Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

EUROPE

Après le séisme, le nord-est de l'Italie panse ses plaies

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/05/2012

Le séisme qui a secoué ce mardi l'Emilie-Romagne (nord-est) a causé la mort de 17 personnes. Pour l'instant, les 14 000 déplacés ignorent s'ils pourront rentrer chez eux. Le gouvernement a adopté un train de mesures en faveur de la zone sinistrée.

AFP - L'Emilie-Romagne, touchée en dix jours par deux violents séismes qui ont fait au total 23 morts, pansait ses plaies mercredi alors que 14.000 personnes sont hébergées dans des logements de fortune sans savoir si et quand elles pourront rentrer chez elles.

Le président de cette région du nord-est de l'Italie, Vasco Errani, a promis que la "reconstruction commencera rapidement et sera bien faite". Le gouvernement a adopté un train de mesures en faveur de la zone sinistrée: report du paiement des impôts et des cotisations sociales, prêts à taux aidés, taxe de deux centimes sur l'essence pour financer les aides publiques.



Le bilan du séisme de mardi s'est alourdi mercredi à 17 morts. Le corps d'un ouvrier a été trouvé en fin de matinée. Le séisme de magnitude 5,8 a aussi fait 350 blessés.

Parmi les morts, onze étaient des ouvriers, employés ou ingénieurs d'usines de mécanique, de meuble et du secteur biomédical, retrouvés sous les décombres. Le 20 mai, un premier séisme avait déjà fait six morts, dont quatre ouvriers.

Le parquet de Modène a ouvert une enquête sur ces nombreux écroulements qui ont touché une zone au tissu de PME très dense. Le procureur Vito Zincani a parlé de "politique suicidaire" à propos des normes adoptées pour leur construction.

Mais le conseil des géologues italiens a rappelé que "les séismes sont totalement imprévisibles" et a recommandé tout d'abord une révision des cartes italiennes sur le risque sismique. Plusieurs entrepreneurs ont souligné que la zone était jusqu'à présent classée comme peu sismique.

Depuis le 20 mai, la zone a été frappée par un millier de répliques ou secousses qui font craindre aux spécialistes l'ouverture d'une nouvelle faille.

Traumatisées, 14.000 personnes sont privées d'un toit dans la région, soit parce que leur habitation a été endommagée soit parce qu'elles craignent de revenir chez elles.

Après le deuxième séisme, 8.000 personnes ont été déplacées, s'ajoutant aux 6.000 évacuées après le premier.

Jusqu'à mardi, "nous avions de l'espoir, le travail avait repris dans les usines. Les Emiliens se battent, ne sont pas du genre à pleurnicher mais le nouveau tremblement de terre nous a mis KO", confie à l'AFP Serenella, 51 ans, factrice du village de San Felice sul Panaro.

Mercredi, le tableau était très impressionnant dans les communes les plus touchées (Mirandola, Medolla, Cavezzo, Crevalcore et San Felice): maisons effondrées, églises décapitées, rues éventrées...

La ville de Mirandola a lancé un appel sur son site internet mercredi pour demander "du pain, du lait pour bébé, des pâtes, des produits hygiéniques et aliments de longue conservation".

Des abris de fortune ont été montés dans des champs et jardins, alors que les campements "officiels" de la protection civile italienne ne suffisent pas à accueillir une population traumatisée.

"UNE SEQUENCE SISMIQUE QUI PEUT DURER DES MOIS, DES ANNEES"

Des wagons couchettes ont aussi été mis à disposition des rescapés, comme à la gare de Crevalcore.

"Ici on se sent davantage en sécurité", confie à l'AFP Hussein Mzhar, originaire du Pakistan, qui a dormi à bord d'un train avec son frère, sa belle-soeur et leurs deux enfants.

A Modène, mais aussi à Bologne, capitale de l'Emilie-Romagne et grande ville universitaire, écoles et universités sont restées fermées mercredi pour permettre de vérifier la sécurité des bâtiments.

Le tissu économique de cette région qui est le coeur de l'industrie biomédicale italienne et le berceau de produits mondialement connus, comme le parmesan et le vinaigre balsamique, a été très affecté.

Les dommages dans le seul secteur agroalimentaire s'élèveraient à 500 millions d'euros, selon l'organisation professionnelle Coldiretti.

"L'épicentre se situe dans une zone qui représente 1% du PIB de notre pays, cela risque de provoquer un arrêt de la production de trois à quatre mois", a estimé le nouveau patron des patrons italiens, Giorgio Squinzi.

Comme lors du séisme du 20 mai, le patrimoine culturel a aussi été touché avec 45 églises endommagées dans le diocèse de Modène, dont certaines de façon irrémédiable. A titre de précaution, la cathédrale de Modène (patrimoine de l'Unesco) et l'abbaye de Nonantola sont fermées le temps de contrôles.

Stefano Gresta, président de l'Institut de géophysique, a averti que "ce sera une séquence sismique très longue qui pourrait durer des mois ou des années, avec des magnitudes comparables à la secousse principale".

Les trois plus grands syndicats qui avaient prévu une manifestation nationale samedi à Rome contre les mesures d'austérité du gouvernement Monti l'ont reportée. En revanche la parade militaire et les festivités du 2 juin pour la Fête de la République sont maintenues et seront dédiées aux victimes.

Première publication : 30/05/2012

  • ITALIE

    Nouveau séisme dans le nord de l'Italie, au moins 16 morts

    En savoir plus

  • ITALIE

    Un séisme de magnitude 5,7 frappe le nord-est de l'Italie

    En savoir plus

  • ITALIE

    Au moins six morts après un séisme au nord de Bologne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)