Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

Moyen-orient

Imbroglio sur le sort et l'identité des otages libanais en Syrie

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 28/05/2012

Ils étaient attendus vendredi soir au Liban, où l'annonce de leur libération avait été fêtée par leurs proches (photo). Mais les otages libanais enlevés le 22 mai dans le nord de la Syrie sont toujours aux mains de leurs ravisseurs.

L’annonce de leur libération vendredi 25 mai avait été célébrée par des feux d’artifice dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion chiite de la capitale libanaise. Mais les onze otages libanais ne sont jamais arrivés à l’aéroport de Beyrouth où les attendaient leurs familles accompagnées de ministres et de dignitaires religieux. Et pour cause, ils sont toujours en Syrie, où ils ont été enlevés le 22 mai dans la province d'Alep, dans le nord du pays. Un rapt qui n’a toujours pas été revendiqué officiellement.

Pourtant le dénouement heureux de cette affaire avait été annoncé par le gouvernement libanais, confirmé par le Hezbollah ainsi que par les autorités turques qui affirmaient que les otages étaient désormais sur leur territoire. Le leader du parti chiite, Hassan Nasrallah, avait même, fait rare, remercié publiquement son rival politique Saad Hariri, qui devait rapatrier les otages à bord de son avion personnel, via la Turquie.
 
Zones d’ombre
 
Cette confusion totale qui a consterné les familles des captifs a facilité la propagation de rumeurs et d’informations erronées. À plusieurs reprises, des responsables politiques de haut rang ont été obligés de démentir les nouvelles faisant état de l’exécution des otages chiites par leurs ravisseurs sunnites. D’aucuns au Liban craignent un dénouement tragique, qui envenimerait une situation déjà tendue dans un pays en proie à des tensions confessionnelles entre chiites et sunnites sur fond de crise syrienne. Les principaux partis chiites, le Hezbollah et Amal, ont d’ailleurs multiplié les appels au calme et enjoint leurs partisans de ne pas descendre dans les rues pour manifester leur colère. Du moins tant que Beyrouth et Ankara assurent que les otages "sont en très bonne santé" et que la situation reste incertaine.
 
Les zones d’ombres concernant cette affaire - qui "est en train de virer au thriller politique" selon les termes du quotidien francophone libanais "L’Orient-Le Jour"- sont nombreuses. Elles concernent non seulement les circonstances de l’enlèvement mais aussi l’identité des ravisseurs (l’Armée syrienne libre nie être responsable du rapt), et plus surprenant celle des otages eux-mêmes. Ces derniers sont officiellement présentés comme des pèlerins chiites de retour d’Iran. Ils ont été enlevés alors qu’ils rentraient au Liban en passant par la Syrie voisine.
 
Pélerins chiites ou membres du Hezbollah ?
 
Toutefois, Houssam Awwak, un général syrien rebelle, a donné du crédit aux nombreuses rumeurs faisant état de la présence de membres du Hezbollah parmi les otages. Interrogé le 27 mai par la télévision libanaise LBCI, le chef du Rassemblement des officiers libres opposés au régime de Bachar al-Assad a affirmé que pas moins de cinq cadres importants du parti chiite étaient aux mains des ravisseurs. Selon lui, le bus transportant les pèlerins a attiré l’attention des ravisseurs, qui appartiennent à la Brigade des martyrs de la révolution "que ne reconnaît pas l’ASL", en raison de ses arrêts fréquents devant des positions rebelles.
 
De son côté, le journal "L’Orient-Le Jour", citant "une source bien informée", affirme que parmi ces cinq personnes se trouve un élément "très bien connu pour servir de lien entre Damas et Téhéran et pour entraîner les chabbiha syriens [milices pro-gouvernementales ndlr]". Des affirmations rejetées en bloc par le parti de Hassan Nasrallah, allié de Damas et souvent accusé par l’opposition syrienne de participer à la répression en Syrie. Le Hezbollah a même publié un communiqué pour nier le fait que "ni le neveu de Sayyed Nasrallah, ni aucun de ses proches" ne font partie des captifs.
 
Partie d’échec
 
Cet imbroglio politico-diplomatique risque de prolonger la détention des otages, selon le chef démissionnaire du Conseil national syrien (CNS), Bourhan Ghalioun. "Les choses ne sont pas claires et il se peut qu’il n’y ait pas de libération dans les prochaines heures", a-t-il déclaré le 27 mai au cours d’une conférence de presse à Istanbul. Outre le soupçon qui pèse sur l’identité réelle des otages, "qui s’il se confirme pourrait compromettre la libération de l’ensemble des otages" juge un ancien député libanais contacté par FRANCE 24, la multiplicité des intermédiaires constitue un autre obstacle de taille.
 
"Comme souvent au Moyen-Orient, il s’agit d’une partie d’échec qui oppose non pas deux joueurs, mais plusieurs, résume sous couvert d’anonymat un haut fonctionnaire libanais proche des dossiers sécuritaires, contacté par FRANCE 24. Cette affaire implique d’une part le régime syrien et les rebelles, et d’autre part les Turcs et la classe politique libanaise, qui veulent chacun de leur côté apparaître comme les libérateurs." Et de conclure : "En essayant de tirer la couverture vers elle, chaque partie tend à compliquer l’affaire, à retarder la libération des otages et faire monter les enchères".

Première publication : 28/05/2012

  • SYRIE

    L'ASL nie toute implication dans le rapt des pèlerins chiites libanais

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des Libanais chiites enlevés dans la province d'Alep

    En savoir plus

  • LIBAN

    Le Hezbollah en position inconfortable face aux heurts au Liban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)