Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

Economie

Le gouvernement ne veut pas de licenciements secs chez Air France

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2012

Le nouveau ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, veut éviter les départs non volontaires chez Air France. La compagnie aérienne a présenté jeudi un plan de réorganisation qui devrait être accompagné d'une réduction d'effectifs.

AFP - Le ministre délégué aux Transports et à l'Economie maritime Frédéric Cuvillier a annoncé qu'il était opposé à "tout plan prévoyant des départs non volontaires" chez Air France, alors que la compagnie a reconnu pour la première fois être confrontée à un "sureffectif".

M. Cuvillier, qui a rencontré jeudi le PDG d'Air France Alexandre de Juniac, lui a indiqué "qu'il serait particulièrement attentif tout au long des mois à venir à ce que la compagnie (...) puisse se donner les moyens de son redressement, en écartant tout plan prévoyant des départs non volontaires", selon un communiqué envoyé dans la nuit de jeudi à vendredi.

Condamnée à réduire ses coûts et à gagner en productivité, Air France a reconnu être confrontée à un "sureffectif" et a annoncé une réduction de sa flotte, parallèlement à une montée en puissance de sa filiale à bas coûts Transavia.

Engagée depuis janvier dans un plan d'économies de deux milliards d'euros à l'horizon 2015, dont les mesures structurelles doivent être arrêtées le mois prochain pour une mise en oeuvre dès l'été, la compagnie a renvoyé à la deuxième quinzaine de juin le chiffrage de son sureffectif.

Alexandre de Juniac a redit devant la presse sa volonté d'"éviter des départs contraints". Il a toutefois agité le spectre d'un raté des négociations avec les syndicats qui aurait pour conséquence, selon lui, "un impact encore plus fort sur l'emploi".

M. Cuvillier, qui a pris "acte de l'engagement de la compagnie de ne pas prévoir de départs contraints", précise dans son communiqué qu'il a demandé à ce "qu'une information complète de l'évolution de la situation d'Air France et de ses salariés soit donnée par l'entreprise au gouvernement".

Première publication : 25/05/2012

  • AÉRONAUTIQUE

    À Air France, un plan d’économies sous influence électorale

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Air France-KLM accuse une perte de plus de 800 millions d'euros

    En savoir plus

  • TRANSPORT AÉRIEN

    Air France annonce un plan d'économies de plus de 1 milliard d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)