cette vidéo. Une initiative pour le moins surprenante qui démontre néanmoins que le jeune homme a véritablement la musique dans la peau !

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/09/2014 Réseaux sociaux

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

Au sommaire de cette édition : les jeunes internautes iraniens contournent massivement la censure en ligne; au Kenya, les mauvais parents sont dénoncés sur Facebook; et un...

En savoir plus

17/09/2014 Réseaux sociaux

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

Au sommaire de cette édition : Wikileaks dénonce des pays ayant recours à des logiciels espions pour surveiller la Toile; en Angleterre, un projet de « zoo humain » choque les...

En savoir plus

16/09/2014 Réseaux sociaux

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

Au sommaire de cette édition : la Toile appelle les médias à censurer les vidéos de l’organisation de l’Etat islamique; la tendance du « Book Bucket Challenge » déferle sur le...

En savoir plus

13/09/2014 Réseaux sociaux

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

Et si l'avenir du journalisme d'investigation passait par le web ? "Enquête ouverte" est le premier site français qui utilise le "crowdsourcing" pour recueillir de nouvelles...

En savoir plus

15/09/2014 Réseaux sociaux

La Toile réagit à l'exécution de David Haines

Au sommaire de cette édition : la Toile fait part de son émotion après l’exécution de David Haines; les responsables politiques philippins sont invités à prendre les transports...

En savoir plus