Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

Economie

Selon Mario Draghi, l'Union européenne "vit un moment crucial de son histoire"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/05/2012

Au lendemain du sommet des Vingt-Sept à Bruxelles, le président de la Banque centrale européenne a déclaré, lors d'un discours dans une université italienne, que la crise de la dette avait révélé les "faiblesses" de l'Union européenne.

AFP - L'Union Européenne vit "un moment crucial" de son histoire, a estimé jeudi à Rome le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, qui a rappelé la "nécessité" d'un pacte pour la croissance à côté du pacte de discipline budgétaire.

"Nous vivons un moment crucial dans l'histoire de l'Union" dont la crise de la dette a révélé les "faiblesses", a-t-il déclaré lors d'une intervention devant des centaines d'étudiants à l'université de la Sapienza.



"Nous sommes désormais arrivés au point où le processus d'intégration européenne a besoin d'un saut courageux d'imagination (bien imagination) politique pour survivre", a-t-il insisté.

Comme il l'a déjà indiqué à plusieurs reprises, M. Draghi a rappelé la "nécessité d'un growth compact", un pacte pour la croissance "à côté du fiscal compact", le traité renforçant la discipline budgétaire.

Ce pacte pour la croissance repose sur des "réformes structurelles" notamment du marché du travail mais aussi sur la "relance des investissements publics" grâce au renforcement de la Banque européenne d'investissement et à la reprogrammation de fonds structurels européens.

Il ne s'agit pas en effet de creuser les déficits publics car "il n'y a pas de croissance soutenable sans comptes publics en ordre", a-t-il martelé.

Avant son arrivée, une soixantaine d'étudiants ont manifesté devant l'Université afin de protester contre la politique de rigueur imposée aux pays de l'Union européenne. Ils arboraient des banderoles et distribuaient des fac-similé de billets de cinquante euros sur lesquels on pouvait lire: "Non à la BCE, non à l'austérité".

Il a en revanche été accueilli triomphalement à l'intérieur de l'amphithéâtre, archi-comble.

M. Draghi participait à un hommage à l'économiste Federico Caffé, qui fut l'un des grands disciples européens de John Maynard Keynes, l'économiste britannique qui, dans les années 30 aux Etats-Unis, avait recommandé les programmes de grands travaux financés par l'Etat pour relancer l'économie.
 

Première publication : 24/05/2012

  • BOURSES

    Le sommet de Bruxelles n'a pas rassuré les marchés

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Pour Mario Draghi, croissance et discipline budgétaire vont de pair

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Après Hollande, Draghi s'attaque à l'austérité "made in Berlin"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)