Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"On ne naît pas islamiste, on le devient"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Dialogue en RDC : l'Eglise catholique veut un consensus sur les élections

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Abu Azrael, "le Rambo d’Irak"

En savoir plus

TECH 24

"One Heart One Tree" : l'œuvre tech et arty à découvrir sur Kickstarter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cheikh Lô, la voix d'or du Sénégal

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : faut-il taxer les centrales à charbon les plus polluantes ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des champions : le choc FC Barcelone - Juventus

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Irak - Syrie : un sommet international pour lutter contre l'organisation EI

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Malaysia Airlines veut faire peau neuve

En savoir plus

asie

Huit civils tués par un bombardement de l'Otan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/05/2012

Huit personnes d'une même famille, dont six enfants, ont été tuées par un bombardement de l'Otan dans une province de l'est de l'Afghanistan, selon des responsables afghans. Les forces de l'Otan ont indiqué à l'AFP qu'elles enquêtaient sur le sujet.

AFP - Un bombardement de l'Otan a tué huit personnes d'une même famille, dont six enfants, dans leur demeure de Paktia, une province instable de l'est de l'Afghanistan, a-t-on appris dimanche auprès de responsables afghans.

Samedi soir vers 20H30 locale (16H00 GMT) "un homme, sa femme et six de leurs enfants sont morts. C'était un bombardement conduit par l'Otan", a affirmé à l'AFP

Quatre soldats de l'OTAN tués dans le sud du pays

AFP - Un bombardement de l'Otan a tué huit personnes d'une même famille, dont six enfants, dans leur demeure de Paktia, une province instable de l'est de l'Afghanistan, a-t-on appris dimanche auprès de responsables afghans.

"Un homme, sa femme et six de leurs enfants sont morts. C'était une bombardement conduit par l'Otan", a affirmé à l'AFP Rohullah Samoon, le porte-parole du gouvernement de Paktia. L'attaque a été confirmée par une source sécuritaire de haut niveau à Kaboul.

Rohullah Samoon, le porte-parole du gouvernement de Paktia.

L'Isaf, la force armée de l'Otan, interrogée par l'AFP, a indiqué avoir entendu parler de l'événement et enquêter sur le sujet.

L'attaque a été confirmée par une source sécuritaire de haut niveau à Kaboul. "C'est vrai. Une maison a été bombardée par l'Otan. Un homme appelé Mohammad Sahfee, sa femme et six de leurs enfants innocents ont été brutalement tués", a-t-il raconté.

Les opérations nocturnes de la coalition contre les domiciles afghans sont depuis longtemps un sujet de friction entre le chef de l'Etat afghan et ses alliés de l'Otan, qui portent à bout de bras son fragile gouvernement face à l'insurrection talibane depuis dix ans.

Début mai, le président afghan Hamid Karzaï a convoqué le commandant de l'Isaf, le général américain John Allen, et l'ambassadeur des Etats-Unis à Kaboul, Ryan Crocker, pour une "réunion d'urgence" au palais présidentiel après que des dizaines de civils eurent, selon lui, été tuées dans plusieurs bombardements de l'Otan.

M. Karzaï avait à cette occasion menacé Washington de geler l'accord de partenariat stratégique à long terme signé par les deux pays si l'Isaf ne faisait pas plus d'efforts pour éviter de tuer des civils lors de ses opérations. Cet accord a été ratifié samedi par le parlement afghan.

Les civils sont les premières victimes du conflit opposant Isaf et forces pro-gouvernementales à l'insurrection menée par les talibans. En 2011, plus de 3.000 civils sont morts des suites du conflit. Soit autant que le nombre de soldats de l'Isaf ayant péri en Afghanistan depuis plus de dix ans.

 

Première publication : 27/05/2012

  • FRANCE

    À Kaboul, François Hollande défend le retrait des troupes françaises d'Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'Otan confirme le calendrier de retrait des troupes d'Afghanistan

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'épineux dossier afghan au programme du sommet de l'Otan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)