Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Afrique FRANCE

Au "club des Corses" de Dakar, on ne veut pas d’un "cul blanc" pour député

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 09/07/2013

Quatorze candidats briguent le poste de député de la 9e circonscription des Français de l’étranger à l'occasion des législatives. Dans un club français de Dakar, personne ne veut d’un aspirant débarqué de France et ne connaissant pas l’Afrique.

Au "club des Corses" de Dakar, le patron c’est Michel Mondoloni. Professeur de mathématiques agrégé, il a quitté l'île de Beauté au début des années 1980, "car la Corse en hiver c’est sinistre". Depuis 1986, il est en poste dans un des lycées français de la capitale sénégalaise, "après avoir été prof au Maroc et au Gabon sous Omar Bongo, à l’époque du lancement des premières classes préparatoires". Les week-ends et les jours fériés, il se consacre à l’UAC, l’Union amicale corse, "que les mauvaises langues appellent l’union des alcooliques de la Corniche" (route du quartier du plateau où est situé le club, ndlr)". Petit à petit, ce club créé par des Corses est devenu le lieu de rassemblement d’une partie de la communauté française de Dakar, "celle qui a un casier judiciaire", lance-il dans un éclat de rire.

En ce lundi de Pentecôte, une tombola y est organisée en faveur de l’AEFS, l’Association d’entraide des Français du Sénégal. Dès les premières heures du jour, c’est le défilé des habitués dans "ce petit coin de France". Certains devisent au comptoir avec le "chef" avant de se lancer dans une partie de pétanque, d’autres vont boire leur pastis ou leur petit verre de blanc sur la terrasse ombragée, qui domine le golfe de Dakar et offre une vue imprenable sur l’île de Gorée.

Avoir un député, "un privilège"

"Ce sera un privilège d’avoir un député à l’Assemblé nationale" se félicite Michel Mondoloni, "mais il faut qu’on soit nombreux à voter [ les 3 et 17 juin, ndlr] pour ne pas qu’ils nous le retirent à la prochaine réforme". À force de discuter avec les clients, il connaît par cœur les problèmes auxquels sont confrontés les Français de l’étranger. "Les impôts, les retraites, l’éducation, c’est sur ces thèmes qu’il faut que notre député se positionne". Des préoccupations intégrées par le parti socialiste, qui a fait de la réduction des frais de scolarité l’un des arguments forts de sa campagne à l’étranger, en proposant d’instaurer un système de bourses en fonction des revenus de la famille. "Mais la France n’a pas les moyens de vérifier le patrimoine des gens qui vivent ici. Moi j’ai vu des millionnaires toucher des aides publiques…"

Michel Mondoloni pense lui surtout à la retraite. "Je vais arrêter d’enseigner dans un an, j’aurai alors bien mérité ma retraite française d’environ 3 000 euros". Cette somme lui aurait permis d’être "riche comme Charles Aznavour" au Sénégal, mais l’État sénégalais taxe très fortement les retraites, à près de 60 %. "Je vais devoir continuer à vivre ici mais me domicilier en France. Ca ne va pas changer grand-chose à mon quotidien, je vais en Corse plusieurs fois par an."

La chasse aux parachutés et aux "culs blancs"

Concernant la couleur de son vote, il hésite toujours entre un dissident de l’UMP, Karim Dendène, et le candidat du Parti socialiste, Pouria Amirshahi, "un mec plutôt pas mal bien qu’il ne soit pas du coin". "Il doit d’ailleurs venir donner une conférence au club, mais il est en retard. C’est le problème avec les parachutés, ils sautent rapidement sur la circonscription mais ils mettent du temps à se poser", ironise-t-il. Les parachutés et les "culs blancs", les fraîchement arrivés, c’est tout ce que les clients du club corse exècrent.

Véronique Brigaud, la suppléante de Karim Dendène, est une habituée du club. Cette Auvergnate d’origine vit au Sénégal depuis des années. Elle assure avoir vu passer nombre de candidats ne connaissant rien à l’Afrique. "Nous nous sommes désolidarisés de l’UMP car la candidate [Khadija Doukali, ndlr] est une parachutée, à mille lieues des préoccupations des gens ici. Un Nantais pourrait à la rigueur être parachuté à Quimper, mais comment une femme désignée à Paris peut-elle connaître le quotidien des gens de Dakar ?".

 


 

Première publication : 29/05/2012

  • 1ÈRE CIRCONSCRIPTION

    À New York, des candidats à la députation débattent

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Le vote par Internet, une première testée par les Français de l’étranger

    En savoir plus

  • 5e CIRCONSCRIPTION

    En Espagne, les Français pourraient pencher à droite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)