Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire PS : Cafouillage autour de la participation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

Moyen-orient

À Damas, Kofi Annan se dit "horrifié" par le massacre de Houla

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/05/2012

L'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe, qui s'entretiendra avec le président syrien à Damas mardi, s'est dit "horrifié" par les tueries de Houla, perpétrées samedi, que le Conseil de sécurité de l'ONU a également condamnées.

Moscou appelle l'Occident à cesser de viser la chute du régime de Damas

 

La Russie a appelé lundi les pays occidentaux à cesser de viser la chute du régime syrien.

"Il faut que les joueurs extérieurs jouent le même jeu, un jeu visant à la mise en œuvre du plan Annan, pas au changement de régime", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à l'issue d'entretiens avec son homologue britannique, William Hague.

"Nous ne soutenons pas le gouvernement syrien. Nous soutenons le plan de Kofi Annan", a ajouté M. Lavrov, soulignant qu'il était plus important de "mettre fin à la violence" que de "se préoccuper de qui est au pouvoir en Syrie".

"Nous faisons pression sur le gouvernement syrien pratiquement chaque jour, et parallèlement nous avons des contacts avec tous les groupes de l'opposition", a ajouté M. Lavrov qui exige une enquête sur ce qui s'est produit à Houla. 

 

AFP - Le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan, arrivé lundi à Damas pour des entretiens avec le président syrien Bachar al-Assad et des représentants de l'opposition, s'est dit "horrifié" par le massacre de Houla où une centaine de personnes ont été tuées.
              
"Je suis personnellement choqué et horrifié par les événements tragiques d'il y a deux jours", a déclaré à la presse M. Annan à son arrivée à Damas, en référence au massacre perpétré dans cette ville du centre de la Syrie où une centaine de personnes dont une cinquantaine d'enfants ont péri vendredi.
              

"C'était un acte répugnant, aux conséquences profondes", a-t-il ajouté.
              
"L'émissaire est arrivé à Damas aujourd'hui pour des entretiens avec le président Bachar al-Assad et de hauts responsables", a indiqué Ahmad Fawzi, son porte-parole. Il rencontrera également "des représentants de l'opposition et de la société civile" et le général Robert Mood, chef de la mission des observateurs en Syrie.
              
Cette visite en Syrie de M. Annan, sa deuxième depuis sa désignation comme émissaire il y a trois mois, intervient au lendemain d'une condamnation du régime syrien par le Conseil de sécurité de l'ONU.
              
Dans une déclaration adoptée à l'unanimité à l'issue d'une réunion d'urgence à New York, les 15 pays membres ont dénoncé "une série de bombardements par les tanks et l'artillerie gouvernementale contre un quartier résidentiel" de Houla.
              
M. Annan, nommé le 23 février, a effectué une première visite en Syrie le 10 mars, à l'issue de laquelle il a obtenu des autorités et des opposants un engagement à respecter un plan de paix en six points, prévoyant notamment un cessez-le-feu entré en vigueur le 12 avril mais violé quotidiennement.
             

Première publication : 28/05/2012

  • SYRIE

    Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne les tueries de Houla

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition syrienne exhorte la communauté internationale à agir contre les massacres

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas nie toute responsabilité dans le massacre de Houla

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)