Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou out : pas de quartiers"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Gloire et décadence de Travis Kalanick, patron d'Uber

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Démission forcée du PDG d'Uber : quelles conséquences pour le groupe ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Politique française : faites vos jeux, rien ne va plus !

En savoir plus

LE DÉBAT

Gouvernement Philippe 2 : quels changements ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kurdistan irakien : le référendum d'indépendance, "une décision irréversible"

En savoir plus

FOCUS

Crise diplomatique dans le Golfe : les raisons de la colère

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Ava", un premier film solaire sur l’adolescence

En savoir plus

Afrique

Le Premier ministre appelle au calme après l'agression du président Traoré

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2012

Après l'agression, lundi, du président Dioncounda Traoré, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra a appelé au calme et dénoncé la violence des manifestations. Des milliers de Maliens ont contesté la nomination, pour un an, du président intérimaire.

 AFP - Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a appelé lundi soir au calme, déplorant l'agression du président Dioncounda Traoré par des manifestants hostiles à son pouvoir qui l'ont blessé sans mettre sa vie en danger.

"Ce qui s'est passé aujourd'hui se passe dans un pays sans loi, ce n'est pas digne du nôtre", a affirmé M. Diarra dans des déclarations en langue bambara à l'antenne de la télévision publique ORTM, dans une allusion aux manifestations marquées par des violences, dont l'agression de Dioncounda Traoré à Koulouba, près de Bamako, où le président intérimaire a ses bureaux.



"Le Mali ne mérite pas cela, nous les Maliens, nous ne méritons pas cela. (...) J'appelle les populations, notamment les jeunes, à mettre fin aux marches", a-t-il lancé, évoquant des saccages pendant les manifestations, ainsi que d'autres actes qu'il affirme s'interdire d'évoquer par pudeur.

Des milliers de manifestants ayant répondu à l'appel d'organisations et d'associations favorables aux auteurs du coup d'Etat militaire du 22 mars au Mali ont marché lundi à Bamako et Koulouba, protestant contre le maintien au pouvoir de Dioncounda Traoré pour une transition d'un an, en vertu d'un accord conclu dimanche avec l'Afrique de l'Ouest et les putschistes.

Selon les témoignages, certains manifestants ont pu, en dépit de la présence de membres de la Garde nationale, pénétrer dans le bureau de M. Traoré où ils l'ont frappé et blessé.

Le président intérimaire a été brièvement admis aux urgences, avec "une blessure au visage et une au dos" selon un infirmer. "Il a passé un scanner qui a révélé qu'il n'y a pas de lésion grave", a déclaré à l'AFP le médecin qui s'est occupé de l'examen. Selon la même source, M. Traoré a ensuite quitté l'hôpital à bord d'une voiture vers un lieu "sécurisé".
 

"Le Président Traoré se porte nettement mieux"

Première publication : 22/05/2012

  • MALI

    Les putschistes maliens acceptent un accord de transition politique

    En savoir plus

  • MALI

    La Cédéao obtient que Dioncounda Traoré garde la tête de la transition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)