Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Netanyahou à Washington : une visite controversée

En savoir plus

SUR LE NET

La police de Los Angeles accusée d'avoir tué un sans-abri

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les milliardaires, toujours plus nombreux

En savoir plus

EUROPE

La justice vaticane inculpe la "taupe" présumée

Vidéo par Nathalie PEREZ

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/05/2012

La justice vaticane a inculpé l'ancien majordome de la résidence du pape Benoit XVI, arrêté vendredi et soupçonné d'être à l'origine des fuites de documents secrets.

AFP - La justice vaticane a officiellement inculpé samedi l'ancien majordome des appartements pontificaux de Benoît XVI pour possession illégale de documents secrets dans le cadre d'un scandale surnommé "Vatileaks".

Le communiqué du parquet a précisé qu'une enquête approfondie allait être menée

pour établir si Paolo Gabriele, âgé de 46 ans, avait disposé de complices qui l'auraient aidé à diffuser les documents.

L'ancien majordome, qui occupait son poste jusqu'à son arrestation mercredi, est soupçonné d'avoir divulgué des documents très sensibles à des médias italiens en janvier et février derniers.

L'ancien majordome, qui servait ses repas au pape, l'aidait à s'habiller et tendait les chapelets aux visiteurs étrangers. Il pouvait se rendre dans les pièces du Vatican auxquelles l'accès est strictement limité.

Des lettres adressées personnellement à Benoît XVI par l'archevêque Carlo Maria Vigano, ancien numéro deux des services administratifs du Vatican, avaient été diffusées par une chaîne italienne de télévision.

"Mauvaise gouvernance"

Les courriers montraient que l'archevêque avait été muté comme nonce apostolique (ambassadeur) à Washington après avoir révélé l'existence d'un large réseau de corruption, de népotisme et de favoritisme lié à des contrats signés à des prix gonflés avec des partenaires italiens.

D'autres pièces évoquent des conflits internes concernant l'Institut des oeuvres religieuses (IOR, la Banque du Vatican), dont le président Ettore Gotti Tedeschi, accusé de "mauvaise gouvernance", a été limogé jeudi, une décision prise à l'unanimité.

Dans son communiqué, le parquet du Vatican a annoncé que l'enquête préliminaire avait été élevée à un statut "officiel", ce qui indique que Paolo Gabriele, désigné comme "prévenu" était désormais officiellement inculpé et avait choisi deux avocats pour le défendre.

En l'absence de prison vaticane, l'ancien majordome était détenu samedi dans l'une des trois "salles sécurisées" contrôlées par le gendarmerie vaticane.

La cité papale a annoncé que l'enquête allait continuer "jusqu'à ce qu'une connaissance suffisante du contexte de la situation ait été acquise", ce qui signifie, selon un responsable du Vatican, que les magistrats cherchent à déterminer si Paolo Gabriele a agi seul ou avec des complices.

Paolo Gabriele est passible d'une peine de 30 ans de prison pour avoir possédé illégalement des documents appartenant à un chef d'Etat. S'il est reconnu coupable, il sera vraisemblablement détenu dans une prison italienne à la suite d'un accord entre l'Italie et le Vatican.

Lutte au pouvoir

Benoît XVI s'est dit "affligé" d'avoir été trahi par un membre de son entourage proche. Paolo Gabriele habitait au Vatican, en compagnie de sa femme et de ses trois enfants.

Certains commentateurs de la presse italienne ont exprimé leur doutes quant à une action isolée de la part de Paolo Gabriele, qu'ils soupçonnent de n'avoir été qu'un pion dans une lutte de pouvoir plus large au sein du Vatican.

"Jamais l'Eglise catholique n'a donné un tel sentiment de désorientation", a écrit l'historien de l'Eglise Alberto Melloni dans le Corriere della Sera. "Il y a quelque chose d'encore plus profond, cette fois - un sentiment de désordre systémique."

Première publication : 27/05/2012

  • RELIGION

    Pour Benoît XVI, "l'obscurité sur Dieu et sur les valeurs est une vraie menace"

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le Saint-Siège plongé dans la tourmente du "Vatileaks"

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le Vatican invite les politiciens à renouer avec "leurs racines morales"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)