Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

EUROPE

Deux morts dans une fusillade, le tueur présumé arrêté

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/05/2012

Un tireur a ouvert le feu, dans la nuit de vendredi à samedi, dans une ville du sud de la Finlande. Deux personnes ont été tuées et sept autres blessées, dont un policier. L'auteur présumé des faits, âgé de 18 ans, a été arrêté.

AFP - Un homme en tenue de camouflage juché sur un toit a ouvert le feu sur deux restaurants remplis de jeunes dans la localité finlandaise d'Hyvinkää, tuant deux personnes et en blessant sept autres, dans la nuit de vendredi à samedi.

Le tireur présumé, qui est âgé de 18 ans et dont la police n'a précisé ni l'identité ni le mobile, a été interpellé sans opposer de résistance quelques heures plus tard à proximité d'Hyvinkää, une ville de quelque 45.000 habitants située à une cinquantaine de kilomètres au nord d'Helsinki.

"Peu avant 02h00 du matin samedi, il y a eu une importante fusillade dans le centre d'Hyvinkää dans la rue Uddenmaankatu", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police, Satu Koivu.

"Un homme juché sur le toit d'un immeuble a tiré plusieurs coups de feu en direction de deux restaurants très populaires à une heure où il y avait plein de jeunes rassemblés devant ces deux établissements", a ajouté le policier.

Une jeune femme, âgée de 18 ans, est morte sur le coup, tuée par balle, et huit autres personnes ont été blessées, dont deux grièvement.

L'une d'elles, un homme, également âgé de 18 ans, est mort samedi matin à l'hôpital des suites de ses blessures.

Le porte-parole a ajouté qu'une de ses collègues, une femme officier de police, âgée de 23 ans, avait également été atteinte par un tir en sortant de son véhicule au moment même où elle venait d'arriver sur les lieux.

Il a précisé que l'interpellation du tueur présumé s'était déroulée "dans le calme" et que trois armes à feu avaient été saisies après l'arrestation du suspect qui ne disposait pas d'un permis de port d'armes.

Interrogé sur les mobiles de la fusillade, Satu Koivo a expliqué qu'une enquête du NBI (bureau national d'enquête) était en cours et que, "pour le moment, il n'est pas possible de confirmer quoi que ce soit".

Pour la police, le tueur ne connaissait pas ses victimes. "Nous pensons qu'il ne les connaissait pas", a déclaré le porte-parole à l'AFP.

Témoin du drame, Jani Kuronen a déclaré à la télévision publique YLE que "soudain une fusillade a éclaté". "Les gens se sont mis à courir. Quelqu'un avait une terrible blessure au visage. J'ai appelé une ambulance", a raconté ce jeune, âgé d'une vingtaine d'années.

Un autre, Santeri Silvenoinen, a dit avoir entendu les coups de feu. "Puis, en regardant autour de moi, j'ai vu une femme allongée sur le sol et je me suis mis à courir", a-t-il ajouté.

La Finlande a déjà été frappée récemment par plusieurs fusillades meurtrières perpétrées par des jeunes comme celle de samedi à Hyvinkää.

Le 23 septembre 2008, un étudiant avait tué neuf élèves et un enseignant dans un lycée professionnel à Kauhajoki (sud-ouest), avant de se donner la mort.

Le 7 novembre 2007, un étudiant de 18 ans, Pekka-Eric Auvinen, armé d'un pistolet automatique, avait tué huit personnes dans un lycée à Jokela avant de se donner également la mort.

Le maire d'Hyvinkää, Raimo Lahti, a relevé samedi dans une entretien avec YLE que la ville de Jokela n'était pas très éloignée de sa commune.

"Toute la population de la ville est en état de choc", a-t-il dit, regrettant qu'il ne soit pas possible de prévoir de tels drames.

Première publication : 26/05/2012

COMMENTAIRE(S)