Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

EUROPE

Le régime autoritaire de Bakou peine à redorer son blason avec l'Eurovision

©

Vidéo par Myriam BOUNAFAA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/05/2012

La finale de l'Eurovision, la grand-messe musicale du continent européen, se tiendra samedi 26 mai à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan. L'occasion pour l'opposition d'attirer l'attention sur la nature autoritaire du régime du président Ilham Aliev.

La finale de la 57e édition du Concours de l'Eurovision, la grand-messe européenne de la chanson, se tiendra samedi 26 mai à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan. Une ancienne république soviétique du Caucase, gorgée d’hydrocarbures et dirigée d’une main de fer par la dynastie Aliev depuis 1969. Le président Ilham Aliev, qui a succédé à son père Heydar en 2003 et obtenu par référendum la levée de la limitation du nombre des mandats présidentiels consécutifs en 2009, mise énormément sur cet évènement aussi populaire que kitch.

Une affaire de famille
 
Dès le lendemain de la victoire du duo azerbaïdjanais d'Ell et Nikki lors du précédent concours, ce qui impliquait donc l’organisation de cette édition dans le pays, le président Aliev a affiché la volonté de polir l’image sulfureuse de son régime autoritaire. Cet événement "signale la réémergence de mon pays au sein de la communauté internationale", s’enthousiasmait alors le ministre des Affaires étrangères, Elmar Mammadyarov, dans les colonnes de la presse anglo-saxonne. Et pour s’assurer du bon déroulement de l’évènement, le comité d'organisation de l'Eurovision a été confié à la Première dame, et l’animation du show de samedi soir au gendre du couple présidentiel. Même le concours est une affaire de famille en Azerbaïdjan.
 
Le président Ilham Aliev
Toutefois, la vaste campagne de communication et de promotion publicitaire déployée par le pouvoir n’a pas détourné l’attention de la presse européenne qui s’est focalisée sur la réalité d’un régime infréquentable, constamment épinglé pour ses violations des droits de l'Homme. En relayant notamment, au grand dam des autorités locales, les alertes émises par des ONG : Reporters sans Frontières a classé l'Azerbaïdjan 162ème sur 179 en matière de liberté de la presse, et Amnesty International, dans une synthèse récente, fait état "de nombreux cas d'agression, de chantage et d'emprisonnement concernant des journalistes et des défenseurs des droits humains".
 
Mi-mai, plusieurs ONG internationales de défense des droits de l’Homme (Human Rights Watch, Article 19, Amnesty International, etc.) ont exigé collégialement que l’European Broadcasting Corporation, organisateur du concours, réclame de Bakou "le respect des droits fondamentaux en Azerbaïdjan" et "la fin de la répression contre la presse". En vain, critiqué de toutes parts, le pouvoir dénonce une "campagne diffamatoire", tandis que les promoteurs de l'Eurovison regrettent "la politisation d’un évènement festif".
 
Rassemblements dispersés, opposants brutalisés
 
À l’intérieur même du pays, l’opposition n’a pas laissé passer sa chance de faire entendre sa voix au-delà des frontières, en profitant de l’attention mondiale suscité par l’organisation de l’Eurovision dans ce pays méconnu. Deux rassemblements ont été dispersés par la police et plusieurs personnes temporairement détenues la semaine précédant l'ouverture du concours. Hier encore, des manifestations ont été brutalement réprimées dans les rues de la capitale azérie. Des journalistes locaux qui enquêtaient de trop près sur les affaires de corruption présumée impliquant la famille Aliev, dont une concernant la construction du "Baku Crystal Hall" où se tient depuis le 22 mai les demi-finales du concours, ont été également intimidés ou incarcérés.
 
"La fausse campagne positive de relations publiques des autorités azerbaïdjanaises n'a pas fonctionné", indique à l’AFP Rasul Jafarov, du mouvement local Chanter pour la démocratie, créé à l'occasion de l'Eurovision pour dénoncer les abus du régime. Selon HRW, cinq journalistes, un blogueur, deux défenseurs des droits de l'Homme et au moins dix opposants sont actuellement emprisonnés pour des motifs politiques.
 
Autant d’évènements qui n’ont guère perturbé la famille Aliev. Outre la traque des manifestants, elle se concentre surtout sur la soirée de samedi, qui pourrait être potentiellement suivie en direct par 125 millions de téléspectateurs. L’Azerbaïdjan aura consacré un budget de 25 millions d’euros à cette occasion. Un pays qui pointe à la 76e place du classement des Indicateurs de développement humain.
 

Première publication : 25/05/2012

Comments

COMMENTAIRE(S)