Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

Afrique

Le Premier ministre appelle au calme après l'agression du président Traoré

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2012

Après l'agression, lundi, du président Dioncounda Traoré, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra a appelé au calme et dénoncé la violence des manifestations. Des milliers de Maliens ont contesté la nomination, pour un an, du président intérimaire.

 AFP - Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a appelé lundi soir au calme, déplorant l'agression du président Dioncounda Traoré par des manifestants hostiles à son pouvoir qui l'ont blessé sans mettre sa vie en danger.

"Ce qui s'est passé aujourd'hui se passe dans un pays sans loi, ce n'est pas digne du nôtre", a affirmé M. Diarra dans des déclarations en langue bambara à l'antenne de la télévision publique ORTM, dans une allusion aux manifestations marquées par des violences, dont l'agression de Dioncounda Traoré à Koulouba, près de Bamako, où le président intérimaire a ses bureaux.



"Le Mali ne mérite pas cela, nous les Maliens, nous ne méritons pas cela. (...) J'appelle les populations, notamment les jeunes, à mettre fin aux marches", a-t-il lancé, évoquant des saccages pendant les manifestations, ainsi que d'autres actes qu'il affirme s'interdire d'évoquer par pudeur.

Des milliers de manifestants ayant répondu à l'appel d'organisations et d'associations favorables aux auteurs du coup d'Etat militaire du 22 mars au Mali ont marché lundi à Bamako et Koulouba, protestant contre le maintien au pouvoir de Dioncounda Traoré pour une transition d'un an, en vertu d'un accord conclu dimanche avec l'Afrique de l'Ouest et les putschistes.

Selon les témoignages, certains manifestants ont pu, en dépit de la présence de membres de la Garde nationale, pénétrer dans le bureau de M. Traoré où ils l'ont frappé et blessé.

Le président intérimaire a été brièvement admis aux urgences, avec "une blessure au visage et une au dos" selon un infirmer. "Il a passé un scanner qui a révélé qu'il n'y a pas de lésion grave", a déclaré à l'AFP le médecin qui s'est occupé de l'examen. Selon la même source, M. Traoré a ensuite quitté l'hôpital à bord d'une voiture vers un lieu "sécurisé".
 

"Le Président Traoré se porte nettement mieux"

Première publication : 22/05/2012

  • MALI

    Les putschistes maliens acceptent un accord de transition politique

    En savoir plus

  • MALI

    La Cédéao obtient que Dioncounda Traoré garde la tête de la transition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)