Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Dialogue en RDC : l'Eglise catholique veut un consensus sur les élections

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Abu Azrael, "le Rambo d’Irak"

En savoir plus

TECH 24

"One Heart One Tree" : l'œuvre tech et arty à découvrir sur Kickstarter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cheikh Lô, la voix d'or du Sénégal

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : faut-il taxer les centrales à charbon les plus polluantes ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des champions : le choc FC Barcelone - Juventus

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Irak - Syrie : un sommet international pour lutter contre l'organisation EI

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Malaysia Airlines veut faire peau neuve

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Assad, Moscou, le divorce ?"

En savoir plus

Sports

La Fifa propose à Moreno-Ocampo de prendre la tête du département des enquêtes de l'organisation

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/05/2012

Luis Moreno-Ocampo, dont le mandat de procureur à la CPI s'achève en juin, a été proposé au poste d'enquêteur en chef au sein de la Fifa. Un choix présenté comme un gage du "sérieux" des enquêtes à venir sur la corruption dans le monde du football.

Après sa réélection pour un quatrième mandat en juin 2011, Sepp Blatter, l’incontournable président suisse de la haute instance du football mondial, avait pris l’engagement de transmettre à "une organisation externe"  le dossier sur l’affaire de corruption présumée rendue public en 2010 par la BBC. La chaîne de télévision avait enquêté sur le versement de pots-de-vin à des membres de la Fifa décisionnaires dans l'octroi de droits de retransmission télé.

La décision de Sepp Blatter avait abouti l'an dernier à la mise en place d'un panel d’experts chargé de réfléchir sur un nouveau mode de fonctionnement de la Fifa. Présidée par Mark Pieth, cette Commission indépendante de gouvernance avait proposé de scinder en deux le comité d’éthique de la Fifa, avec un département pour mener des enquêtes et un autre pour prononcer des sanctions.

Alors que Luis Moreno-Ocampo, âgé de 59 ans, semblait prêt à reprendre ses fonctions de professeur d’université à la fin de son mandat de procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI), son nom se retrouve aujourd’hui en haut de la liste des potentiels enquêteurs de la Fifa. "Retrouver Moreno sur cette liste démontre le sérieux de notre travail", a indiqué Mark Pieth.

Nombreux scandales de corruption

Luis Moreno-Ocampo s’est fait connaître en Argentine par ses différentes enquêtes sur les crimes graves et les violations des droits de l’Homme. Il est devenu en 2003 le premier procureur de la CPI. Il va laisser son poste le 16 juin à la Gambienne Fatou Bensouda désignée pour lui succéder dans la poursuite des grands criminels à travers le monde.

S’il est confirmé au poste d’enquêteur en chef, Luis Moreno-Ocampo devrait avoir fort à faire. Par le passé, les scandales de corruption se sont multipliés. Ainsi, l'an dernier, des membres de la Fifa ont été accusés d'avoir reçu des pots-de-vin d'une valeur de plus de 100 000 euros pour favoriser la désignation du Qatar comme pays organisateur de la Coupe du monde 2022.

En juillet 2011, Mohamed Bin Hammam, à l'époque président de la Confédération asiatique et membre du comité exécutif de la Fifa, a été radié à vie après avoir été reconnu coupable de tentative de corruption.

Et en juin 2011, un rapport interne avait aussi poussé à la démission Jack Warner, alors vice-président de l’association. Des voix s’étaient même levées pour exiger le départ de Sepp Blatter, mais en vain. Le président promettant toujours d’agir de l’intérieur pour mettre fin à cette situation.

 

Première publication : 29/05/2012

  • FOOTBALL

    La Fifa suspend les deux membres impliqués dans une affaire de corruption

    En savoir plus

  • FOOTBALL - CORRUPTION

    Le président de la Confédération océanique coopérera avec la Fifa

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le "Sunday Times" accuse deux officiels de la Fifa de corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)