Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Afrique

Le projet d'union entre la rébellion touareg et le groupe islamiste Ansar Dine bloqué

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/05/2012

"Le protocole d'accord" sur la fusion entre le MNLA et le groupe islamiste Ansar Dine dans le nord du Mali est mis à mal en raison de désaccords entre les deux mouvements, notamment sur l'application stricte de la charia dans la région de l'Azawad.

AFP - Quarante-huit heures après son annonce, le projet de fusion entre la rébellion touareg et le groupe islamiste Ansar Dine dans le nord du Mali a été bloqué lundi en raison de désaccords de fond, notamment sur l'application de la loi islamique.

"Nous avons refusé d'approuver le communiqué final, parce qu'il est différent du protocole d'accord que nous avons signé (samedi, ndlr). Toute la journée d'aujourd'hui, nous avons discuté, mais il n'y a pas eu d'entente", a déclaré à l'AFP Ibrahim Assaley, élu du Nord malien et membre du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), la rébellion touareg.



"Dans le communiqué écrit par Ansar Dine, on parle d'application de la charia (loi islamique) +pure et dure+, on parle aussi d'interdire le Nord aux organisations humanitaires non-musulmanes: ce n'était pas précisé dans le protocole d'accord", a-t-il poursuivi, joint par l'AFP depuis Bamako dans la grande ville septentrionale de Gao.

"C'est comme si on voulait nous dissoudre dans Ansar Dine", a-t-il lancé, jugeant que les exigences du groupe islamiste sont "dignes d'une organisation religieuse". "On n'a pas accepté ça", a insisté M. Assaley.

"Après le protocole d'accord qui est une base de travail", le chef d'Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, a envoyé de Tombouctou, autre ville du Nord, "un communiqué sous pli fermé. Quand on a lu le communiqué, il y a eu des gens du MNLA qui ont dit qu'il faut corriger des choses. Nous avons refusé", a déclaré à l'AFP Moussa Ag Achérif, l'un de ses proches.

"C'est à prendre ou à laisser", a-t-il assuré, précisant toutefois qu'Iyad Ag Ghaly "vient à Gao demain (mardi) matin pour régler le problème".

La rébellion touareg et Ansar Dine (Défenseur de l'islam, en arabe) ont signé samedi un "protocole d'accord" sur leur fusion au sein d'un "Conseil transitoire de l'Etat islamique de l'Azawad" (région nord).

Mais, après plusieurs semaines de discussions, beaucoup de sujets qui fâchent avaient été laissés de côté dans ce document signé par le MNLA, au départ sécessionniste et laïc, et Ansar Dine, qui prône l'application de la charia dans tout le Mali.

Ansar Dine et son allié Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), adepte du jihad (guerre sainte), sont désormais dominants, aux dépens du MNLA, dans l'immense Nord malien qui échappe au pouvoir central depuis deux mois, une partition de fait précipitée par le coup d'Etat militaire du 22 mars à Bamako.

Les islamistes "consolident" leurs relations

Une rencontre entre Iyad Ag Ghaly et ses hommes, les principaux chefs d'Aqmi ainsi que le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest (Mujao), présenté comme dissident d'Aqmi, s'est par ailleurs tenue de jeudi à lundi à Tombouctou.

"Ils ont consolidé leurs relations", a déclaré à l'AFP l'entourage d'un imam de la ville.

De son côté, le Mujao "garde son autonomie, mais n'a plus désormais de différends avec les autres jihadistes. Ils ont la même ambition de faire le jihad, mais ils se partagent le terrain", a affirmé une source proche de la rencontre.

Selon des sources concordantes, l'Algérien Nabil Makloufi, qui coordonne les actions d'Aqmi dans les "katiba" (cellules combattantes) du Sahel, Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar, deux autres chefs d'Aqmi, ont participé aux discussions.

Après le gouvernement malien, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays) a dénoncé lundi à son tour "la tentative de création" d’un Etat islamique et rejeté cette "soi-disant déclaration d’indépendance", se disant de nouveau prête à prendre "toutes les mesures nécessaires" en vue de préserver l'intégrité territoriale du Mali.

Alors que les islamistes n'ont jamais été aussi forts dans la région, un nouveau groupe armé, le Front de libération du Nord-Mali (FLNM), a annoncé lundi sa création pour "combattre les groupes islamistes" voulant instaurer la loi islamique.

Selon des recoupements de l'AFP, ce mouvement ne compte pour l'instant qu'une centaine d'éléments. Pas de quoi, pour l'heure, effrayer Ansar Dine et Aqmi, aux effectifs nombreux et lourdement armés.

Première publication : 29/05/2012

  • MALI

    Bamako réaffirme son refus de la création d'un État islamique dans le Nord

    En savoir plus

  • NORD-MALI

    Les rebelles touareg et le mouvement Ansar Dine créent un État islamique

    En savoir plus

  • NORD-MALI

    La médiation ouest-africaine appelle les groupes armés maliens à la négociation

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)