Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

FRANCE

Les familles des victimes juives de Mohamed Merah reçues par les juges

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/06/2012

Les magistrats menant l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban reçoivent ce mardi les familles des victimes juives assassinées le 19 mars par Merah, afin de les tenir informées de leurs droits et de l'état de la procédure judiciaire.

AFP - Les familles des victimes juives de Mohamed Merah seront reçues mardi après-midi par les magistrats menant l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban.

La rencontre servira à les informer de l'état de la procédure, de leurs droits, et des indemnités auxquelles ils peuvent prétendre, compte tenu du fait que l'action judiciaire ouverte vise des faits terroristes, ont indiqué les avocats des familles.

C'est à l'école Ozar Hatorah que Mohamed Merah a assassiné le 19 mars Jonathan Sandler, 30 ans, professeur de religion juive, ses deux fils Arieh (5 ans) et Gabriel (4 ans), ainsi que Myriam Monsonego (7 ans), la fille du directeur de l'école.



Mohamed Merah, un ancien petit délinquant de 23 ans devenu djihadiste selon ses déclarations aux policiers, avait auparavant assassiné avec le même sang-froid trois parachutistes les 11 et 15 mars à Toulouse et Montauban.

A l'école Ozar Hatorah, Mohamed Merah avait aussi gravement blessé Aaron Bijaoui, âgé de 15 ans et demi, qui reçoit toujours des soins médicaux et est très marqué psychologiquement selon son avocat.

Merah est tombé sous les balles du Raid le 22 mars dans l'assaut donné à son appartement toulousain alors que, selon ses déclarations aux policiers lors du siège, il se disposait à commettre d'autres assassinats.

Trois jours plus tard, une information judiciaire était ouverte pour complicité d'assassinats et association de malfaiteurs en vue de la préparation d'acte de terrorisme.

Le même jour, le frère du tueur au scooter, Abdelkader Merah, connu des policiers comme un islamiste radical et interpellé le 21 mars chez lui à quelques dizaines de kilomètres de Toulouse, était mis en examen pour complicité d'assassinats et écroué.

Cette rencontre entre juges et familles intervient alors que le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annonce lundi une enquête sur "ce qui a dysfonctionné" dans cette affaire.

Parallèlement, un livre à paraître le 14 juin ("Affaire Merah, l'enquête" des journalistes Eric Pelletier et Jean-Marie Pontaut) affirme que Mohamed Merah a été "détecté" en septembre 2011 par des services de renseignement occidentaux dans un fief taliban mais que cette information est parvenue en France après ses crimes.

Les juges enquêteurs ont déjà reçu le 14 mai la famille d'Imad Ibn-Ziaten, le premier des soldats tué par Merah le 11 mars à Toulouse.

Le 15 mars, Merah tuait deux autres parachutistes à Montauban, Abel Chennouf et Mohamed Legouade, et en blessait très gravement un troisième, Loïc Liber. Les juges ont également reçu en mai les proches de M. Legouade.

 

 

Première publication : 05/06/2012

  • FRANCE

    Les chefs des services de renseignement entendus dans l'affaire Merah

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'avocate du père de Merah affirme détenir la preuve de sa "liquidation"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mohamed Merah a finalement été enterré dans la banlieue toulousaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)