Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Juppé n'est pas le Père Noël"

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

FRANCE

Hollande n'exclut pas une intervention armée sous mandat de l'ONU en Syrie

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/05/2012

Interrogé ce mardi sur France 2 à propos de la crise syrienne, le président français François Hollande a déclaré ne pas exclure une intervention armée à condition qu'elle se fasse sous mandat de l'ONU.

AFP - Le président François Hollande n'a pas exclu une intervention armée en Syrie contre le régime de Bachar el Assad, sous mandat de l'ONU, mardi sur France 2.

"Une intervention armée (en Syrie) n'est pas exclue à condition qu'elle se fasse dans le respect du droit international, c'est-à-dire par une délibération du Conseil de sécurité" de l'Onu, a déclaré le chef de l'Etat.

"A moi, à d'autres, de convaincre Russes et Chinois" de ne pas mettre leur veto au Conseil de sécurité à une telle opération, a ajouté M. Hollande, qui reçoit le président russe, Vladimir Poutine, vendredi à Paris.

Il a dans le même temps évoqué une "solution qui ne serait pas forcément militaire parce que la pression doit se faire dès à présent pour chasser le régime de Bachar el Assad".

"Nous devons trouver une autre solution. C'est pourquoi je réunirai au début du mois de juillet la Conférence des amis de la Syrie", c'est-à-dire "tous ceux qui ont la même vocation, le même objectif (...) chasser ce régime-là".

Pour le président Hollande, il s'agira aussi de "solidariser l'opposition" car "il ne faut pas non plus mettre n'importe qui à la place" du régime du président syrien. "Il y a donc une organisation de l'opposition" à réaliser, de façon à "faire en sorte qu'elle puisse elle-même être capable de se substituer au régime", a-t-il ajouté.

M. Hollande a également affirmé que les sanctions à l'égard du régime syrien devaient être beaucoup "plus dures", "elles doivent être renforcées et j'en parlerai au président Poutine puisqu'il vient à Paris vendredi".

"C'est lui pour l'instant, avec la Chine, qui est le plus en retrait par rapport à ces questions de sanctions. Eh bien, nous devons le convaincre que ce n'est pas possible de laisser le régime de Bachar el Assad massacrer son propre peuple", a-t-il dit.

Le président Hollande avait annoncé un peu plus tôt dans la journée l'expulsion de l'ambassadrice de Syrie en France, Lamia Chakkour. Les Etats-Unis et plusieurs pays européens ont fait de même.

Le durcissement des Occidentaux à l'égard du régime syrien intervient en représailles au massacre de Houla (centre de la Syrie) qui a fait 108 morts, dont 49 enfants. La majorité d'entre eux ont été exécutés, selon les premiers résultats d'une enquête de l'ONU.

Un haut responsable de l'ONU a affirmé mardi avoir de "forts soupçons" sur l'implication des "chabbiha", des miliciens pro-régime, dans ce massacre. Pour sa part, le régime de Bachar el Assad nie son implication.

 

Première publication : 29/05/2012

  • SYRIE

    Les puissances occidentales haussent le ton contre Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour l'ONU, la majorité des victimes du massacre de Houla ont été exécutées

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Damas, Kofi Annan appelle Bachar al-Assad à prendre des mesures "courageuses"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)