Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

SPORT

Groupe C : l'Italie en reconstruction face à l'Espagne tenante du titre

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2012

Malgré l'absence de Puyol et de Villa, les Espagnols, champions du monde et d’Europe en titre, se présentent comme les favoris du groupe C, aux côtés des Italiens. Ce sera à la Croatie et à l'Eire de tenter de faire bouger les lignes.

AFP - L'Espagne, tenante du titre et championne du monde, est la favorite du groupe C de l'Euro-2012 devant l'Italie en reconstruction, mais la Croatie et l'Eire sont habituées à jouer les trouble-fêtes.

Les fortes personnalités seront sur le banc. Le vieux roublard Giovanni Trapattoni pourrait bien jouer un tour à "son" Italie avec l'Eire et le jeune roublard Slaven Bilic sait que la Croatie n'a jamais perdu contre la "Nazionale".

Côté favoris, le sage Vicente Del Bosque tentera de renouveler l'appétit de la "Roja" pour l'exploit unique de gagner trois grands tournois d'affilée et le très classe Cesare Prandelli a déjà rendu sa dignité à l'Italie, où son "code éthique" surveille les exagérations de ses stars turbulentes, Mario Balotelli en tête.

Le groupe C peut-il toutefois échapper à l'Espagne et l'Italie? Oui, car les deux grands se rencontrent dès le premier match et un éventuel vaincu pourrait donner faim au vainqueur d'Eire-Croatie, s'il y en a un.

L'Armada toujours invincible ?

"L'Invincible Armada" espagnole vise la passe de trois, qu'aucun pays n'a jamais réussie. Mais elle est affaiblie par l'absence de Carles Puyol en défense centrale et de David Villa, meilleur buteur de l'Euro-2008 (4 buts). En outre, l'attaquant Fernando Torres sort de deux saisons ternes à Chelsea.

Mais l'incroyable réservoir espagnol, surtout en attaque, relativise ces menus problèmes. Del Bosque a encore le choix entre Roberto Soldado (Valence), David Silva (Manchester City/ENG) ou Juan Mata (Chelsea/ENG), qui sortent d'une excellente saison.

L'Italie est en reconstruction depuis son Mondial raté, et reste fragile en attaque, dépendant d'Antonio Cassano, absent des terrains six mois à cause d'un malaise cardiaque, et de l'imprévisible Mario Balotelli. Mais son sens tactique et son habitude des grands rendez-vous en font un client sérieux.

La Croatie a déjà atteint deux fois les quarts de finale de l'Euro, en 1996 et en 2008, mais son effectif souffre de la comparaison avec ceux de l'Espagne et de l'Italie. Ses deux meilleurs éléments évoluent en Angleterre, le meneur de Tottenham Luka Modric et le buteur d'Everton Nikica Jelavic.

Gare aux surprises

Mais Bilic, qui rejoindra après l'Euro le Lokomotiv Moscou, est un motivateur hors-pair et rêve de revanche après avoir manqué les demi-finales dans une fin de match à couper le souffle il y a quatre ans contre la Turquie (1-1, 3-1 aux t.a.b.), avec les deux buts marqués dans les ultimes secondes de la prolongation!

Prandelli redoute l'équipe au damier rouge et blanc. "Je connais Bilic, son travail et son équipe, explique-t-il. Elle pratique un jeu technique et a beaucoup d'orgueil, je crains la Croatie. Elle fera souffrir tout le monde, nous compris".

Reste l'Eire de Trapattoni. "Je connais ses pièges", prévient Prandelli, qui a été joueur du "Trap" à la Juve.

Le vieux sorcier italo-irlandais joue du statut de quatrième force du groupe de son équipe. "C'est ce que dit le classement Fifa, pour nous ce n'est pas un problème. Mais moi je pense toujours à la Grèce et au Danemark, champions surprises en 2004 et 1992", glisse le "Trap".

Son équipe est "un mélange d'orgueil, de conviction et de technique standard, mais homogène". Faute de Xavi, Balotelli ni Modric, il compte sur Robbie Keane. "C'est notre (Francesco) Totti, on ne peut pas se passer de lui", dit-il.

 

 

 

Première publication : 05/06/2012

  • EURO-2012

    Groupe B : Allemagne, Pays-Bas, Portugal... trois équipes pour deux places

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)