Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Un scrutin historique dans l'Égypte de l'après-Moubarak

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 23/05/2012

Quinze mois après la chute d’Hosni Moubarak, les Égyptiens votent mercredi et jeudi pour désigner son successeur à la tête de l’Égypte. Un scrutin déterminant pour l’avenir politique de la révolution.

Le candidat des Frères musulmans en tête du vote des expatriés égyptiens

Le candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, est arrivé largement en tête du vote des expatriés, invités à voter dans 33 pays, grâce au soutien massif de la communauté égyptienne en Arabie saoudite, selon les premiers résultats publiés lundi.

M. Morsi a recueilli 106 252 voix, devançant largement l'islamiste modéré Abdel Moneim Aboul Foutouh, qui a obtenu 77 499 suffrages.

Le nationaliste arabe Hamdeen Sabbahi est arrivé en troisième position avec 44 727 voix devant l'ancien chef de la diplomatie Amr Moussa et le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq.

Le coup d’envoi a été donné. Les Égyptiens sont appelés à voter, mercredi et jeudi, pour leur nouveau président. Cette élection - la première depuis la chute du président Hosni Moubarak en février 2011, après trente années passées au pouvoir - est historique, tandis qu’un vent de contestation souffle toujours sur la place Tahrir.

Après la disqualification d’une dizaine de candidats par la commission électorale, douze personnalités sont en lice pour la magistrature suprême. D’après les sondages, quatre d’entre elles se trouvent dans le peloton de tête. À ce jour, sont donnés favoris Amr Moussa, ancien responsable de la Ligue arabe, considéré comme un reliquat de l’ère Moubarak pour avoir été l’un des ministres des Affaires étrangères, et Abdel Moneim Aboul Foutouh, ex-membre des Frères musulmans, qui se présente comme un potentiel rassembleur des islamistes et libéraux. Tous deux se sont vivement affrontés le 10 mai dernier au cours du premier débat télévisé organisé dans le pays. Outre ces deux hommes, Ahmed Chafik, ancien commandant en chef des forces aériennes et rescapé de l’ancien régime, est lui aussi candidat. Quant aux influents Frères musulmans, ils sont finalement entrés dans la course, après avoir annoncé qu’ils n’y participeraient pas, en se ralliant derrière la candidature de Mohammed Morsi, leader du Parti de la liberté et de la justice (PLD).

La stratégie trouble des Frères musulmans

Acteurs phares de la politique égyptienne, les Frères musulmans ont usé d’une stratégie électorale considérée comme douteuse par de nombreux Égyptiens. Alors que leur formation politique, le Parti de la justice et de la liberté (PLJ), a remporté haut la main les législatives en janvier dernier, les dirigeants du parti ont, dans un premier temps, annoncé ne pas vouloir présenter de candidat à la présidentielle. Une déclaration d’intention qui a cependant volé en éclat dès l’annonce de la candidature de Mohammed Morsi, adoubé par la confrérie. Pour les Frères musulmans, ce soudain changement de cap a été décidé pour faire front contre les candidatures de plusieurs apparatchiks de l’ancien régime.

ÉMISSION "LE DÉBAT" : la démocratie par le vote?

Une explication hypocrite, selon Karim el-Chazli, président de l’association des étudiants égyptiens en France. "Les Frères musulmans sont au Parlement depuis fin janvier, ils n’ont pas réalisé de grands exploits, et se sont même illustrés par un comportement assez immature," analyse le jeune homme, fin connaisseur de la politique égyptienne, joint au téléphone par FRANCE 24. "Ils ont, par exemple, refusé de voter la loi sur l’exclusion des anciens membres du régime. Ce sont des réformateurs, plutôt que des révolutionnaires", estime-t-il.

Une nuance qui n’échappe pas aux manifestants égyptiens, en rébellion contre le pouvoir exercé par l’armée depuis la chute d’Hosni Moubarak. Selon eux, la révolution de février 2011 n’est pas allée assez loin. Quant à la nouvelle Constitution, promise par les militaires après les manifestations massives sur la place Tahrir, elle est toujours en friche. "En Égypte, la période de transition commencera lorsqu’à la tête de l’État il y aura un candidat pro révolution," commente Karim el-Chazli, avant de préciser : "La position que l’on peut voir dans la rue place Tahrir ne reflète pas forcément l’opinion publique égyptienne."

Des électeurs indécis

À quelques heures du résultat du premier tour, difficile de chiffrer précisément les intentions de vote. Au cours de la campagne électorale, les chiffres issus des différents sondages politiques – autorisés pour la première fois dans le pays -, ont varié du simple au double. Outre un indéniable manque d’expérience dans le domaine, les instituts de sondage ont souffert de la propension des personnes interrogées à ne pas exprimer leurs intentions réelles, selon M. el-Chazli.

Par ailleurs, après trente années d’une vie politique verrouillée par le régimen, l’électorat reste méfiant à l’égard des représentants politiques. "Il y a des zones d’ombre autour de plusieurs candidats, notamment Aboul Foutouh ou Ahmed Chafik, poursuit le président des étudiants égyptiens de France, les électeurs ne savent pas vraiment qui ils sont."

Une méfiance à laquelle s’ajoute une grande indécision : selon plusieurs sondages, 40 % des quelque 50 millions d’électeurs ne savaient pas, jusqu’au dernier moment, pour qui voter. Une hésitation symptomatique d’un manque de convictions politiques, selon Karim el Chazli. "Jusqu’à présent, les Egyptiens n’étaient pas réellement sensibilisés à la politique, ils ne se sont jamais positionnés à gauche ou à droite. Les intentions de vote peuvent changer au dernier moment".

Mohamed Morsi, candidat des Frères musulmans

Première publication : 23/05/2012

  • Sur Les Observateurs

    En images: les Égyptiens se rendent aux urnes

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE ÉGYPTIENNE

    La mort du policier au Caire n'est pas liée au scrutin, selon le ministère de l'Intérieur

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'armée se dit prête à céder le pouvoir dès le mois de mai en signe d'apaisement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)