Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

FRANCE

Le "dépeceur" de Montréal a été arrêté à Berlin

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 05/06/2012

Luka Rocco Magnotta, un Canadien âgé de 29 ans qui est soupçonné d'avoir dépecé fin mai un homme à Montréal et diffusé une vidéo de son crime sur Internet, a été arrêté à Berlin. Il avait été aperçu à Paris le week-end dernier.

Sa cavale a pris fin à Berlin. Après une semaine de traque du Canada à l’Allemagne en passant par la France, c’est finalement dans un cybercafé de la capitale allemande que le "Canadian Psycho" a été arrêté. Luka Rocco Magnotta, acteur porno canadien, s'est rendu sans opposer de résistance, lançant simplement aux sept agents venus l'interpeller : "Vous m'avez eu !". Recherché par Interpol pour le meurtre présumé d’un étudiant chinois tué avec un pic à glace à Montréal, la semaine dernière, il a été signalé à la police par le patron du cybercafé où il a été appréhendé.

Tout a commencé le 29 mai, lorsque le torse de Jun Lin, un ressortissant chinois de 32 ans qui étudiait les sciences informatiques à l’université de Concordia, à Montréal, a été retrouvé dans une valise dans le quartier Côte-des-Neiges, à Montréal. Quelques heures plus tard, l’un des pieds de la victime était livré au siège du Parti conservateur du Canada. Un autre colis contenant, lui, une main de Jun Lin était intercepté peu après par la police alors qu’il devait être livré au bureau du Parti libéral.

Rapidement, la police a identifié l’appartement de Luka Rocco Magnotta qui porte encore les traces du massacre : attaché nu par les poignets et par les chevilles sur un lit, Jun Lin a été tué au pic à glace et au couteau de cuisine avant d’être démembré, décapité et dépecé, tandis que le meurtrier se livrait à des jeux sexuels sur le corps sans vie de sa victime dont il a finalement mangé des morceaux. Tout cela, sous l’œil d’une caméra...

Très présent sur la Toile, Luka Rocco Magnotta a posté sur Internet une vidéo de son crime longue de 11 minutes intitulée "1 Lunatic, 1 Icepick" ("1 fou, 1 pic à glace"), avant de disparaître des écrans.

Traque internationale

Selon la police canadienne, Luka Rocco Magnotta, aurait quitté le Canada le 25 mai pour rejoindre la France le lendemain.

Le tueur a sans aucun doute transité par Paris, où la police française l’a pisté jusqu’à la gare routière internationale de Bagnolet, ce lundi martin, à proximité d’un hôtel où le suspect a été signalé samedi 2 juin. Alertée par un témoin, la police y a fait une descente le jour même, trouvant dans la chambre qu’il avait déjà quittée des revues pornographiques et des sacs vomitoires de la compagnie aérienne empruntée pour son vol entre le Québec et Paris.

Des témoignages et des appels repérés par la police avaient déjà signalé sa présence dans le 17e arrondissement (nord-ouest de la capitale française), où il aurait passé deux nuits la semaine dernière, dans un petit hôtel du quartier des Batignolles. Le gérant du bar "Le Petit Batignolles" a déclaré à la presse lui avoir servi un Coca-Cola, jeudi. Une habitante du quartier a également affirmée être "sûre" d’avoir eu affaire à Magnotta vendredi soir : "Il est venu frapper à ma porte, il voulait rentrer pour finir la fête avec nous à la maison", a-t-elle déclaré sur l’antenne de la radio RMC

D’après le témoignage d’une autre femme recueilli par le quotidien Le Parisien, Luka Rocco Magnotta aurait été aperçu samedi soir vers 20 heures sur le quai du RER B à la gare du Nord, à Paris. Selon Le Figaro, sa présence a également été signalée à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) et dans le quartier parisien de la Bastille (XIe arrondissement) en début de semaine dernière.

Un psychopathe à la personnalité multiple

Luka Rocco Magnotta, qui a toujours voulu être célèbre d’après les témoignages de ses proches cités par la presse canadienne, a finalement réussi à passer à la postérité en devenant le principal suspect d’un crime atroce. Ce Canadien, né en juillet 1982 à Peterborough, dans l'Ontario, s’est fait connaître sous les pseudonymes d’Eric Clinton Newman - un nom qu'il aurait utilisé jusqu'en 2006 -, Kirk Newman et Vladimir Romanov, selon la police montréalaise.

D’après les informations qui filtrent peu à peu dans la presse et sur la Toile, le portrait de ce brun aux yeux bleus, qui est désormais connu sous les morbides sobriquets de "Canadian Psycho", "Dépeceur canadien" ou "Démembreur", se dessine sous les traits de personnalités multiples : apprenti mannequin bisexuel, prostitué, nécrophile, acteur porno et suprématiste blanc.

Très attaché à sa plastique, le jeune homme, qui avait concouru pour une émission de télé-réalité canadienne, s’entraînait tous les matins pour soigner sa "beauté ravageuse" et sa taille de mannequin, comme il le dit dans une vidéo que s’est procuré le site canadien La Presse.

D’après la presse canadienne, Luka Rocco Magnotta est déjà connu de la police. Accusé d’escroquerie et d’arnaque à la carte de crédit, il a été condamné en 2005 à une peine de neuf mois de prison avec sursis et douze mois de probation, selon des documents juridiques du tribunal de Toronto, cités par Paris Match.

"Comment disparaître" en six étapes

Avant de mettre en ligne la vidéo de son crime, l’individu avait déjà sa petite notoriété sur Internet, où il faisait l’apologie du cannibalisme et de la nécrophilie. Il était notamment connu sur le Web pour ses vidéos de torture de chatons.

En 2009, il a posté sur le blog canadien Digital Journal une note intitulée "Comment disparaître et ne jamais être retrouvé", détaillant les six étapes indispensables pour tout quitter en "laissant son ancienne vie derrière soi". Il y indiquait notamment que, “pour de meilleurs résultats (…), un minimum de quatre mois sont requis afin de réellement accomplir les actions héroïques nécessaires dans le but de laisser sa vie derrière soi".

D’après son plan, il lui restait donc un peu plus de trois mois pour disparaître complètement. Il n’a finalement pas eu le temps de mettre en place son plan en six étapes. C’est désormais à la justice de décider de son sort. Au vu de ses "actions héroïques", sa nouvelle vie risque de se faire en prison.

Première publication : 04/06/2012

  • FRANCE

    La police retrace le parcours à Paris du "dépeceur" de Montréal

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Le "dépeceur" de Montréal traqué par la police française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)