Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Six pirates présumés jugés à Paris pour l'attaque du Ponant

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/05/2012

Le procès de six pirates présumés somaliens s'est ouvert ce mardi à Paris. Ils sont poursuivis pour la prise d'otages de l'équipage du voilier Le Ponant, en 2008, dans le Golfe d'Aden. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

AFP - "Je ne suis pas un pirate!": cinq des six Somaliens accusés d'avoir pris en otage pendant une semaine, en avril 2008, l'équipage français du voilier Le Ponant ont clamé leur innocence mardi, à l'ouverture de leur procès aux assises de Paris.
              
Agés de 25 à 50 ans, ces six hommes ont décliné par le biais de deux interprètes leurs identités et professions: quatre pêcheurs, un chauffeur de taxi, un comptable dans une société de pêche.
              
Tous ont été interpellés à terre par l'armée française après la libération des otages, et sont en détention provisoire depuis quatre ans en France.
              
Poursuivis pour enlèvement et séquestration ainsi que vol en bande organisée, ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité.
              
Un seul reconnaît avoir participé à l'abordage du luxueux trois-mâts de 88 mètres de long, le 4 avril 2008 à l'entrée du golfe d'Aden, et à la surveillance des 30 membres d'équipages jusqu'à leur libération contre une rançon de 2,15 millions de dollars, une semaine plus tard.
              
Quand il a été abordé, Le Ponant se rendait sans passagers des Seychelles au Yémen où il devait embarquer des clients pour une croisière. Les pirates avaient obligé l'équipage à mettre le cap vers la Somalie.
              
"J'ai reconnu ce que j'ai fait et je répondrai à toutes les questions", a déclaré Ismaël Ali Samatar, demandant "pardon" à l'équipage et leurs familles, à sa propre famille et "au peuple français".
              
Mais ses cinq co-accusés se sont tous dits innocents. "Je ne suis pas un pirate", a déclaré Abdullahi Youssouf Hersi, chauffeur de taxi. Il a expliqué que son véhicule étant en panne, il avait accepté pour 100 dollars US de prendre le volant d'un 4X4 pour conduire cinq personnes qu'il ne connaissait pas dans un village.
              
Ce 4X4 avait été intercepté le 11 avril par l'armée française qui avait pris en chasse les pirates ayant fui avec la rançon. A son bord se trouvait les six accusés, des armes et environ 200.000 dollars.
              
Les six hommes interpellés avaient été reconnus sur photographie par des membres d'équipage. Au fil de l'enquête, ces derniers sont cependant, dans certains cas, revenus sur leurs identifications initiales.
              
Un autre, Abdurahman Ali Samatar, pêcheur de langouste, a dit qu'il avait initialement demandé "une place dans l'équipe" d'hommes qui se relayaient à bord du voilier pour surveiller les otages, mais avait essuyé un refus. Il avait pris place à bord du 4X4 parce que son frère Ismaël s'y trouvait, a-t-il assuré.
              
"Je suis innocent", a-t-il affirmé, comme les trois autres accusés.
              
Pendant l'instruction, trois avaient dit n'avoir jamais mis les pieds sur le bateau, tandis que deux admettaient être montés à bord mais seulement pour approvisionner les pirates en chèvres, cigarettes ou khat.
              
Dans l'après-midi doit être entendu le capitaine du Ponant, Patrick Marchesseau, qui exerce toujours le même métier.
              
D'autres membres d'équipage ont, selon Me Michel Quimbert, "renoncé à naviguer" du fait du "stress" et du "traumatisme" qu'ils ont subis. Ils ne ressentent, selon leur avocat, "pas de rancune ni de rancoeur" mais ont "soif de justice".
              
Le procès doit durer jusqu'à la mi-juin.
              
Au total, 22 Somaliens sont détenus en France pour quatre prises d'otages. Fin 2011, cinq hommes avaient été condamnés à des peines comprises entre quatre et huit ans de prison pour la prise d'otage du Carré d'As, en septembre 2008, un sixième étant acquitté. Le parquet a fait appel.


 

Première publication : 22/05/2012

  • DROIT

    La France adapte sa législation pour lutter contre la piraterie en mer

    En savoir plus

  • CRIMINALITÉ

    La France se dote d'un arsenal juridique pour lutter contre la piraterie partout dans le monde

    En savoir plus

  • FRANCE

    Peines de 4 à 8 ans de prison pour cinq pirates somaliens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)