Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'Organisation de l'Etat islamique perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

Moyen-orient

Les ambassadeurs occidentaux jugés indésirables sur le sol syrien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/06/2012

En réponse à l'expulsion des ambassadeurs syriens de différents pays occidentaux la semaine dernière, le président Bachar al-Assad a décidé de déclarer une vingtaine de diplomates, dont un Français et un Américain, "personae non gratae".

AFP - La Syrie a déclaré mardi "persona non grata" les ambassadeurs de plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis "en riposte" au renvoi des ambassadeurs syriens, a annoncé le ministère syrien des Affaires étrangères.

Ces diplomates ne se trouvent pas actuellement sur le sol syrien.

"La Syrie a décidé de déclarer persona non grata les ambassadeurs des Etats-Unis, de France, de Grande-Bretagne, de Suisse, de Turquie, d'Italie, et d'Espagne, ainsi que les chargés d'affaires belge, bulgare, allemand et canadien", précise le ministère dans son communiqué.

Au moins 18 diplomates, en majorité occidentaux, ont été déclarés indésirables, selon le texte qui souligne toutefois que "la Syrie juge important le dialogue fondé sur les principes d'égalité et de respect mutuels entre Etats" et que "la diplomatie est un moyen nécessaire de contact pour résoudre les conflits et les problèmes en suspens".

Le ministère syrien exprime l'espoir en outre que tous les pays qui ont pris l'initiative de congédier les ambassadeurs syriens, "adoptent ces mêmes principes, afin de permettre le retour à la normale des relations" avec la Syrie.

Ces derniers mois, de nombreux ambassadeurs occidentaux en poste à Damas ont quitté la Syrie, rappelé dans leurs pays pour protester contre la répression de la révolte par le régime.

Le massacre de Houla --ville du centre de la Syrie où 108 personnes dont 49 enfants, ont été tués le 25 mai-- a provoqué l'indignation de la communauté internationale, conduisant de nombreux pays, comme la France, les Etats-Unis et le Japon, à expulser des représentants diplomatiques syriens dans leur capitale.

En 15 mois, les violences en Syrie ont fait plus de 13.400 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.
 

Première publication : 05/06/2012

  • SYRIE

    Washington propose un "scénario à la yéménite" pour sortir de la crise syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour Bachar al-Assad, la Syrie affronte une "guerre menée de l'étranger"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les puissances occidentales haussent le ton contre Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)