Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Afrique

Reprise des négociations de paix entre les deux Soudans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/05/2012

Les négociations destinées à régler les différends toujours en suspens entre les deux pays à la suite de l'accession du Soudan du Sud à l'indépendance ont repris. Elles avaient été interrompues en raison de violences sur leur frontière commune.

AFP - Le Soudan et le Soudan du Sud ont repris mardi à Addis Abeba des pourparlers de paix interrompus début avril après de violents combats à leur frontière commune, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les négociateurs en chef pour le Soudan, Idriss Mohammed Abdel Qadir, et celui pour le Soudan du Sud, Pagan Amum, se sont rencontrés dans la capitale éthiopienne en fin d'après-midi, en présence du médiateur de l'Union africaine, l'ancien président sud-africain Thabo Mbeki, et de l'émissaire américain pour le Soudan et le Soudan du Sud, Princeton Lyman, selon la journaliste de l'AFP.

La durée de ce nouveau round de négociations, qui se prolongent d'habitude plusieurs jours, est pour l'instant inconnue.

Les pourparlers entre Khartoum et Juba sont destinés à régler les différends toujours en suspens plus de dix mois après l'accès à l'indépendance du Soudan du Sud.

Ils interviennent malgré de nouvelles accusations, mardi, de bombardements soudanais sur trois Etats sud-soudanais -- ceux du Bahr el Ghazal occidental, du Bahr el Ghazal Nord et de l'Unité.

"Aujourd'hui, alors que nous discutons, ils nous bombardent," avait déclaré Pagan Amum avant la reprise des discussions. Mais "nous assisterons (aux pourparlers) quoi qu'il arrive," avait-t-il poursuivi.

Dans une déclaration diffusée par l'agence officielle soudanaise Suna, la délégation du Nord a de son côté réaffirmé l'attachement de Khartoum à la "paix et la stabilité entre les deux pays et la région".

Avant la reprise des pourparlers, en signe de bonne volonté, le Soudan s'est dit prêt à se retirer de la région contestée d'Abyei. Mais Khartoum entend en échange obtenir la garantie que cette zone grande comme le Liban soit reconnue comme partie intégrante de son territoire.

Zone démilitarisée à la frontière?

C'est une brève conquête par l'armée sud-soudanaise du plus important puits de pétrole soudanais, celui de Heglig, et une série de bombardements soudanais en territoire sud-soudanais qui ont mis le feu au poudre ces dernières semaines.

Khartoum a claqué la porte des négociations début avril et jamais depuis l'accès à l'indépendance du Sud en juillet 2011 les deux voisins n'ont semblé si proches d'un nouveau conflit ouvert.

Avant les accords de paix de 2005, qui ont ouvert la voie à la partition du Soudan, Juba et Khartoum se sont livré des décennies de guerre civile. La dernière vague du conflit, entre 1983 et 2005, a fait quelque 2 millions de morts.

Sous la pression internationale -- du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'Union africaine, qui joue les médiateurs dans la crise soudanaise --, les deux parties ont finalement accepté la semaine dernière de reprendre le dialogue.

Juba et Khartoum revendiquent toutes deux le contrôle d'Abyei. Mais elles s'opposent aussi sur le partage des ressources pétrolières du Soudan d'avant la partition -- le Sud a hérité des trois quarts des réserves de brut du pays mais reste tributaire du Nord pour exporter -- et s'accusent mutuellement de soutien à des groupes rebelles sur le sol de l'autre.

La démarcation de la frontière Nord-Sud n'a jamais, non plus, été finalisée.

L'objet immédiat des négociations est d'obtenir un engagement clair des deux pays à respecter une zone démilitarisée à la frontière. En cas de succès, les discussions pourraient aborder les autres points de contentieux.

En attendant, les agences humanitaires ne cessent d'attirer l'attention sur le sort des civils vivant dans les zones frontalières et des dizaines de milliers de Soudanais et Sud-Soudanais qui, les uns et les autres bloqués sur le territoire voisin, attendent depuis des mois de pouvoir rentrer chez eux.

Au moins 350.000 Sud-Soudanais se trouvent encore au Nord, et des milliers de Soudanais au Sud.

 

Première publication : 29/05/2012

  • SOUDAN - SOUDAN DU SUD

    Juba accuse Khartoum d'avoir bombardé son territoire

    En savoir plus

  • SOUDAN - SOUDAN DU SUD

    Khartoum se déclare prêt à pacifier les relations avec son voisin du Sud

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'ONU exhorte le Soudan et le Soudan du Sud à cesser les hostilités

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)