Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

FOCUS

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face à Macron, le général de Villiers rend les armes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Remaniement ministériel en Côte d'Ivoire

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 1)

En savoir plus

Moyen-orient

Les observateurs de l'ONU pris pour cible en se rendant à Hama

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2012

Au lendemain d'un massacre qui aurait provoqué la mort d'une cinquantaine de personnes dans la région de Hama, les observateurs de l'ONU ont été pris pour cible par des tirs à l'arme lourde et se sont vus interdire l'accès au lieu.

AFP - Des armes lourdes, des balles perforantes et des drones ont été utilisés contre les observateurs de l'ONU déployés en Syrie, a déclaré jeudi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon devant le Conseil de sécurité, selon des diplomates.

Les diplomates qui ont assisté à la réunion à huis clos ont indiqué que, selon Ban Ki-moon, cette tactique visait à forcer les observateurs à se retirer de régions où les forces syriennes ont été accusées de mener des attaques.

Selon des responsables onusiens, des véhicules de la Mission de supervision de l'ONU en Syrie (MISNUS) sont pris pour cible quotidiennement ou presque.

M. Ban a aussi déclaré au Conseil de sécurité, où siègent quinze pays, que les observateurs avaient vu des convois militaires syriens approcher de villages et qu'ils avaient essayé de les empêcher de mener des assauts contre des zones habitées mais qu'ils avaient été ignorés.

Ban Ki-moon et l'émissaire international Kofi Annan ont pris la parole devant le Conseil de sécurité quelques heures après la perpétration d'un nouveau massacre en Syrie qui a fait 55 morts, dont des femmes et des enfants.

 

Première publication : 07/06/2012

  • SYRIE

    Une centaine de personnes massacrées dans la région de Hama, selon l'opposition

    En savoir plus

  • Massacre de Deir Baalba en avril, un survivant témoigne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Création d'un fonds de soutien de 300 millions de dollars pour appuyer la révolte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)