Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Economie

Marc Zuckerberg poursuivi en justice par des actionnaires de Facebook

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 23/05/2012

Une plainte a été déposée mercredi contre Mark Zuckerberg et les banques qui ont piloté la récente introduction en Bourse de Facebook. Les petits actionnaires estiment avoir été privés d'informations financières essentielles.

De l’échec au scandale, il n’y a qu’un pas que les acteurs de la laborieuse introduction en Bourse de Facebook sont en train de franchir. Mark Zuckerberg, le PDG du célèbre réseau social, est en effet visé par une plainte, déposée mercredi devant un tribunal de New York par des petits actionnaires. Ces derniers l'accusent d’avoir dissimulé des données essentielles sur l’état de santé financière du groupe. Une procédure appliquée aux banques ayant aidé Facebook à faire son entrée en Bourse.

De leur côté, les autorités de régulation du marché - la Security exchange commission (SEC) et la Financial industry regulatory authority (Finra) - avaient déjà décidé la veille de se pencher sur le déroulé de la fatidique journée du 18 mai, lors de laquelle Facebook a débuté son aventure sur le marché du Nasdaq.

L’une des plus importantes introductions en Bourse de ces dernières années aux États-Unis a été suvie d'une chute vertigineuse de l’action de Facebook, perdant 18 % de sa valeur en trois jours de cotation.

Fort marris, les petits actionnaires ont d'abord porté leur courroux sur 31 banques et Morgan Stanley, chef de file de l’opération d’introduction en Bourse. Ces institutions financières sont soupçonnées d’avoir surestimé la demande boursière pour Facebook. Un volume d'actions trop important proposé à l'ouverture a également entraîné une chute rapide de son cours.

“Happy few”

Mais il se pourrait que les petits actionnaires aient aussi été trahis par des responsables de Facebook. La semaine précédent l’introduction, l’un d’entre eux aurait prévenu, selon le site Business Insider, spécialisé dans l'économie de la Silicon Valley, quelques heureux élus, dont au moins quatre banques, que le chiffre d’affaires du second semestre de Facebook serait moins élevé que prévu. Ce club VIP de personnes informées auraient alors suggéré à leur plus gros clients de prendre les actions Facebook avec des pincettes. Les petits investisseurs sont restés, quant à eux, dans l’ignorance. “Au mieux, ce n’est pas très éthique, au pire c’est contraire aux règles du marché,” conclut Business Insider qui s’appuie sur “plusieurs sources proches du dossier”.

L’agence de presse Reuters a, en outre, pu consulter la révision à la baisse des prévisions de chiffre d’affaires de Facebook, réalisée quelques jours avant le 18 mai par les cinq banques qui ont accompagné l’introduction en Bourse. “Ces informations ont ensuite été relayées par téléphone aux investisseurs importants selon plusieurs d’entre eux”, affirme Reuters.

Reste maintenant à savoir quel effet aura ce grand déballage médiatico -judiciaire sur l'action de Facebook. Mercredi, elle repartait  fortement à la hausse gagnant plus de 4 % à l’ouverture.

Première publication : 23/05/2012

  • INTERNET

    Les banques mises en cause dans l'échec de Facebook en Bourse

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les dommages collatéraux de l'introduction en Bourse de Facebook

    En savoir plus

  • BOURSE

    Facebook chahuté à Wall Street

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)