Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

SPORT

Novak Djokovic malmené mais qualifié pour les quarts de finale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/06/2012

Le numéro un mondial Novak Djokovic, poussé aux cinq sets par l'Italien Andreas Seppi, ce dimanche à Roland-Garros, a fini par l'emporter(4-6, 6-7, 6-3, 7-5, 6-3). Roger Federer décroche également son billet pour les quarts de finale.

AFP - La terre a tremblé dimanche à Roland-Garros où Novak Djokovic et Roger Federer ont été sérieusement secoués alors que Victoria Azarenka a été engloutie par Dominika Cibulkova.

Il s'en est passé des choses pour l'anniversaire de Rafael Nadal, venu dans l'après-midi fêter ses vingt-six ans dans les coulisses du Central pendant que ses deux principaux rivaux suaient sang et eau sur le court.

A ce moment, Azarenka, N.1 mondiale et reine du début de saison, avait déjà pris la porte, ensevelie par la Slovaque Dominika Cibulkova (6-2, 7-6), exemple de ténacité et déjà demi-finaliste à Paris en 2009.

Mais ce n'était qu'un prélude à une journée déroutante où on s'est retrouvé à un moment avec un Djokovic mené deux sets à rien par Andreas Seppi, 25e mondial, et un Federer malmené une manche à zéro par David Goffin, 109e.

Si Djokovic a finalement battu l'Italien (4-6, 6-7, 6-3, 7-5, 6-3), après avoir remonté un déficit de deux sets à zéro pour la troisième fois de sa carrière, et que Federer a dompté la fougue du jeune Belge (5-7, 7-5, 6-2, 6-4), un vent de folie a balayé Roland-Garros.

Les conditions lourdes et humides, panachées par un vent frais, qui ont fait leur apparition après une semaine sous le soleil, n'ont pas arrangé les puncheurs que sont Djokovic et Federer.

Mais même sans cela, ils n'affichent par le niveau requis pour gagner Roland-Garros. Surtout lorsqu'on considère la forme insolente de Nadal. "Ca ne suffira même pas pour le prochain match" a soufflé Djokovic, visiblement dégoûté par sa performance dont il ne voulait retenir que l'issue.

"J'aimerais oublier cette rencontre. C'était l'un de ces jours où rien ne marche. Je me suis arraché pour gagner. C'est l'unique point positif de cette journée", a commenté le Serbe, très réticent à en dire plus.


Federer en recherche de confiance

Son nombre de fautes directes, 77, soit 26 de plus que Nadal sur l'ensemble de ses trois premiers matches, parle pour lui: dimanche le Serbe n'a été que l'ombre de lui-même. Court dans ses frappes et lourd sur ses courses, il a montré des failles étonnantes, à des années lumière de son niveau de 2011.

Seules sa combativité et son expérience ont évité qu'il ne jette déjà à la poubelle ses projets de "Djoko Slam", consistant à remporter d'une traite les quatre tournois du Grand Chelem pour la première fois depuis 1969.

Cela ne suffira pas forcément face à Jo-Wilfried Tsonga ou Stanislas Wawrinka en quarts de finale, le douzième de suite pour Djokovic.

Federer était nettement plus détendu face à la presse. Mais lui aussi est encore loin de son top et ne s'en cache d'ailleurs pas. "En ce moment je prends tout ce qui peut me donner confiance, vraiment tout", a-t-il déclaré lorsqu'on l'a interrogé sur le fait d'avoir porté à 32 sa série record de participations consécutives à un quart de finale en Grand Chelem.

Depuis le début du tournoi, face à une opposition somme toute modeste, le Suisse a déjà perdu 59 jeux en quatre matches. Il n'avait fait pire qu'à une seule reprise à Roland-Garros, en 2009 (65). Il avait alors fini par gagner le tournoi, ce qui explique peut-être sa "zenitude".

"J'ai vraiment eu du mal avec le vent aujourd'hui. Et les conditions sont plus lentes que ces dernières années, a réagi le N.3 mondial. Mon niveau de jeu pourrait être beaucoup mieux. Je pense que ça va m'aider de rencontrer quelqu'un que je connais très bien, contre qui il n'y a plus de secrets."

Avec Juan Martin Del Potro ou Tomas Berdych, le Suisse va être servi. Mais les deux cogneurs savent aussi ce que c'est de battre Federer.


TENNIS

Première publication : 03/06/2012

  • ROLAND-GARROS 2012

    Richard Gasquet laisse Paul-Henri Mathieu sur le bord du chemin

    En savoir plus

  • TENNIS

    À Roland-Garros, les favoris sont au rendez-vous

    En savoir plus

  • ROLAND-GARROS 2012

    Mathieu entre dans l'Histoire après son match marathon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)