Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

Les ambassadeurs occidentaux jugés indésirables sur le sol syrien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/06/2012

En réponse à l'expulsion des ambassadeurs syriens de différents pays occidentaux la semaine dernière, le président Bachar al-Assad a décidé de déclarer une vingtaine de diplomates, dont un Français et un Américain, "personae non gratae".

AFP - La Syrie a déclaré mardi "persona non grata" les ambassadeurs de plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis "en riposte" au renvoi des ambassadeurs syriens, a annoncé le ministère syrien des Affaires étrangères.

Ces diplomates ne se trouvent pas actuellement sur le sol syrien.

"La Syrie a décidé de déclarer persona non grata les ambassadeurs des Etats-Unis, de France, de Grande-Bretagne, de Suisse, de Turquie, d'Italie, et d'Espagne, ainsi que les chargés d'affaires belge, bulgare, allemand et canadien", précise le ministère dans son communiqué.

Au moins 18 diplomates, en majorité occidentaux, ont été déclarés indésirables, selon le texte qui souligne toutefois que "la Syrie juge important le dialogue fondé sur les principes d'égalité et de respect mutuels entre Etats" et que "la diplomatie est un moyen nécessaire de contact pour résoudre les conflits et les problèmes en suspens".

Le ministère syrien exprime l'espoir en outre que tous les pays qui ont pris l'initiative de congédier les ambassadeurs syriens, "adoptent ces mêmes principes, afin de permettre le retour à la normale des relations" avec la Syrie.

Ces derniers mois, de nombreux ambassadeurs occidentaux en poste à Damas ont quitté la Syrie, rappelé dans leurs pays pour protester contre la répression de la révolte par le régime.

Le massacre de Houla --ville du centre de la Syrie où 108 personnes dont 49 enfants, ont été tués le 25 mai-- a provoqué l'indignation de la communauté internationale, conduisant de nombreux pays, comme la France, les Etats-Unis et le Japon, à expulser des représentants diplomatiques syriens dans leur capitale.

En 15 mois, les violences en Syrie ont fait plus de 13.400 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.
 

Première publication : 05/06/2012

  • SYRIE

    Washington propose un "scénario à la yéménite" pour sortir de la crise syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour Bachar al-Assad, la Syrie affronte une "guerre menée de l'étranger"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les puissances occidentales haussent le ton contre Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)