Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

McDo en Russie : scandale sanitaire ou pression politique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance c'est la confiance"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt va-t-en-guerre

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen pourrait soutenir des candidats UMP ou PS au second tour

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2012

Marine Le Pen, en bataille pour les législatives à la tête du "Rassemblement bleu Marine", n'a pas exclu ce mardi à Metz d'appeler à faire gagner des candidats UMP ou PS au second tour, en fonction de leur "valeur humaine."

AFP - La présidente du Front national, Marine Le Pen, a déclaré mardi à Metz que son parti pourrait "très exceptionnellement" soutenir au second tour des législatives des candidats de l'UMP, voire des candidats du PS, en fonction de leur "valeur humaine".

"Nous ne nous interdisons rien", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse en réponse à une question sur le sujet.

Mme Le Pen, qui réfute tout accord de type national avec l'UMP, laissait entendre jusqu'à présent de possibles exceptions au cas par cas, mais à condition que le candidat de l'ex-parti présidentiel ait quitté cette formation. C'est par ailleurs la première fois qu'elle parle d'un soutien possible à un candidat PS.



"Il y a un certain nombre de candidats sincères, corrects, qui ont eu à l'égard du peuple français un comportement correct, qui se sont refusés à voter des choses qui allaient à l'encontre de l'intérêt de la France et des Français", a expliqué la dirigeante frontiste mardi.

"Il y a de la même manière des candidats particulièrement nuisibles, particulièrement dangereux pour la France. Nous regarderons, là encore, le lendemain du 1er tour au cas par cas, et nous prendrons nos responsabilités", a-t-elle poursuivi, visant ensuite Nathalie Kosciusko-Morizet, qu'elle a qualifiée de "duchesse de l'Essonne".

Marine Le Pen a rappelé que "la règle, c'est que nous nous maintiendrons au second tour" là où c'est possible.

"Si nous ne sommes pas au second tour, nous regarderons qui reste en lice, et nous regarderons la sincérité des uns et la dangerosité des autres, et nous prendrons des décisions au cas par cas", a-t-elle insisté.

Interrogée pour savoir si "très exceptionnellement", elle pourrait appeler à voter pour des candidats UMP sans qu'ils quittent ce parti, une condition qu'elle avait posée auparavant, elle a répondu: "oui, très exceptionnellement, s'ils ont en face d'eux une épouvante politique, un affreux".

Idem pour un candidat PS? "On pourrait, nous ne nous interdisons rien", a-t-elle répondu - une première - avant d'ajouter qu'"on peut aussi appeler à faire battre quelqu'un sans obligatoirement appeler à faire voter pour son adversaire".

Elle a réfuté toute "incohérence" dans le fait de pouvoir soutenir à la fois des candidats UMP ou PS.

"Il n'y a pas d'incohérence, il y a que nous introduisons dans la politique la valeur humaine (...) Nous considérons aussi la valeur des hommes et des femmes", a-t-elle expliqué.

"Il y a des gens qui peuvent être des adversaires politiques, mais qui ont des comportements de droiture, d'honnêteté personnelle, dont il n'est pas totalement absurde de tenir compte aussi", a-t-elle conclu.


 

Première publication : 23/05/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Un sondage donne Mélenchon gagnant face à Le Pen à Hénin-Beaumont

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ces ministres qui jouent leur nouveau poste aux législatives

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Français de l'étranger : les candidats indépendants fustigent l'inéquité du système électoral

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)