Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

Afrique

Le Premier ministre appelle au calme après l'agression du président Traoré

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2012

Après l'agression, lundi, du président Dioncounda Traoré, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra a appelé au calme et dénoncé la violence des manifestations. Des milliers de Maliens ont contesté la nomination, pour un an, du président intérimaire.

 AFP - Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a appelé lundi soir au calme, déplorant l'agression du président Dioncounda Traoré par des manifestants hostiles à son pouvoir qui l'ont blessé sans mettre sa vie en danger.

"Ce qui s'est passé aujourd'hui se passe dans un pays sans loi, ce n'est pas digne du nôtre", a affirmé M. Diarra dans des déclarations en langue bambara à l'antenne de la télévision publique ORTM, dans une allusion aux manifestations marquées par des violences, dont l'agression de Dioncounda Traoré à Koulouba, près de Bamako, où le président intérimaire a ses bureaux.



"Le Mali ne mérite pas cela, nous les Maliens, nous ne méritons pas cela. (...) J'appelle les populations, notamment les jeunes, à mettre fin aux marches", a-t-il lancé, évoquant des saccages pendant les manifestations, ainsi que d'autres actes qu'il affirme s'interdire d'évoquer par pudeur.

Des milliers de manifestants ayant répondu à l'appel d'organisations et d'associations favorables aux auteurs du coup d'Etat militaire du 22 mars au Mali ont marché lundi à Bamako et Koulouba, protestant contre le maintien au pouvoir de Dioncounda Traoré pour une transition d'un an, en vertu d'un accord conclu dimanche avec l'Afrique de l'Ouest et les putschistes.

Selon les témoignages, certains manifestants ont pu, en dépit de la présence de membres de la Garde nationale, pénétrer dans le bureau de M. Traoré où ils l'ont frappé et blessé.

Le président intérimaire a été brièvement admis aux urgences, avec "une blessure au visage et une au dos" selon un infirmer. "Il a passé un scanner qui a révélé qu'il n'y a pas de lésion grave", a déclaré à l'AFP le médecin qui s'est occupé de l'examen. Selon la même source, M. Traoré a ensuite quitté l'hôpital à bord d'une voiture vers un lieu "sécurisé".
 

"Le Président Traoré se porte nettement mieux"

Première publication : 22/05/2012

  • MALI

    Les putschistes maliens acceptent un accord de transition politique

    En savoir plus

  • MALI

    La Cédéao obtient que Dioncounda Traoré garde la tête de la transition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)