Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls défend sa ligne à l'université d'été du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

EUROPE

La Lettonie sous la menace d'un désastre démographique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2012

Depuis l'adhésion de la Lettonie à l'Union européenne, les jeunes Lettons n'ont qu'une idée en tête : quitter le pays. Face à la baisse préoccupante de la population, le gouvernement a fait de la natalité et du retour de la diaspora une priorité.

AFP - Une blague sur la fuite de cerveaux qui partent vers les pays anglo-saxons fait rire bien des Lettons, mais les experts de ce pays balte ont de quoi s'inquiéter et n'hésitent pas à parler d'un "désastre démographique" en perspective.

"En 2030 le dernier Letton éteindra la lumière à l'aéroport de Riga, c'est la blague qui circule", raconte Aldis Austers, président de l'Association des Lettons en Europe, une ONG des Lettons vivant en dehors de cette ancienne république soviétique devenue indépendante en 1990.

Les chiffres sont impitoyables: la population du pays est passée de 2,2 millions d'habitants en 2000 à 2 millions l'année dernière.

Si rien n'est fait pour arrêter l'exode, la population lettone pourrait tomber en 2030 à 1,6 million d'habitants, selon un pronostic gouvernemental.

Le pays voit ainsi sa population vieillir, explique Mihails Hazans, professeur à l'Université de Lettonie.

"La majorité des émigrants lettons sont jeunes. Environ 80% d'entre eux n'ont pas 35 ans, d'où un vieillissement plus rapide de la population sur place", souligne-t-il en parlant de "désastre démographique".

Peu de chances de voir ces jeunes émigrés revenir au bercail, selon M. Hazans. "En trois ans, le pourcentage de Lettons souhaitant revenir dans leur pays dans un proche avenir est passé de 10% à 3%", explique-t-il.

La Grande-Bretagne et l'Irlande restent les destinations préférées d'émigration depuis l'adhésion de la Lettonie à l'UE en 2004. L'exode a atteint son record quand le pays a basculé en 2008-2009 dans la plus grave crise depuis l'indépendance, l'économie lettone se contractant de 25% et le taux de chômage grimpant à 20% de la population active.

Pour Inna Steinbuka, représentante de la Commission européenne à Riga, la fuite de cerveaux "n'est plus une menace, mais un fait réel".

Le ministre de l'Economie Daniels Pavluts ne cache pas non plus son inquiétude.

"En 2020, la population en âge de travailler va baisser de 15%, alors que la demande pour la main d'oeuvre due à la croissance économique augmentera de 10%", explique-t-il à l'AFP.

Selon lui, il est "prioritaire pour le pays" d'arrêter cette tendance et de faire revenir la diaspora lettonne. "Attirer de la main d'oeuvre étrangère devrait être une solution de dernier recours", estime-t-il.

Le Premier ministre Valdis Dombrovskis a mis en place une cellule spéciale pour encourager l'amélioration de la natalité et le retour des spécialistes au pays.

Un meilleur accès aux crèches et le financement de programmes favorisant la fécondité figurent parmi ses priorités. Pour encourager le retour de scientifiques lettons émigrés, M. Dombrovskis souhaite utiliser notamment des fonds européens.

"Mais la principale raison de l'exil c'est la situation économique: chômage et manque d'emplois bien rémunérés. Nous devons nous y concentrer avant tout, pour résoudre le problème de l'émigration", déclare le Premier ministre à l'AFP.

Le problème touche les familles lettonnes et surtout les enfants qui en souffrent en premier lieu.

"Quand les parents vont travailler à l'étranger, leurs enfants sont souvent laissés seuls, en proie à des stress fatals pour leur personnalité", explique Dace Beinare, une éducatrice de SOS Villages d'enfants, une association mondiale qui s'occupe d'orphelins.

"De nombreux enfants sont confiés à leurs grands-parents, ce qui signifie en fait qu'ils sont abandonnés. C'est une forme de violence. Ils sont forcés à prendre des responsabilités qu'ils sont incapables d'assumer à leur âge", explique-t-elle à l'AFP.

"Leurs problèmes psychologiques deviendront dans l'avenir ceux de la société toute entière: les problèmes de santé, les troubles psychologiques et le mal à s'adapter à la société, ainsi que le manque de confiance en soi et en ses propres qualités", souligne-t-elle.

Première publication : 22/05/2012

COMMENTAIRE(S)