Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

FRANCE

À Kaboul, François Hollande défend le retrait des troupes françaises d'Afghanistan

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/05/2012

Le président français s'est rendu à Kaboul avec les ministres de la Défense et des Affaires étrangères. Expliquant les raisons du départ anticipé des troupes, il a affirmé vouloir donner "une dimension civile" à la présence française en Afghanistan.

AFP - Le président français François Hollande a souhaité vendredi à Kaboul que la France reste présente en Afghanistan après le retrait de ses troupes du pays, mais "différemment", dans une dimension plus "civile" ou "économique".

Le chef de l'Etat, grâce aux investissements français à venir, a indiqué qu'il voulait permettre "aux Afghans d'être auto-suffisants". Il s'exprimait lors d'une conférence de presse au côté du président afghan Hamid Karzaï, au cours d'une visite surprise de quelques heures en Afghanistan.

"Nous n'aurons plus de forces combattantes en Afghanistan après le 31 décembre 2012" F. Hollande - 25/05

M. Hollande avait auparavant rendu visite aux soldats français dans une de leurs bases.

La France souhaite donner une "dimension civile" à sa coopération, via "l'éducation", "la culture" ou encore l'"archéologie", un domaine dans lequel la France est en pointe en Afghanistan depuis de nombreuses d'années, a expliqué le président français.

Il a également mentionné des "perspectives" au niveau "économique", comme dans "le logement, les énergies renouvelables, les recherches pétrolières ou l'agriculture", ceci pour que l'Afghanistan s'en sorte par lui-même.

"Nous voulons que la France reste en Afghanistan différemment que dans le passé", a affirmé François Hollande. La mission de lutte contre le terrorisme "est sur le point d'être accomplie, c'est une grande fierté", a-t-il lancé.

Fin 2012, a répété le chef de l'Etat, "il n'y aura plus de troupes combattantes. Nous rapatrierons (dans les sept mois à venir) 2.000 personnes. Début 2013, il n'y aura plus que le personnel en charge de rapatrier notre matériel", que l'armée française évacuera "par les routes qui (lui) seront proposées".

Avec 3.550 militaires, la France est le 5e contingent de la coalition de l'Otan en Afghanistan, très loin derrière les Etats-Unis (90.000) ou la Grande-Bretagne (9.500).

Malgré 130.000 militaires étrangers en appui de quelque 340.000 soldats et policiers afghans - les forces afghanes monteront à 352.000 éléments à l'automne -, la rébellion dirigée par les talibans est loin d'être battue. Plus de 3.000 civils sont morts en 2011 des suites du conflit.
 

Première publication : 25/05/2012

  • AFGHANISTAN

    L'Otan confirme le calendrier de retrait des troupes d'Afghanistan

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'épineux dossier afghan au programme du sommet de l'Otan

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le retrait des troupes françaises d'Afghanistan, un dossier délicat pour Hollande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)