Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Moyen-orient

Pour Bachar al-Assad, la Syrie affronte une "guerre menée de l'étranger"

©

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/06/2012

Le président syrien Bachar al-Assad a de nouveau évoqué un complot extérieur pour expliquer la révolte populaire contre son régime lors d’une allocution devant le Parlement, excluant ainsi tout dialogue avec les opposants basés à l’étranger.

REUTERS - Le président syrien Bachar al-Assad, confronté à une insurrection populaire depuis plus de 15 mois, a affirmé dimanche sa détermination à en finir avec la révolte, en affirmant que son pays faisait face à un "plan de destruction" et à une "guerre menée de l'étranger".

M. Assad a aussi écarté tout dialogue avec les opposants liés à l'étranger, en allusion notamment au Conseil national syrien, la principale composition de l'opposition, basé à l'étranger.

La Syrie fait face à un "plan de destruction", a-t-il martelé, dans un discours devant le nouveau Parlement retransmis par la télévision, dans lequel il s'est posé en rempart contre le "terrorisme qui augmente".

Il a dit que son régime avait "essayé tous les moyens politiques" mais ajouté que ces efforts étaient vains "car nous faisons face à une véritable guerre menée de l'étranger et les moyens de l'affronter sont différents".

M. Assad a souligné que les responsables selon lui du "terrorisme ne sont pas intéressés par le dialogue ou les réformes. Ils sont chargés d'une mission et ne s'arrêteront que s'ils accomplissent cette mission ou si nous arrivons à les arrêter".

"La Syrie est ouverte à tous les Syriens quelles que soient leurs opinions mais le

Analyse

terrorisme ne peut faire partie du processus politique et nous devons lutter contre le terrorisme pour guérir la nation. Nous allons continuer à faire face avec vigueur au terrorisme", a-t-il ajouté.

"Il n'y aura pas de compromis dans la lutte contre le terrorisme et ceux qui le soutiennent", a dit le président syrien, qui ne reconnaît pas le mouvement de contestation, assimilé au "terrorisme". "La sécurité de la nation est une une ligne rouge", a-t-il poursuivi.

"Nous allons continuer à faire front au terrorisme tout en ouvrant la porte à ceux qui n'ont pas porté les armes", a poursuivi le président syrien.

M. Assad a au début de son discours rendu hommage à "tous les martyrs, civils ou militaires", en soulignant que leur "sang n'aura pas coulé en vain".

Le président syrien a toujours accusé l'étranger, notamment les Occidentaux, de fomenter un complot contre son pays.

Ce discours, le premier de M. Assad depuis janvier, intervient alors que le plan de sortie de crise du médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan est resté lettre morte et que le pays est désormais au bord de la guerre civile, selon de nombreux dirigeants internationaux.

A son arrivée dans le Parlement, M. Assad a été applaudi par les députés réunis en première session depuis les élections du 7 mai. Une minute de silence a été observée à la mémoire des "martyrs".

Plus de 13.400 personnes, en majorité des civils, ont été tuées depuis le début, en mars 2011, de la révolte populaire, qui s'est militarisée au fil des mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Première publication : 03/06/2012

  • SYRIE

    Selon Kofi Annan, la Syrie est en train de basculer dans la guerre civile

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ONU autorise l'ouverture d'une enquête indépendante sur le massacre de Houla

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Paris et Moscou s'opposent sur le départ de Bachar al-Assad

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)