Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de se servir du drame de Sivens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le choc de simplification ne doit pas être contredit par un choc de complexification"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Ouagadougou en pleine crise, Jérusalem sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaz russe : un accord enfin trouvé entre la Russie, l'Ukraine et l'UE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Journée insurrectionnelle au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : quelle transition possible ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

SPORT

Les Bleus arrachent de justesse la victoire à l'Islande

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2012

La France est parvenue à arracher la victoire face à la modeste Islande (3-2) dimanche soir à Valenciennes, en match de préparation de l'Euro-2012. Menés 2-0 à la mi-temps, Les Bleus ont été sauvés par les buts de Debuchy, Ribéry et Rami.

AFP - Menée 2-0 à la mi-temps, l'équipe de France est parvenue à refaire son retard et à éviter l'humiliation face à la modeste Islande (3-2) pour son premier match de préparation sur la route de l'Euro-2012, dimanche, un résultat qui laisse perplexe à 2 semaines de ses débuts dans le tournoi.
             
Même dans ses pires cauchemars, Laurent Blanc n'aurait sans doute pas imaginé vivre un début de rencontre aussi catastrophique à Valenciennes, qui plus est face à l'une des plus faibles formations européennes, 131e au classement Fifa.
             
Mais après deux buts signés de deux joueurs totalement inconnus sur la scène internationale, Bjarnason (28e) et Sigurdsson (33e), les Bleus ont sauvé la face grâce à Debuchy (52e), Ribéry (86e) et Rami (87e) et porté leur série d'invincibilité à 19 matches.
             
Ce succès à l'arraché ravive les pires craintes avant le départ pour l'Ukraine, prévue le 6 juin, même si, contrairement à 2010 et au revers honteux contre la Chine (1-0 à La Réunion), annonciateur de la débâcle du Mondial, la France a cette fois réussi à imposer sa loi.
             
Blanc, qui doit retrancher deux noms de son groupe avant le 29 mai pour bâtir sa liste des 23, n'est guère plus avancé, personne n'ayant marqué des points au cours de cette soirée noire. Au contraire, c'est la capacité des joueurs convoqués à véritablement évoluer en équipe qui est sujette à caution. De quoi promettre un beau casse-tête au "Président" et à son encadrement dans les heures qui viennent.
             
Blanc pourra toujours arguer que ses troupes sont encore dans une phase de récupération, le stage post-Euro n'ayant débuté que le 18 mai pour les expatriés et il y a seulement trois jours pour les pensionnaires de Ligue 1 et Florent Malouda. Ribéry n'avait lui rejoint les Bleus que samedi. Mais la faillite individuelle et collective de ses joueurs est difficilement excusable.
             
Défense inquiétante
             
Sur le papier, le onze aligné avait fière allure avec cinq éléments à vocation offensive, dont le duo Nasri-Gourcuff dans l'entre-jeu et la première titularisation en équipe de France des quatre surdoués de la génération 87 (Nasri, Ben Arfa, Ménez, Benzema). Cette composition, censée privilégier la technique, s'est avérée totalement contre-productive, les Bleus manquant de jus et jouant à l'envers tout au long du match.
             
Gourcuff, dont la présence dans la pré-liste fait l'objet de beaucoup de débat, a globalement manqué le coche pour son grand retour en bleu depuis mars 2011 même s'il est difficile de mesurer le poids de cette sortie sur la décision finale de Laurent Blanc.
             
Il a fallu l'entrée en jeu de Ribéry, auteur de son premier but en équipe de France depuis avril 2009, et Giroud, passeur décisif pour Rami, pour voir les Bleus reprendre des couleurs.
             
Autre motif d'inquiétude: la faiblesse de la défense, surtout de Mexès et d'Evra, très souvent dépassés et coupables sur les deux buts encaissés. Un cruel constat pour une arrière-garde où seul Debuchy est sorti du lot.
             
Karim Benezma est l'unique joueur à avoir évolué à son vrai niveau côté bleu mais le Madrilène, souvent dangereux, ne pouvait pas faire de miracles dans le marasme ambiant.
             
Toute la question est de savoir désormais comment se relever après une prestation aussi pathétique. Les Bleus ont montré un bel état d'esprit en revenant au score et en finissant par l'emporter mais le fiasco a été évité de peu. Il reste deux matches (contre la Serbie, jeudi à Reims, et l'Estonie, le 5 juin) pour effacer cette désagréable impression et partir à l'Euro avec autre chose qu'un moral en berne.
             

Première publication : 28/05/2012

  • FOOTBALL

    Affaire Timochenko : Hollande menace de boycotter l'Euro-2012

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Euro 2012 : Yoann Gourcuff de retour en Bleu

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Euro 2012 : Ben Arfa pré-sélectionné chez les Bleus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)