Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Moyen-orient

Sanaa déterminé à poursuivre la guerre contre Al-Qaïda

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 23/05/2012

Le président yéménite Hadi a promis de poursuivre la lutte contre Al-Qaïda au lendemain d’un attentat-suicide qui a fait près de 100 morts parmi les soldats à Sanaa. Une "guerre de libération" qui dépasse les frontières du pays.

Alors que les Yéménites célébraient le 22e anniversaire de l’unification du pays, une attaque-suicide a causé la mort de 96 soldats, lundi 21 mai, dans la capitale Sanaa. Revendiquée par le réseau terroriste Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), l’attentat est venu rappeler, de manière brutale, que le pays reste en proie à des divisions, alors que plusieurs villes du Sud sont sous contrôle d’Al-Qaïda depuis un an.

Le refuge d’Al-Qaïda

Situé au confluent entre le Pakistan, la Somalie, l’Arabie saoudite et l’Irak, le Yémen possède une réputation de plaque tournante du terrorisme. Le pays a été désigné par le président américain Barack Obama comme un "repaire de terroristes". "Son état déliquescent, la pauvreté de sa population, et son sud sécessionniste contribuent largement à instaurer un environnement favorable à l’organisation terroriste," analyse Karim Sader, politologue et consultant sur les pays du Golfe. À l’origine de l’implantation du djihadisme dans le pays : la lutte engagée entre 2003 et 2006 par Ryad pour déstabiliser les réseaux terroristes extrémistes. Une action qui a porté ses fruits et eu pour effet principal de faire fuir les membres d’Al-Qaïda vers le Yémen voisin, où la répression était moins féroce.

Malgré sa volonté affichée de lutter contre le terrorisme, le président Ali Abdallah Saleh, contraint de quitter le pouvoir suite aux répercussions du printemps arabe, s’est illustré par une politique de double jeu, selon Karim Sader. Comme beaucoup de dictateurs arabes, Saleh avait construit sa légitimité autour de la lutte contre le terrorisme : "Brandir la menace du terrorisme était une stratégie pour rester au pouvoir. Pourtant, il a été accusé de favoriser Al-Qaïda." Ainsi il aurait indirectement permis la prise des villes Zinjibar et Jaar, dans le sud du pays, en mai 2011 par les "Partisans de la Charia."

Au pouvoir depuis février, son successeur Mansour Hadi se présente comme un fervent défenseur de la fermeté. Lundi 21 mai, le nouveau président s’est engagé à poursuivre "la guerre contre le terrorisme (…) quels que soient les sacrifices." Depuis le 12 mai, la plus large offensive menée contre Al-Qaïda dans la péninsule arabique a été lancée, afin de regagner le contrôle des bastions sudistes. Une opération menée conjointement avec les États-Unis, inquiets de la situation.

L’implication des États-Unis

Initiée sous Saleh, l’alliance entre Washington et Sanaa contre la menace terroriste islamiste, animée d'un sentiment antiaméricain, devrait avoir de beaux jours devant elle sous Hadi. John Brennan, principal conseiller de Barack Obama contre le terrorisme et spécialiste du Yémen, a d'ailleurs proposé au président yéménite l’aide des États-Unis pour enquêter sur cet attentat.

Tandis que le président Hadi affirmait lundi que l'attentat criminel ne terroriserait pas les Yéménites et n’empêcherait pas la poursuite de la guerre contre les terroristes,  l'Aqpa a promis de nouvelles attaques.

Première publication : 22/05/2012

  • YÉMEN

    Deux kamikazes arrêtés après l'attentat revendiqué par al-Qaïda

    En savoir plus

  • YÉMEN

    La parade de l'armée yéménite annulée après un attentat d'al-Qaïda à Sanaa

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Des dizaines de membres d'Al-Qaïda et de militaires tués dans des combats

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)