Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

SCIENCES

SpaceX lance sa capsule Dragon avec succès

Vidéo par Ben BARNIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2012

SpaceX a lancé avec succès le vaisseau Dragon vers la Station spatiale internationale depuis la base de Cap Canaveral, en Floride. Si l'accostage réussit, il s'agira du premier vaisseau d'une société privée à s'amarrer à l'ISS pour livrer du fret.

AFP - La société américaine SpaceX a lancé avec succès mardi de Floride sa capsule Dragon avec la fusée Falcon 9, pour le premier vol d'un vaisseau privé vers la Station spatiale internationale (ISS) qui devrait marquer le début d'une nouvelle ère dans le transport orbital.

Falcon s'est arrachée de son pas de tir de la base aérienne de Cap Canaveral près du Centre Spatial Kennedy (Floride, sud-est) à 03H44 du matin (07H44 GMT), éclairant une partie de la nuit tel un petit soleil en s'élevant au-dessus de l'Atlantique.

Samedi avant l'aube, le lancement de Dragon avait été annulé à la dernière seconde en raison de la défaillance d'une valve dans un des neuf moteurs du premier des deux étages du lanceur que les techniciens ont réparée le soir même.

Dix minutes après le décollage, Dragon s'est séparée comme prévu du deuxième étage de Falcon 9 pour atteindre l'orbite terrestre, déclenchant des applaudissements dans le centre de contrôle de SpaceX ainsi qu'au Centre Spatial Kennedy.

Une minute après, la capsule non habitée de 6 tonnes, de 5,9 mètres de hauteur et 3,6 mètres de diamètre, a déployé ses deux antennes solaires avant d'entamer sa course poursuite avec l'ISS dont elle devrait s'approcher jeudi avant de s'y amarrer en principe vendredi à 12H06 GMT.

Elon Musk, 40 ans, fondateur et patron milliardaire de SpaceX, s'est félicité sur twitter du lancement: "Falcon a volé parfaitement, Dragon est sur orbite et les antennes solaires fonctionnent, je sens comme un énorme soulagement", dit-il.

En cas d'un accostage réussi, il s'agira du premier vaisseau d'une société privée à s'amarrer à l'ISS pour livrer du fret, ce que seules quatre nations ou groupe de nations ont fait jusqu'à présent (Etats-Unis, Russie, Japon et l'Europe).

Si tous les tests d'approche et manoeuvres que doit effectuer Dragon avant de pouvoir s'approcher de l'ISS sont concluants, notamment un survol à 2,5 km de distance, elle sera autorisée par la Nasa à s'amarrer à la Station.

Pour l'amarrage, Dragon sera tout d'abord saisie par le bras robotisé de la Station manoeuvré par deux des six astronautes à bord.

Pour cette première mission de démonstration, Dragon livrera 521 kilos de fret à l'ISS, dont des aliments et du matériel de laboratoire, et ramènera sur Terre 660 kilos d'expériences scientifiques et d'équipements.

Elle se désamarrera de la Station le 31 mai pour entamer son retour sur Terre en amérissant dans le Pacifique, au large de la Californie.

Il s'agit du troisième vol d'essai de Falcon 9, déjà lancée avec succès à deux reprises, la première fois en juin 2010 puis en décembre 2010, mettant alors sur orbite Dragon, revenue sur Terre sans encombre, une première pour un vaisseau privé.

La Nasa mise beaucoup sur le succès de SpaceX car elle compte sur le secteur privé, avec qui elle a formé des partenariats, pour prendre la relève de la navette spatiale dont la dernière a volé en juillet 2011, et transporter dès 2012 et à moindre coût du fret vers l'ISS, puis des astronautes vers 2015.

Selon un contrat de 1,6 milliard de dollars avec la Nasa, SpaceX, créée en 2002, doit effectuer douze missions de livraison de fret en quatre ans.

La Nasa a également conclu un contrat de 1,9 milliard avec Orbital Sciences Corporation pour acheminer du fret à l'ISS. Cette firme effectuera son premier vol d'essai plus tard cette année.

SpaceX, Boeing, Sierra Nevada et Blue Origin, ont reçu des fonds de la Nasa pour développer un vaisseau privé de transport de personnes vers la Station.

Pour l'heure, les Etats-Unis dépendent des Soyouz russes pour acheminer leurs astronautes à l'ISS au prix de 63 millions le siège.

Pour le fret, ils sont dépendants des vaisseaux automatiques russe Progress, européen ATV et japonais HTV qui ne peuvent pas revenir dans l'atmosphère.
 

Première publication : 22/05/2012

  • ESPACE

    Le lancement de la fusée Falcon 9 reporté en raison d'un problème moteur

    En savoir plus

  • ESPACE

    La société privée SpaceX envoie sa première capsule dans l'espace

    En savoir plus

  • AÉROSPATIAL

    Lancement réussi pour Vega, nouvelle fusée européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)