Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

SPORT

Affaire Timochenko : Hollande menace de boycotter l'Euro-2012

Texte par Trésor KIBANGULA

Dernière modification : 25/05/2012

À deux semaines de l’Euro, François Hollande a rappelé jeudi que la situation en Ukraine constitue un "problème". Allusion à l’affaire Timochenko (photo) qui pourrait justifier un boycott politique du tournoi. Et il n’est pas le seul à y penser.

"J’aime beaucoup le football, mais ce qui se passe en Ukraine est un problème". Une menace à peine voilée du président français, jeudi, à l’endroit de Kiev, en marge du sommet informel de l’Union européenne (UE) à Bruxelles. François Hollande risque donc de ne pas assister aux matches de l’Euro-2012 en Ukraine, prévu du 8 juin au 1er juillet.

Une démarche qui vise à mettre la pression sur les autorités ukrainiennes au sujet du sort réservé à l’ex-Premier ministre, Ioulia Timochenko. L’opposante a été condamnée en octobre 2011 à sept ans de prison pour abus de pouvoir, à l’issue d’un procès controversé.

Quand l’affaire Timochenko s’invite à l’Euro-2012

Depuis cette condamnation, des voix se sont élevées en Europe pour demander à l’Ukraine la libération de Ioulia Timochenko. "Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont discuté, lors du Conseil des affaires étrangères du 14 mai, des conséquences à en tirer pour la relation UE – Ukraine et la participation d’autorités politiques européennes à l’Euro-2012 de football", explique Bruno Valero, porte-parole du Quai d’Orsay.

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et Viviane Reding, commissaire européenne à la Justice, avaient déjà annoncé en avril leur intention de ne pas prendre part aux rencontres sportives de l’Euro en Ukraine. Conséquence : aucun membre de la Commission ne se rendra dans l’ancienne république soviétique pendant le déroulement de l’événement sportif.

Même son de cloche du côté de plusieurs autres hauts responsables européens. Le "Financial Times Deutschland" indiquait le mois dernier qu’Angela Merkel ne se rendrait pas non plus en Ukraine "si aucun progrès n’était constaté" dans l’affaire Timochenko.

Herman Van Rompuy, président de l’UE, William Hague, chef de la diplomatie britannique, voire l’ensemble du gouvernement autrichien, ont déjà fait savoir publiquement qu’ils ne se rendront pas à Kiev.

Varsovie trouve "injustifié" le boycott de l’Euro-2012

L’Ukraine n’est pourtant pas le seul hôte du tournoi européen. C’est une co-organisation avec la Pologne. À Varsovie, les autorités ne cachent plus leur inquiétude face à tous ces appels répétés au boycott de l’Euro-2012. "Nous y avons placé trop d’efforts et trop d’argent, explique Donald Tusk, le Premier ministre polonais, qui considère comme 'injustifiée' toute tentative pour lier le sport à la politique.

Pas d’agitation cependant à Kiev. Pour Oleg Volochine, porte-parole du gouvernement ukrainien, l'"Euro-2012 est un événement sportif et les hommes politiques européens qui ne se rendront pas aux matches ne boycotteront pas le pouvoir ukrainien mais le championnat de football".

Le ministre suédois des Affaires étrangères semble également partager cette position. Carl Bildt avoue avoir "du mal à considérer que la participation ou non à des matches de football soit le principal instrument de la politique européenne". Le diplomate appelle l’UE à recourir aux mécanismes "nettement plus forts". Pour que l’Europe l’emporte sur Kiev.

Première publication : 24/05/2012

  • UKRAINE

    Ioulia Timochenko condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Euro 2012 : Yoann Gourcuff de retour en Bleu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)