Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Culture

L'Autrichien Michael Haneke remporte sa seconde Palme d'or

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/05/2012

Cette 65ème édition du Festival de Cannes s'est conclue par la remise de la Palme d'or à Michael Hanneke (à droite), pour son film "Amour". Les prix ont été remis lors d'une cérémonie de clôture qui a rendu hommage au réalisateur Claude Miller.

REUTERS - Le 65e Festival de Cannes s'est conclu dimanche soir sous la pluie et sur le triomphe du cinéaste autrichien Michael Haneke, récipiendaire d'une deuxième Palme d'or pour son long métrage "Amour".

Haneke avait reçu une première Palme d'or en 2009 avec "Le ruban blanc". Il rejoint ainsi Francis Ford Coppola, Bille August, Emir Kusturica et les frères Jean-Pierre et Luc Dardenne au rang des cinéastes ayant reçu deux fois le précieux trophée.

Le jury présidé par le cinéaste italien Nanni Moretti a ainsi confirmé les pronostics de la presse qui penchaient entre l'oeuvre de Haneke et celle du cinéaste roumain Cristian Mungiu.

Michael Haneke était l'un des quatre cinéastes en compétition déjà paré d'une Palme d'or à être revenu à Cannes cette année et il avait apporté dans son bagage un film d'une rare puissance émotive.

Haneke a rendu hommage à ses "acteurs géniaux", Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva, comme l'avait fait le président du jury en annonçant la Palme d'or.

"Reality", du cinéaste italien Matteo Garrone s'est vu attribuer le Grand Prix, distinction la plus prestigieuse après la Palme d'or.

Les prix d'interprétation féminine et masculine récompensent respectivement les actrices roumaines Cosmina Stratan et Cristina Flutur ("Au-delà des collines", de Cristian Mungiu) ainsi que Madds Mikkelsen ("La chasse", du cinéaste danois Thomas Vinterberg). 

Le Prix de la mise en scène échoit au cinéaste mexicain Carlos Reygadas pour "Post Tenebras Lux", tandis que le Prix du scénario vient distinguer "Au-delà des collines", de Cristian Mungiu, Palme d'or en 2007 pour "4 mois, 3 semaines, 2 jours".

Reygadas avait décroché le Prix du Jury en 2007 pour "Lumière silencieuse".

L'habitué de la croisette Ken Loach repart avec le Prix du Jury pour "La part des anges". Le cinéaste britannique avait obtenu la Palme d'or en 2006 avec "Le vent se lève".

Les prix ont été remis lors d'une cérémonie de clôture qui, cette année, rendait hommage à Claude Miller, le cinéaste français disparu en avril et dont le dernier ouvrage, "Thérèse Desqueyroux", a conclu le millésime 2012 du Festival.

L'équipe du film a pris la pose en haut des marches menant au Grand Amphithéâtre Lumière, sous une musique chorale, entourant Annie Miller, la productrice épouse du cinéaste, qui n'a pu retenir ses larmes, et Nathan Miller, son fils.
 

Première publication : 27/05/2012

COMMENTAIRE(S)