Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

Moyen-orient

L'ASL nie toute implication dans le rapt des pèlerins chiites libanais

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2012

L'Armée syrienne libre (ASL) dément toute responsabilité dans l'enlèvement des treize pèlerins chiites libanais qui s'est produit ce mardi dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie.

AFP - L'Armée syrienne libre (ASL) a nié toute responsabilité dans le rapt de pèlerins chiites libanais dans le nord de la Syrie, attribué à cette force d'opposition armée, dont un bastion, Rastane, était violemment bombardé mercredi par les troupes gouvernementales.

"L'ASL n'est pas du tout responsable de cet enlèvement. Nous n'opérons pas comme ça. C'est une tentative de porter atteinte à l'image de l'ASL", a indiqué le général Moustapha Al-Cheikh, chef du Conseil militaire de l'ASL basé en Turquie.

"Nous condamnons cet enlèvement qui ne relève pas des valeurs de la révolution" syrienne, a-t-il poursuivi, affirmant que l'enlèvement était "sans doute l'oeuvre du régime qui veut semer le chaos dans la région".

Le Conseil national syrien, principale instance de l'opposition, soupçonne également le régime de Bachar al-Assad d'être derrière l'enlèvement de mardi.

Dans un communiqué, le CNS "n'écarte pas l'implication du régime syrien sécuritaire dans cette opération en vue de créer des troubles au Liban, un pays frère qui accueille les réfugiés, les blessés et les persécutés du peuple syrien".

Les Libanais sont divisés entre pro et antisyriens, et les autorités syriennes sont de plus en plus irritées par le soutien apporté aux rebelles syriens dans le nord du Liban.

L'agence libanaise (ANI) a annoncé mardi l'enlèvement de 13 Libanais chiites dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, alors qu'ils revenaient en bus d'un pèlerinage en Iran, attribuant ce rapt à l'ASL.

Dans la nuit, un avion transportant des femmes qui faisaient partie du groupe de pèlerins a atterri à Beyrouth. La plupart d'entre elles ont assuré à la presse que les hommes armés s'étaient identifiés comme "des membres de l'ASL".

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Adnane Mansour, a indiqué dans la nuit que les autres membres groupe allaient être libérés "dans les prochaines heures".

L'opposition armée a été accusée d'avoir mené un autre enlèvement, celui de trois camionneurs iraniens kidnappés lundi en Syrie selon le chargé d'affaires iranien à Damas cité mercredi par les médias iraniens.

Selon Abbas Golrou, les trois camionneurs acheminaient en Syrie du "matériel" non identifié en provenance d'Iran lorsqu'ils ont été enlevés.

Près d'une trentaine d'Iraniens, travailleurs ou pèlerins, ont été enlevés en Syrie depuis le début en mars 2011 du soulèvement contre le régime. Téhéran, principal allié de Damas, a été accusé par les services de renseignement occidentaux et l'opposition syrienne de fournir des armes aux forces du régime.

En Syrie, l'engrenage de la violence se poursuivait avec la mort mercredi d'au moins six personnes, dont trois tuées par l'explosion d'une bombe visant un bus sur la route de l'aéroport international de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les troupes gouvernementales syriennes bombardaient en outre sans relâche la ville rebelle de Rastane dans le centre du pays, qui selon les insurgés abrite un grand nombre de haut-gradés rebelles la défendant farouchement.

Cette ville, encerclée par l'armée et presque vidée de ses habitants, échappe depuis plusieurs mois au contrôle des troupes gouvernementales qui ont tenté à plusieurs reprises, en vain, de la reprendre.

Un civil a été tué dans la région d'Alep (nord) par des tirs des forces régulières et un autre à Qousseir, dans la province de Homs (centre) abattu par un tireur embusqué.

Mardi, 26 personnes dont 14 civils et 12 soldats ont été tuées dans les violences, malgré la présence de quelque 270 observateurs de l'ONU. Ces derniers ne parviennent pas à faire respecter la trêve préconisée par le plan de paix de l'émissaire international Kofi Annan, quotidiennement violée depuis le 12 avril.

L'enlèvement de Libanais chiites a entraîné la mobilisation de la communauté chiite libanaise, qui a manifesté et bloqué des rues de Beyrouth mardi.

Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, Hassan Nasrallah, allié de Damas, a lancé un appel à "la retenue", assurant que "des contacts ont été pris avec les autorités syriennes et avec d'autres pays influents dans la région pour assurer leur libération".

La contagion des violences en Syrie au Liban est une "menace réelle" et pourrait "très mal se terminer", a mis en garde le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Des experts estiment que le Liban est devenu l'otage du conflit syrien, après une série d'incidents meurtriers impliquant des Libanais hostiles et favorables au régime Assad.



 

Première publication : 23/05/2012

  • SYRIE

    Des Libanais chiites enlevés dans la province d'Alep

    En savoir plus

  • LIBAN

    Violents heurts à Beyrouth entre partisans et opposants au régime syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    La police syrienne tire sur la foule sous les yeux des observateurs de l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)