Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TOUS POLITIQUES

Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne

En savoir plus

SUR LE NET

Émotion en ligne après la libération de quatre otages français

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pour Aung San Suu Kyi, la vraie liberté commence à Bangkok

©

Vidéo par Audrey RACINE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/05/2012

Aung San Suu Kyi est arrivée ce mardi à Bangkok où elle doit rencontrer dans les jours qui viennent la Première ministre Yingluck Shinawatra. Elle a fait aux Birmans de Thaïlande la promesse solennelle de les aider.

AFP - La chef de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi a prononcé mercredi son premier discours à l'étranger depuis 24 ans, une "promesse" solennelle d'aider ses compatriotes de Thaïlande, souvent exposés à des exploitations en tout genre.

La lauréate du prix Nobel de la paix, 66 ans, arrivée la veille à Bangkok sous les acclamations de quelques partisans, a consacré ses premiers instants hors de Birmanie depuis 1988 à des immigrés qui ont le plus souvent fui la misère ou l'oppression.

"Je peux vous faire une promesse: je ferai de mon mieux pour vous", a déclaré la députée à des milliers de Birmans en extase venus l'écouter à Mahachai, dans la province de Samut Sakhon (Sud de Bangkok).

Ils étaient des centaines à attendre dès l'aube, dans une étroite ruelle d'un quartier de la ville, celle qui représente depuis presque un quart de siècle l'aspiration de tout un peuple à la démocratie. Certains brandissaient des photos d'elle et des pancartes indiquant "Birmanie libre" et "Nous voulons rentrer chez nous".

"Venir ici, c'est un peu comme revenir en Birmanie", a déclaré l'opposante à des journalistes, saluant le courage de ses compatriotes "malgré les difficultés par lesquelles ils sont passés".

"Et tous disent une chose: ils veulent rentrer en Birmanie dès que possible, et ça fait évidemment partie de nos responsabilités".

L'ennemie publique numéro un de la junte jusqu'à la dissolution de celle-ci en mars 2011 est désormais députée de la chambre basse du parlement birman sous les couleurs de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), premier parti d'opposition.

Après avoir été enfermée à Rangoun et avoir refusé de quitter le pays de peur de ne jamais pouvoir y revenir, elle a récemment obtenu un passeport et des assurances de la part du régime du président Thein Sein.

Elle partira mi-juin dans une tournée qui s'annonce historique en Europe, notamment à Genève, Oslo - où elle ira recevoir son prix Nobel de la paix décerné en 1991 - et Londres.

Les analystes soulignaient combien le choix des immigrés birmans n'était pas anodin pour l'opposante, avide de renouer le contact avec un peuple qui attend beaucoup d'elle et avec lequel elle n'a pu communiquer. Depuis 1988, elle a passé un total de 15 ans de résidence surveillée.

Certains ouvriers ont "rêvé de cette rencontre toute leur vie", a relevé Andy Hall, militant pour les droits des immigrés. "Cette occasion de rencontrer une de leurs héros, cela signifie tellement pour eux".

"Je l'aime comme ma mère", a lancé pour sa part Phyu Phyu Lay, 28 ans, qui travaille dans un salon de beauté. "Nous avons beaucoup de problèmes ici. Nous avons été oppressés".

Les Birmans représentent 80% des deux millions d'immigrés enregistrés en Thaïlande, dont l'économie est très dépendante des travailleurs étrangers, légaux ou illégaux. S'y ajoutent probablement un million d'immigrés de diverses nationalités non enregistrés.

Beaucoup d'entre eux sont victimes d'exploitations en tout genre et de tracasseries administratives, voire de conditions qui confinent à l'esclavage, notamment dans l'industrie de la pêche.

"La plupart des ouvriers veulent rentrer mais nous n'en avons pas les moyens. Il n'y a pas de travail là-bas et il est difficile de manger, il est difficile de vivre", a déclaré Aung Htun, 28 ans, ouvrier dans l'industrie du riz.

Suu Kyi se rendra également cette semaine dans le Nord de la Thaïlande, où une dizaine de camps de réfugiés abritent depuis des années quelque 100.000 Birmans, chassés de leur pays par les combats entre l'armée et des rebelles de minorités ethniques.

Elle s'exprimera aussi au Forum économique mondial pour l'Asie de l'Est, auquel Thein Sein aurait dû assister.

Mais le chef de l'Etat birman, qui a tout fait depuis un an pour que Suu Kyi revienne dans le jeu politique légal, a reporté sa visite en Thaïlande d'une semaine, sans doute pour éviter qu'elle ne soit totalement éclipsée par la présence de la "Dame".

L'opposante doit enfin s'entretenir avec la Première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra. Aucune date n'a encore été communiquée.

Première publication : 29/05/2012

  • DIPLOMATIE

    Barack Obama lève certaines sanctions contre la Birmanie pour encourager les réformes

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi entre au Parlement et endosse son premier mandat électoral

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Le président refuse d'accéder à une demande d'Aung San Suu Kyi

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)