Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'AIEA évoque un accord prochain avec Téhéran sur son programme nucléaire

Vidéo par Anthony SAINT-LÉGER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2012

Un accord sera conclu sous peu entre l'Iran et les grandes puissances occidentales, a annoncé mardi le directeur général de l'AIEA, à la veille de la reprise des négociations multilatérales sur le programme nucléaire de Téhéran.

AFP - Les grandes puissances et l'Iran se réuniront mercredi à Bagdad dans l'espoir d'enrayer l'escalade de la crise autour du programme nucléaire iranien, mais l'annonce mardi d'un "accord" à ce sujet entre Téhéran et l'AIEA a été fraîchement accueillie par Israël.
              
L'annonce de cet accord a été faite mardi matin par le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Yukiya Amano, de retour d'une visite à Téhéran. Cette "décision", qui vise à lever les incertitudes sur la nature du programme nucléaire iranien est un "développement important", a-t-il ajouté.
              
Mais contrairement aux espoirs initiaux de certains diplomates avant sa visite, l'accord n'a pas été signé: il doit l'être "prochainement", a promis M. Amano. Selon un diplomate occidental, la visite de M. Amano n'a pas permis de "percée". La visite paraît même décevante selon un autre, qui a toutefois indiqué que de nouvelles réunions à Vienne mardi donneraient une "idée plus claire" du tableau.
              

Mais Israël s'est dit dès mardi "très sceptique" sur l'accord. "Nous avons vu comment des accords passés entre l'AIEA et l'Iran étaient violés de manière flagrante par l'Iran", a affirmé à l'AFP un officiel israélien sous le couvert de l'anonymat.
              
"L'Iran cherche toujours à détruire Israël et menace la paix mondiale", avait accusé lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en plaidant pour que les négociateurs ne fassent "aucune concession à l'Iran" à Bagdad.
              
Les discussions de mercredi doivent y réunir l'Iran et le groupe "5+1" (les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU: Etats-Unis, Russie, Chine, France, et Grande-Bretagne, plus l'Allemagne).
              
Une certaine incertitude pèse toutefois sur le calendrier de la réunion en raison d'une tempête de sable qui a provoqué la fermeture de l'aéroport de Bagdad pour une durée indéterminée. Le chef des négociateurs iraniens Saïd Jalili est déjà sur place mais l'arrivée des autres délégations pourrait être perturbée.
              
Les discussions vont devoir se "concentrer sur de la substance concrète. La balle est dans le camp des Iraniens. C'est à eux de faire le premier pas", a prévenu lundi un diplomate européen à Bruxelles, soulignant que "le temps est compté".
              
Le grandes puissances devraient tenter de convaincre l'Iran de suspendre son enrichissement à 20% et de se soumettre à des visites plus poussées de l'AIEA via la mise en oeuvre du protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).
              
"Seule la mise en oeuvre complète du protocole additionnel pourrait rétablir la confiance", estime Bruno Tertrais, chercheur à la Fondation pour la Recherche stratégique à Paris.
              
L'AIEA souhaite aussi que Téhéran apporte des réponses au rapport qu'elle a publié en novembre, dans lequel figure une série d'éléments indiquant que l'Iran a travaillé à la mise au point de l'arme atomique jusqu'en 2003 et, peut-être, ensuite.
              
L'Iran de son côté pourrait être déçu s'il espère un allègement des sanctions en échange de concessions sur ces points: il devrait au mieux espérer une promesse --conditionnelle-- de ne pas s'en voir imposer de nouvelles.   
              
Depuis l'élection de Barack Obama à la présidence américaine il y a plus de trois ans, l'Iran a considérablement élargi l'éventail de ses activités nucléaires, se mettant même à enrichir de l'uranium à 20%, et se rapprochant d'autant du niveau de 90% nécessaire à la fabrication d'armes.
              
De son côté, le Conseil de sécurité de l'ONU a accru les pressions sur une économie iranienne déjà en proie à la récession et l'inflation. Et pour M. Obama, en quête de réélection en novembre face à un concurrent républicain qui l'accuse de mollesse face à l'Iran, une avancée du dossier serait tout bénéfice.
              
Quoiqu'il en soit, rien ne garantit que les deux camps en arrivent à l'échange de promesses fermes, souligne un diplomate. Même si les discussions se passent bien, les résultats pourraient ne pas être "tangibles".
              
Ils pourraient en réalité se résumer à un accord sur la tenue à un rythme régulier de discussions de travail techniques. Mais même un tel processus exigerait deux éléments cruciaux: la patience et la confiance.
             
 

Première publication : 22/05/2012

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'Iran et l'AIEA satisfaits de leurs discussions à la veille d'une réunion cruciale

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Entre l'Iran et Israël, l'heure est à l'apaisement

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Les négociations entre l'Iran et les grandes puissances se poursuivront le 23 mai à Bagdad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)