Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Selon Mario Draghi, l'Union européenne "vit un moment crucial de son histoire"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2012

Au lendemain du sommet des Vingt-Sept à Bruxelles, le président de la Banque centrale européenne a déclaré, lors d'un discours dans une université italienne, que la crise de la dette avait révélé les "faiblesses" de l'Union européenne.

AFP - L'Union Européenne vit "un moment crucial" de son histoire, a estimé jeudi à Rome le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, qui a rappelé la "nécessité" d'un pacte pour la croissance à côté du pacte de discipline budgétaire.

"Nous vivons un moment crucial dans l'histoire de l'Union" dont la crise de la dette a révélé les "faiblesses", a-t-il déclaré lors d'une intervention devant des centaines d'étudiants à l'université de la Sapienza.



"Nous sommes désormais arrivés au point où le processus d'intégration européenne a besoin d'un saut courageux d'imagination (bien imagination) politique pour survivre", a-t-il insisté.

Comme il l'a déjà indiqué à plusieurs reprises, M. Draghi a rappelé la "nécessité d'un growth compact", un pacte pour la croissance "à côté du fiscal compact", le traité renforçant la discipline budgétaire.

Ce pacte pour la croissance repose sur des "réformes structurelles" notamment du marché du travail mais aussi sur la "relance des investissements publics" grâce au renforcement de la Banque européenne d'investissement et à la reprogrammation de fonds structurels européens.

Il ne s'agit pas en effet de creuser les déficits publics car "il n'y a pas de croissance soutenable sans comptes publics en ordre", a-t-il martelé.

Avant son arrivée, une soixantaine d'étudiants ont manifesté devant l'Université afin de protester contre la politique de rigueur imposée aux pays de l'Union européenne. Ils arboraient des banderoles et distribuaient des fac-similé de billets de cinquante euros sur lesquels on pouvait lire: "Non à la BCE, non à l'austérité".

Il a en revanche été accueilli triomphalement à l'intérieur de l'amphithéâtre, archi-comble.

M. Draghi participait à un hommage à l'économiste Federico Caffé, qui fut l'un des grands disciples européens de John Maynard Keynes, l'économiste britannique qui, dans les années 30 aux Etats-Unis, avait recommandé les programmes de grands travaux financés par l'Etat pour relancer l'économie.
 

Première publication : 24/05/2012

  • BOURSES

    Le sommet de Bruxelles n'a pas rassuré les marchés

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Pour Mario Draghi, croissance et discipline budgétaire vont de pair

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Après Hollande, Draghi s'attaque à l'austérité "made in Berlin"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)