Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Irak : offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

EUROPE

Les Irlandais se prononcent par référendum sur le pacte budgétaire européen

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/05/2012

Les Irlandais devraient ce jeudi donner leur feu vert au pacte qui vise à renforcer la discipline budgétaire au sein de l'Union européenne. Dans le cas contraire, le traité pourra néanmoins entrer en vigueur s'il est ratifié par 12 États.

AFP - Les Irlandais sont appelés à se prononcer jeudi par référendum sur le pacte budgétaire européen, un scrutin suivi de près par Bruxelles mais où le "oui" est donné gagnant.

L'Irlande est jusqu'à présent le seul pays de l'Union européenne à soumettre à référendum ce traité qui vise à renforcer la discipline au sein de l'Union à la suite de la crise de la dette. Le pacte, approuvé par les dirigeants de tous les pays de l'UE, sauf le Royaume-Uni et la République tchèque, prévoit de respecter des "règles d'or" sur l'équilibre des comptes, sous peine de sanctions.

Selon les derniers sondages, le "oui" est largement en tête en Irlande, mais environ un tiers des électeurs se disaient encore indécis avant le scrutin.

Le Premier ministre irlandais, le centriste Enda Kenny, a fait campagne pour le "oui", qui sera, selon lui, synonyme de "stabilité".

A l'inverse, Gerry Adams, leader du Sinn Fein, parti nationaliste de gauche, a estimé que le pacte signifierait encore plus d'austérité. "Nous savons que l'austérité ne fonctionne pas, et c'est ce que de plus en plus de gens disent en Europe", a-t-il répété à la veille du scrutin.

L'Irlande se trouve dans une situation particulière dans l'UE, puisque l'ancien "Tigre celtique" bénéficie depuis la fin 2010 d'un plan de sauvetage de 85 milliards d'euros que lui ont octroyé l'Union européenne et le Fonds monétaire international en contrepartie d'engagements contraignants en matière budgétaire.

Un éventuel rejet du pacte européen n'aurait pas immédiatement d'incidence sur ce plan de sauvetage, mais il priverait l'Irlande d'accès au Mécanisme européen de stabilité (MES), destiné à soutenir les pays de la zone euro en difficulté financière, qui entrera en vigueur en juillet.

Un référendum est un exercice risqué en Irlande: le pays a rejeté à deux reprises des traités européens (Nice en 2001 et Lisbonne en 2008), avant de se raviser lors de scrutins de rattrapage, mais au prix de concessions.

Une victoire du "non" jeudi ne bloquerait pas non plus l'application du pacte, puisqu'il entrera en vigueur après ratification de seulement 12 Etats. Toutefois, elle lancerait un signal très négatif au moment où la zone euro s'enfonce dans la crise et pourrait remettre encore un peu plus en cause la politique d'austérité.

Les bureaux de vote ouvrent jeudi à 07H00 (06H00 GMT) et fermeront à 22H00 (21H00 GMT). Les résultats du scrutin sont attendus vendredi.
 

Première publication : 31/05/2012

  • ZONE EURO

    La récession rattrape l'Irlande

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Les Vingt-Sept s'accordent sur un nouveau pacte budgétaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)