Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Moyen-orient

L'ASL nie toute implication dans le rapt des pèlerins chiites libanais

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/05/2012

L'Armée syrienne libre (ASL) dément toute responsabilité dans l'enlèvement des treize pèlerins chiites libanais qui s'est produit ce mardi dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie.

AFP - L'Armée syrienne libre (ASL) a nié toute responsabilité dans le rapt de pèlerins chiites libanais dans le nord de la Syrie, attribué à cette force d'opposition armée, dont un bastion, Rastane, était violemment bombardé mercredi par les troupes gouvernementales.

"L'ASL n'est pas du tout responsable de cet enlèvement. Nous n'opérons pas comme ça. C'est une tentative de porter atteinte à l'image de l'ASL", a indiqué le général Moustapha Al-Cheikh, chef du Conseil militaire de l'ASL basé en Turquie.

"Nous condamnons cet enlèvement qui ne relève pas des valeurs de la révolution" syrienne, a-t-il poursuivi, affirmant que l'enlèvement était "sans doute l'oeuvre du régime qui veut semer le chaos dans la région".

Le Conseil national syrien, principale instance de l'opposition, soupçonne également le régime de Bachar al-Assad d'être derrière l'enlèvement de mardi.

Dans un communiqué, le CNS "n'écarte pas l'implication du régime syrien sécuritaire dans cette opération en vue de créer des troubles au Liban, un pays frère qui accueille les réfugiés, les blessés et les persécutés du peuple syrien".

Les Libanais sont divisés entre pro et antisyriens, et les autorités syriennes sont de plus en plus irritées par le soutien apporté aux rebelles syriens dans le nord du Liban.

L'agence libanaise (ANI) a annoncé mardi l'enlèvement de 13 Libanais chiites dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, alors qu'ils revenaient en bus d'un pèlerinage en Iran, attribuant ce rapt à l'ASL.

Dans la nuit, un avion transportant des femmes qui faisaient partie du groupe de pèlerins a atterri à Beyrouth. La plupart d'entre elles ont assuré à la presse que les hommes armés s'étaient identifiés comme "des membres de l'ASL".

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Adnane Mansour, a indiqué dans la nuit que les autres membres groupe allaient être libérés "dans les prochaines heures".

L'opposition armée a été accusée d'avoir mené un autre enlèvement, celui de trois camionneurs iraniens kidnappés lundi en Syrie selon le chargé d'affaires iranien à Damas cité mercredi par les médias iraniens.

Selon Abbas Golrou, les trois camionneurs acheminaient en Syrie du "matériel" non identifié en provenance d'Iran lorsqu'ils ont été enlevés.

Près d'une trentaine d'Iraniens, travailleurs ou pèlerins, ont été enlevés en Syrie depuis le début en mars 2011 du soulèvement contre le régime. Téhéran, principal allié de Damas, a été accusé par les services de renseignement occidentaux et l'opposition syrienne de fournir des armes aux forces du régime.

En Syrie, l'engrenage de la violence se poursuivait avec la mort mercredi d'au moins six personnes, dont trois tuées par l'explosion d'une bombe visant un bus sur la route de l'aéroport international de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les troupes gouvernementales syriennes bombardaient en outre sans relâche la ville rebelle de Rastane dans le centre du pays, qui selon les insurgés abrite un grand nombre de haut-gradés rebelles la défendant farouchement.

Cette ville, encerclée par l'armée et presque vidée de ses habitants, échappe depuis plusieurs mois au contrôle des troupes gouvernementales qui ont tenté à plusieurs reprises, en vain, de la reprendre.

Un civil a été tué dans la région d'Alep (nord) par des tirs des forces régulières et un autre à Qousseir, dans la province de Homs (centre) abattu par un tireur embusqué.

Mardi, 26 personnes dont 14 civils et 12 soldats ont été tuées dans les violences, malgré la présence de quelque 270 observateurs de l'ONU. Ces derniers ne parviennent pas à faire respecter la trêve préconisée par le plan de paix de l'émissaire international Kofi Annan, quotidiennement violée depuis le 12 avril.

L'enlèvement de Libanais chiites a entraîné la mobilisation de la communauté chiite libanaise, qui a manifesté et bloqué des rues de Beyrouth mardi.

Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, Hassan Nasrallah, allié de Damas, a lancé un appel à "la retenue", assurant que "des contacts ont été pris avec les autorités syriennes et avec d'autres pays influents dans la région pour assurer leur libération".

La contagion des violences en Syrie au Liban est une "menace réelle" et pourrait "très mal se terminer", a mis en garde le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Des experts estiment que le Liban est devenu l'otage du conflit syrien, après une série d'incidents meurtriers impliquant des Libanais hostiles et favorables au régime Assad.



 

Première publication : 23/05/2012

  • SYRIE

    Des Libanais chiites enlevés dans la province d'Alep

    En savoir plus

  • LIBAN

    Violents heurts à Beyrouth entre partisans et opposants au régime syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    La police syrienne tire sur la foule sous les yeux des observateurs de l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)