Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

FRANCE

François Hollande souhaite faciliter la reconnaissance d'un État palestinien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/06/2012

Le président français, qui a reçu ce vendredi à l'Élysée le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a affirmé son intention de faciliter la reconnaissance d'un état palestinien via un processus de négociations.

AFP - La France cherche avant tout "être utile" pour relancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens qui peut, seul, aboutir à la reconnaissance d'un Etat palestinien, a indiqué vendredi François Hollande à l'issue d'un entretien avec Mahmoud Abbas.

"Aujourd'hui, nous devons tout faire pour reconnaître l'Etat palestinien à travers un processus de négociations.

"Un François Hollande prudent et mesuré"

Ce qu'attendent les Palestiniens, ce n'est pas une proclamation, c'est qu'il puisse y avoir, au terme d'un processus de négociations avec les Israéliens et un accord de paix, la reconnaissance de l'Etat palestinien", a déclaré M. Hollande devant la presse.

"Nous n'avons pas d'autre démarche que de faciliter cette négociation (...), nous pensons que c'est d'abord et surtout au travers de la négociation que nous devons aboutir au résultat qui est attendu", a-t-il ajouté.

"Nous avons de bonnes relations avec les Israéliens et avec l'Autorité palestinienne, ce qui nous permet de faire passer un certain nombre de messages et de faciliter la reprise du dialogue (...). Nous avons à chercher à être utiles", a poursuivi le président français à l'issue de son premier entretien, à l'Elysée, avec M. Abbas.

"C'est ça, la position de la France: être utile, faire en sorte que nous puissions donner des sécurités, et aux uns et aux autres. Sécurité pour les Israéliens de vivre en paix dans des frontières sûres et puis sécurité pour que les Palestiniens sachent bien que c'est au bout de la négociation que se trouvera le reconnaissance", a-t-il insisté.

Première publication : 08/06/2012

  • ONU

    La Palestine devient membre à part entière de l'Unesco

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Tensions entre les États-Unis et l'Unesco sur la reconnaissance d'un État palestinien

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    À Paris, Abbas salue le rôle de la France dans la libération de Gilad Shalit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)