Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

FOCUS

Dakota du Nord : les Amérindiens demandent le gel du chantier de l'oléoduc

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vanessa Wagner, le piano engagé d'une virtuose classique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Grèce de nouveau au menu de l'Eurogroupe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le croque-mort se rebiffe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Reding : "Si l’Europe ne joue pas, ce sont les autres qui vont nous imposer leurs règles"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE-Canada : un traité de libre-échange indispensable ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

La laïcité, une vieille idée très moderne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : 6ème anniversaire du début de la Révolution

En savoir plus

EUROPE

Angela Merkel plaide pour une "union politique" en Europe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2012

À l'occasion d'une interview à la télévision allemande, la chancelière a émis le souhait de voir la cohésion politique et budgétaire du Vieux Continent renforcée. Même si l'Union européenne doit fonctionner à deux vitesses...

AFP - La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré jeudi matin qu'elle souhaitait travailler à une "union politique" en Europe, quitte à accepter l'idée d'une Europe à deux vitesses si certains pays bloquent.

"Nous avons besoin de plus d'Europe (...) d'une union budgétaire (...) et nous avons besoin avant tout d'une union politique. Nous devons pas à pas abandonner des compétences à l'Europe", a-t-elle déclaré dans une interview à la télévision publique allemande ARD. Mais "nous ne devons pas rester immobiles parce que l'un ou l'autre (pays) ne veut pas encore suivre", a-t-elle dit.

La chancelière s'exprimait au lendemain d'un entretien téléphonique avec le président américain Barack Obama, avec qui elle a évoqué la nécessité de mesures pour renforcer la zone euro, selon la Maison Blanche. Mme Merkel reçoit jeudi à la mi-journée le Premier ministre britannique David Cameron avec qui elle doit discuter de la crise de la zone euro.

Angela Merkel a par ailleurs tenté jeudi matin de tempérer les attentes autour du sommet de l'Union européenne prévu fin juin, estimant qu'il n'allait pas régler tous les problèmes d'un coup.

Elle a expliqué ne pas croire "qu'il y ait un seul sommet capable de tout régler d'un coup", soulignant qu'elle voulait faire au sommet de juin une proposition pour un programme de travail avec l'objectif d'une union politique.

Elle a de nouveau expliqué sa stratégie de croissance pour l'Europe. "La consolidation budgétaire et la croissance sont les deux faces d'une seule et même médaille", a-t-elle dit, soulignant que la croissance devait venir d'une compétitivité renforcée dans les différents pays de l'Union européenne.

"Nous devons, chaque pays d'Europe, nous confronter avec nos propres faiblesses", a-t-elle dit.

 

Première publication : 07/06/2012

  • ZONE EURO

    Les Vingt-Sept s'accordent sur une relance par la croissance

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Ouverture d'un sommet européen sur fond de frictions franco-allemandes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)