Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au "déluge des migrants"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'affaire troublante des journalistes français "soupçonnés d'avoir fait chanter le roi du Maroc"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Des patrons allemands veulent embaucher les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

France : une rentrée politique avec 2017 en ligne de mire (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France : une rentrée politique avec 2017 en ligne de mire (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Chantage contre le roi du Maroc : 2 journalistes français arrêtés

En savoir plus

FRANCE

À Kaboul, François Hollande défend le retrait des troupes françaises d'Afghanistan

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2012

Le président français s'est rendu à Kaboul avec les ministres de la Défense et des Affaires étrangères. Expliquant les raisons du départ anticipé des troupes, il a affirmé vouloir donner "une dimension civile" à la présence française en Afghanistan.

AFP - Le président français François Hollande a souhaité vendredi à Kaboul que la France reste présente en Afghanistan après le retrait de ses troupes du pays, mais "différemment", dans une dimension plus "civile" ou "économique".

Le chef de l'Etat, grâce aux investissements français à venir, a indiqué qu'il voulait permettre "aux Afghans d'être auto-suffisants". Il s'exprimait lors d'une conférence de presse au côté du président afghan Hamid Karzaï, au cours d'une visite surprise de quelques heures en Afghanistan.

"Nous n'aurons plus de forces combattantes en Afghanistan après le 31 décembre 2012" F. Hollande - 25/05

M. Hollande avait auparavant rendu visite aux soldats français dans une de leurs bases.

La France souhaite donner une "dimension civile" à sa coopération, via "l'éducation", "la culture" ou encore l'"archéologie", un domaine dans lequel la France est en pointe en Afghanistan depuis de nombreuses d'années, a expliqué le président français.

Il a également mentionné des "perspectives" au niveau "économique", comme dans "le logement, les énergies renouvelables, les recherches pétrolières ou l'agriculture", ceci pour que l'Afghanistan s'en sorte par lui-même.

"Nous voulons que la France reste en Afghanistan différemment que dans le passé", a affirmé François Hollande. La mission de lutte contre le terrorisme "est sur le point d'être accomplie, c'est une grande fierté", a-t-il lancé.

Fin 2012, a répété le chef de l'Etat, "il n'y aura plus de troupes combattantes. Nous rapatrierons (dans les sept mois à venir) 2.000 personnes. Début 2013, il n'y aura plus que le personnel en charge de rapatrier notre matériel", que l'armée française évacuera "par les routes qui (lui) seront proposées".

Avec 3.550 militaires, la France est le 5e contingent de la coalition de l'Otan en Afghanistan, très loin derrière les Etats-Unis (90.000) ou la Grande-Bretagne (9.500).

Malgré 130.000 militaires étrangers en appui de quelque 340.000 soldats et policiers afghans - les forces afghanes monteront à 352.000 éléments à l'automne -, la rébellion dirigée par les talibans est loin d'être battue. Plus de 3.000 civils sont morts en 2011 des suites du conflit.
 

Première publication : 25/05/2012

  • AFGHANISTAN

    L'Otan confirme le calendrier de retrait des troupes d'Afghanistan

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'épineux dossier afghan au programme du sommet de l'Otan

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le retrait des troupes françaises d'Afghanistan, un dossier délicat pour Hollande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)