Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Amériques

Les Farc prévoient de libérer Roméo Langlois le 30 mai

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/05/2012

Le Front 15 des Farc annonce sa volonté de libérer le 30 mai Roméo Langlois, le correspondant de FRANCE 24 en Colombie qui est retenu en otage depuis un mois par la guérilla, si les conditions de sécurité sont réunies.

Le Front 15 des Farc a annoncé dans un communiqué sa volonté de libérer le journaliste français Roméo Langlois mercredi 30 mai si les conditions de sécurité sont réunies. La guérilla demande que soient annoncées les mesures de sécurité nécessaires pour la réussite de cette opération.

"Nous attendons que les Farc mettent en oeuvre leur engagement de libérer notre compatriote", a déclaré le porte-parole du ministère, Bernard Valero, en rappelant que la France restait "pleinement" mobilisée pour obtenir la libération du Français.

Correspondant de FRANCE 24 à Bogota, Roméo Langlois, 35 ans, a été capturé lors d'un combat entre les Farc et une brigade de l'armée qu'il accompagnait pour un reportage sur une opération anti-drogue dans le département de Caqueta, fief de la guérilla dans le sud de la Colombie.

La rébellion l'avait initalement qualifié de "prisonnier de guerre", au motif qu'il portait un casque et un gilet pare-balles de l'armée, liant sa remise en liberté à l'organisation d'un débat sur l'information en Colombie.

Fondée en 1964, la guérilla des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), la principale du pays, compte encore 9 200 combattants, repliés dans les régions de montagne et de forêt. Elle s'était engagée en février dernier à renoncer à la pratique des enlèvements contre rançon.
 

Première publication : 27/05/2012

  • COLOMBIE

    Un mois de captivité aux mains des Farc pour Roméo Langlois

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    Les Farc annoncent leur intention de libérer Roméo Langlois

    En savoir plus

  • COLOMBIE

    La guérilla des Farc formule des exigences pour la libération du journaliste Roméo Langlois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)