Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

La sortie de crise mise en danger par l'agression du président Traoré

©

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2012

Après l'agression du président par intérim Dioncounda Traoré, condamnée aussi bien à l'étranger que par les différents partis maliens, la question de la sécurité du chef de l’État fait débat. La Cédéao envisage de déployer des hommes.

 AFP - Le président malien par intérim Dioncounda Traoré devait prendre mardi les rênes de la transition dans un pays profondément divisé, au lendemain de son agression par des manifestants opposés à son maintien au pouvoir qui risque de compliquer la tâche immense qui l'attend.

L'agression de M. Traoré dans son bureau à Bamako, au lendemain d'un accord prévoyant qu'il dirige la transition pour un an, a été unanimement condamnée à l'étranger et au Mali, y compris par l'ex-junte militaire au pouvoir qui s'était opposée à lui, et a soulevé la question de la sécurité du chef de l'Etat.



Le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR, opposé au coup d'Etat ayant renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré), s'étonne ainsi "que des mesures de sécurité appropriées n'aient pas été prises pour protéger le palais présidentiel et le président de la République devant l'avancée des manifestants hostiles".

Les manifestants ont réussi à briser une grille du complexe présidentiel de Koulouba, malgré la présence d'une centaine de gardes nationaux, mais surtout, plusieurs d'entre eux sont parvenus à accéder au bureau du chef de l'Etat qu'ils ont frappé suffisamment fort pour qu'il soit hospitalisé plusieurs heures.

Les soldats ont vainement tenté à certains endroits d'empêcher le passage des manifestants, dont l'un a été grièvement blessé et six plus légèrement, indique-t-on de source hospitalière.

Les examens médicaux de M. Traoré, blessé au visage et au dos, n'ont révélé aucune lésion grave et, selon un membre de sa famille, "il marche seul, est en possession de toutes ses facultés, mais est un peu fatigué".

Agé de 70 ans, Dioncounda Traoré, n'a pas parlé depuis cette agression, mais, malgré le traumatisme subi, il a l'intention d'assumer ses fonctions de président de transition pendant 12 mois, conformément à l'accord qu'il a signé dimanche avec les dirigeants de l'ex-junte et les médiateurs d'Afrique de l'Ouest.

Un accord en partie obtenu en échange du statut d'ex-président donné au chef des auteurs du coup d'Etat, le capitaine Amadou Haya Sanogo, dont les hommes restent omniprésents à Bamako et qui se serait bien vu lui-même à la tête de la transition.

"Campagne de haine"


"Démissionner actuellement, ce serait faire le jeu de ceux qui n'aiment pas le Mali", a déclaré un des conseillers de M. Traoré.

Son Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, a appelé au calme, surtout les jeunes ausquels il a demandé de "mettre fin aux marches" dans les rues de Bmako.

Le FDR a estimé que l'agression "est l'aboutissement de la campagne de haine et d'apologie du crime entretenue depuis plusieurs semaines sur un certain nombre des radios FM privées et par des acteurs de la scène politique et de la société civile".

Le parti de M. Traoré, l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma), a estimé que son agression "met gravement en cause les services de sécurité de l'Etat maliens et certains responsables, tant politiques que de la société civile". Il parle de "complicité" entre des "groupes incontrôlés" et "ceux qui ont la charge de notre sécurité à tous".

Des allusions claires aux organisations favorables au putsch du 22 mars qui ont accusé M. Traoré d'être un pur produit du régime renversé et qui avaient appelé à manifester contre son maintien au pouvoir, rassemblant lundi plusieurs milliers de personnes à Bamako.

A Abidjan, l'ambassadeur de France à l'ONU Gérard Araud, a déclaré que l'agression de M. Traoré a "mis considérablement en danger" la sortie de crise au Mali malgré les efforts de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

"Il faudrait peut-être considérer maintenant d'autres voies", a-t-il ajouté, le ministre ivoirien des Affaires étrangères Daniel Kablan Duncan, estimant lui qu'on "ne peut pas continuer comme ça" et promettant des "mesures" rapides.

L'une d'elles est le déploiement d'une force militaires ouest-africaine de 3.000 hommes pour assurer la sécurité des instances de la transition. Pour l'instant en attente, cette force est prête à partir au Mali, dès que les autorités du pays en feront la demande.

L'agression de M. Traoré montre qu'il y a urgence à le protéger, lui et son gouvernement, pour qu'ils puisssent mener leur mission, en particulier tenter d'otenir un accord avec les groupes armés, dont des islamistes, qui occupent et contrôlent le nord du pays depuis près de deux mois.

 

"Le Président Traoré se porte nettement mieux"

Première publication : 22/05/2012

  • MALI

    Le Mali à nouveau dans l'impasse

    En savoir plus

  • MALI

    Le Premier ministre appelle au calme après l'agression du président Traoré

    En savoir plus

  • MALI

    Les putschistes maliens acceptent un accord de transition politique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)