Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen pourrait soutenir des candidats UMP ou PS au second tour

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2012

Marine Le Pen, en bataille pour les législatives à la tête du "Rassemblement bleu Marine", n'a pas exclu ce mardi à Metz d'appeler à faire gagner des candidats UMP ou PS au second tour, en fonction de leur "valeur humaine."

AFP - La présidente du Front national, Marine Le Pen, a déclaré mardi à Metz que son parti pourrait "très exceptionnellement" soutenir au second tour des législatives des candidats de l'UMP, voire des candidats du PS, en fonction de leur "valeur humaine".

"Nous ne nous interdisons rien", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse en réponse à une question sur le sujet.

Mme Le Pen, qui réfute tout accord de type national avec l'UMP, laissait entendre jusqu'à présent de possibles exceptions au cas par cas, mais à condition que le candidat de l'ex-parti présidentiel ait quitté cette formation. C'est par ailleurs la première fois qu'elle parle d'un soutien possible à un candidat PS.



"Il y a un certain nombre de candidats sincères, corrects, qui ont eu à l'égard du peuple français un comportement correct, qui se sont refusés à voter des choses qui allaient à l'encontre de l'intérêt de la France et des Français", a expliqué la dirigeante frontiste mardi.

"Il y a de la même manière des candidats particulièrement nuisibles, particulièrement dangereux pour la France. Nous regarderons, là encore, le lendemain du 1er tour au cas par cas, et nous prendrons nos responsabilités", a-t-elle poursuivi, visant ensuite Nathalie Kosciusko-Morizet, qu'elle a qualifiée de "duchesse de l'Essonne".

Marine Le Pen a rappelé que "la règle, c'est que nous nous maintiendrons au second tour" là où c'est possible.

"Si nous ne sommes pas au second tour, nous regarderons qui reste en lice, et nous regarderons la sincérité des uns et la dangerosité des autres, et nous prendrons des décisions au cas par cas", a-t-elle insisté.

Interrogée pour savoir si "très exceptionnellement", elle pourrait appeler à voter pour des candidats UMP sans qu'ils quittent ce parti, une condition qu'elle avait posée auparavant, elle a répondu: "oui, très exceptionnellement, s'ils ont en face d'eux une épouvante politique, un affreux".

Idem pour un candidat PS? "On pourrait, nous ne nous interdisons rien", a-t-elle répondu - une première - avant d'ajouter qu'"on peut aussi appeler à faire battre quelqu'un sans obligatoirement appeler à faire voter pour son adversaire".

Elle a réfuté toute "incohérence" dans le fait de pouvoir soutenir à la fois des candidats UMP ou PS.

"Il n'y a pas d'incohérence, il y a que nous introduisons dans la politique la valeur humaine (...) Nous considérons aussi la valeur des hommes et des femmes", a-t-elle expliqué.

"Il y a des gens qui peuvent être des adversaires politiques, mais qui ont des comportements de droiture, d'honnêteté personnelle, dont il n'est pas totalement absurde de tenir compte aussi", a-t-elle conclu.


 

Première publication : 23/05/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Un sondage donne Mélenchon gagnant face à Le Pen à Hénin-Beaumont

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ces ministres qui jouent leur nouveau poste aux législatives

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Français de l'étranger : les candidats indépendants fustigent l'inéquité du système électoral

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)