Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Amériques

Obama lance sa machine de guerre publicitaire contre Romney

Texte par Jon FROSCH

Dernière modification : 07/06/2012

Affaibli par les mauvais chiffres du chômage, le président-candidat Barack Obama s’engage dans une stratégie offensive, basée sur la multiplication des publicités critiques contre son rival républicain dans la course à la Maison Blanche.

Barack Obama ne perd pas de temps. À cinq mois du scrutin présidentiel, son camp dégaine déjà ses premières campagnes de "publicités négatives" contre Mitt Romney. Le candidat républicain y est présenté tour à tour comme un homme cupide, qui possède des comptes bancaires en Suisse, ou un gouverneur raté, qui a conduit le Massachusetts à la faillite lorsqu’il était à la tête de cet État du nord-est.

Obama est loin d’être le premier candidat à avoir recours à ces publicités négatives. “Elles sont même une tradition américaine", estime Karlyn Bowman, une experte au sein du think tank conservateur American Enterprise Institute. "Les recherches indiquent que ces attaques fonctionnent. Obama rappelle ainsi aux Américains qu’il est un combattant." Seule surprise pour l’analyste, le calendrier choisi par son équipe. "Il est virulent très tôt dans le long processus que représente une campagne."

Selon Lex Paulson, directeur adjoint de la campagne dans le Connecticut en 2008, ces “negatives ads” constituent bien un passage obligé pour le président sortant. “Étant donné la faible reprise économique et les mauvais chiffres sur le marché de l’emploi, le président est contraint de donner une image négative de l’autre candidat", explique-t-il.

Mauvais gouverneur et évadé fiscal

Les dernières publicités offensives s’intitulent "We've heard it all before" (On a déjà entendu tout ça) et “Broken Promises” (Promesses non tenues). Elles présentent Mitt Romney comme un piètre gouverneur du Massachusetts - un poste qu’il a occupé de 2003 à 2007 –, incapable de créer des emplois.

D’autres publicités télévisées décrivent le républicain comme un richissime capitaliste incapable de comprendre les problèmes de la classe moyenne. Après avoir rappelé les plans de licenciement qu’il a mis en œuvre en tant que PDG de l'entreprise de capital-investment Bain Capital, une voix déclare: "c’est ce qu’on peut attendre d’un gars qui a un compte en Suisse” (Romney a reconnu avoir eu des comptes à son nom en Suisse entre 2003 et 2010).

Lancé par l’équipe de campagne d’Obama, le site Internet romneyeconomics.com compile les vidéos présentant Romney comme un requin de la finance qui a amassé sa fortune aux dépens des autres. Sur l’une d’entre elles, un ouvrier métallurgiste au chômage accuse Romney "d’avoir détruit la carrière et la vie de milliers de personnes".

Attaques "écœurantes" ou stratégie gagnante ?

Cette stratégie de campagne ne plaît pas à l'ensemble du camp démocrate. Des membres éminents du parti ont mis en garde contre l’impact que pourrait avoir la répétition des attaques contre le capitalisme auprès de ses riches donateurs. Surtout qu’Obama a déjà fait des mécontents en tentant de réguler Wall Street après la crise financière.

Ainsi, l’étoile montante du parti démocrate, le maire de Newark, dans le New Jersey, Cory Booker, a été parmi les premiers à demander l’arrêt de ces attaques "écœurantes". L’ancien président Bill Clinton, qui reste très populaire auprès des classes moyennes et des financiers de Wall Street, est lui aussi venu au secours de Romney, qualifiant même son bilan d’homme d’affaires de "remarquable".

Obama reste pour l’instant sourd à ces mises en gardes. “C’est ainsi que sera la campagne”, a-t-il lancé le mois dernier à des journalistes. "Je dois penser aux travailleurs de ces vidéos tout autant qu’aux autres qui ont eu plus de succès."

Lex Paulson estime, lui, que le président américain a eu raison de s’engager sur cette voie. "Romney dans le rôle du capitaliste sans cœur, c’est un slogan parfait pour la base démocrate et cela parle aussi aux électeurs indécis qui ont pris en grippe les élites de Wall Street. Les donateurs démocrates les plus intelligents verront bien qu’il s’agit d’une stratégie."


Obama obligé de prendre des risques

De son côté, Karyln Bowman estime que la stratégie offensive adoptée par l’équipe d’Obama pourra se révéler dangereuse à long terme. "Il risque d’y perdre l’une de ses grandes forces, son image d’homme sympathique et aimable”.

À ce jour, le président ne semble pas avoir affaibli sa réputation : un sondage récent indique même que 56 % d’Américains le trouvent toujours sympathique.

Première publication : 06/06/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Obama favorable au mariage gay : une annonce historique et calculée

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama se lance officiellement dans la campagne présidentielle

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Quel vice-président pour le républicain Mitt Romney ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)