Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

La police retrace le parcours à Paris du "dépeceur" de Montréal

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/06/2012

La police française a effectué plusieurs "recherches ciblées" ce week-end pour retrouver Luka Rocco Magnotta, un fugitif canadien de 29 ans soupçonné d’avoir tué et dépecé un étudiant chinois à Montréal le mois dernier.

AFP - La police française est lancée sur la piste de Luka Rocco Magnotta, ce Canadien de 29 ans en fuite, soupçonné d'avoir tué avec un pic à glace et dépecé un étudiant chinois à Montréal, avant de prendre l'avion pour la France il y a une semaine.

Les policiers français, qui agissent dans la plus grande discrétion, effectuent des "recherches ciblées" pour tenter de retrouver la trace du "dépeceur", selon une source policière.

Cette source s'est refusée à dire si ces recherches sont liées à des habitudes du suspect lors d'une ou plusieurs visites par le passé en France ou à des informations selon lesquelles il serait effectivement sur le territoire français.

L'une de ces "recherches ciblées" a conduit les policiers à contrôler ces derniers jours un bar et deux hôtels de la rue des Batignolles, à Paris 17e, selon cette source.

Un témoin, qui a requis l'anonymat, a dit à l'AFP avoir vu vendredi vers 23H00 des policiers dans le bar "Le petit Batignolles", où ils ont regardé des images de vidéosurveillance, montré la photo du suspect au patron, et emporté des bouteilles de Coca-cola vides en prenant la précaution de ne pas y déposer d'empreintes. Le témoin a dit avoir entendu des policiers évoquer la possibilité d'un récent passage du suspect dans le quartier.

Interrogé par l'AFP, le gérant du bar a démenti samedi avoir reçu la visite de la police.

A l'Hôtel des Batignolles, deux policiers sont venus samedi vers 04H00 du matin: "Ils ont demandé s'il y avait quelqu'un qui ressemblait (au suspect, ndlr). Mon collègue a dit que non", a dit un employé à l'AFP.

Dans un hôtel voisin, "Studio des Batignolles", deux policiers sont également passés "jeudi vers 18H00" et "nous ont montré une photo en nous demandant si on l'avait vu et on l'a jamais vu", a dit un responsable, Mohamed Sbibi.

Selon des informations de LCI, non confirmées par ailleurs samedi soir, le fugitif "aurait rencontré un témoin jugé crédible le 28 mai à Paris", et un autre contrôle aurait été effectué par la police en Seine-Saint-Denis.

un avion vers la France le 26 mai

Selon les enquêteurs canadiens, Magnotta aurait pris l'avion de Montréal vers la France le 26 mai. "Après l'aéroport, nous avons des informations, que nous allons garder pour nous pour l'instant", avait ajouté vendredi Ian Lafrenière, porte-parole de la police de Montréal.

Des médias canadiens ont affirmé que Luka Rocco Magnotta avait déjà séjourné en France. Des photos de presse le montrent posant devant la Tour Eiffel ou le cabaret du Moulin Rouge.

Vendredi, la police française avait affirmé n'avoir "aucune certitude quant à sa présence ou non en France".

"La Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) de la police judiciaire française a été saisie automatiquement jeudi après l'émission de la note de recherche d'Interpol", a précisé cette source.

Ancien acteur de films pornographiques, Luka Rocco Magnotta, également connu sous les noms d'Eric Clinton Newman ou Vladimir Romanov, est accusé de meurtre prémédité et outrage à cadavre. Il aurait perpétré cet assassinat - qu'il aurait filmé pour le diffuser sur internet - dans la nuit du 24 au 25 mai.

Sa victime est un étudiant chinois, Jun Lin, 32 ans, originaire de Wuhan, dans la province du Hubei (centre de la Chine), qui serait arrivé au Québec en juillet dernier pour y faire ses études à l'université anglophone de Concordia, selon la police de Montréal. Les deux hommes se connaissaient probablement.

Mardi, un pied humain et une main avaient été découverts dans des colis postaux, l'un au siège du Parti conservateur, au pouvoir à Ottawa, l'autre adressé au Parti libéral, dans l'opposition.

Selon un mandat d'arrêt publié samedi par la chaîne CBC, Luka Rocco Magnotta est aussi suspecté de harcèlement contre le Premier ministre canadien Stephen Harper.
 

Première publication : 03/06/2012

  • JUSTICE

    Le "dépeceur" de Montréal traqué par la police française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)