Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Frileuses, les entreprises amassent un pactole record au lieu d'investir

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Asie - pacifique

Soldats français tués : le retrait des troupes commencera en juillet

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2012

À la suite de l'attentat qui a coûté la vie à quatre soldats français dans l'est de l'Afghanistan, ce samedi, François Hollande a précisé que le retrait des troupes françaises, prévu pour s'achever à la fin de l'année, débuterait en juillet.

REUTERS - L'armée française a essuyé samedi ses premières pertes en Afghanistan depuis l'élection de François Hollande à la présidence de la République le 6 mai.
Quatre soldats ont été tués et cinq autres blessés, dont trois grièvement, dans la province de Kapisa, dans l'est du pays.

Cette attaque suicide est intervenue quelques jours après la visite du président François Hollande, le 25 mai, aux troupes basées à Nijrab.

Le chef de l'Etat a confirmé dans la journée sa décision de retirer dès cette année la plupart des 3.400 militaires français toujours déployés en Afghanistan, soit deux ans avant la date prévue par l'Otan.

François Hollande : "Tout doit être fait pour que nos troupes remplissent leurs obligations"

Dans une déclaration solennelle à la préfecture de Tulle (Corrèze), il a précisé que l'opération débuterait au mois de juillet et qu'elle s'achèverait à la fin 2012.

D'ici là, tout doit être fait pour que les troupes "remplissent leurs obligations" avec "le niveau le plus élevé de sécurité et la plus grande vigilance", a-t-il dit.

"Face à cette épreuve, les Français resteront rassemblés", a ajouté le président français.

La dernière attaque meurtrière contre des troupes françaises de la coalition de l'Otan remonte au mois de janvier dernier. Quatre soldats avaient également trouvé la mort dans la région montagneuse de Kapisa.

La France a perdu 87 soldats en Afghanistan depuis 2001. L'attaque de samedi a été revendiquée par les taliban.

"Il s'agit d'un incident regrettable. Des soldats de la coalition patrouillaient dans un petit bazar et ils ont été attaqués par un kamikaze portant une burqa", a dit à Reuters un
porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur, Sedik Seddiki.

Le chef de la police régionale, Abdul Rahman, avait un peu plus tôt indiqué qu'une attaque suicide avait visé des militaires français dans le district de Nijrab.

Le Drian sur place dimanche

"A travers ce drame, c'est toute la France qui est touchée aujourd'hui", a déclaré François Hollande, saluant "le courage et le dévouement de nos troupes françaises en Afghanistan".

"La guerre en Afghanistan va continuer même après le départ des troupes françaises"

Il a annoncé que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rendrait en Afghanistan dès dimanche.

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a fait part de son "immense tristesse" et condamné "un acte de barbarie sans nom".

"Rien n'est plus odieux et plus lâche qu'un attentat kamikaze. La démocratie ne doit jamais capituler devant cette violence", déclare-t-il dans un communiqué.

La dirigeante du Parti socialiste, Martine Aubry, estime que le chef de l'Etat a su "trouver les mots justes pour exprimer le soutien du peuple français aux familles des victimes et à leurs proches et pour dire toute notre admiration devant le courage de
notre armée".

"Dans un tel moment, la France doit se rassembler dans l'hommage national décidé par le président de la République", écrit-elle dans un communiqué.

Lors de son bref déplacement à Kaboul, le 25 mai, François Hollande avait confirmé sa volonté de retirer cette année les troupes combattantes françaises stationnées dans le pays, que Paris continuera d'aider ensuite "sous d'autres formes".

Le départ "non négociable" des quelque 3.400 soldats français encore en Afghanistan "sera ordonné et coordonné (...) en bonne intelligence avec nos alliés", avait-il déclaré.

Ce retrait commencera par celui des troupes combattantes, qui sera achevé avant la fin de l'année et concernera 2.000 personnes, a-t-il précisé.

Des militaires français resteront sur place pendant quelques mois en 2013 pour gérer le rapatriement du matériel. La France restera ensuite en Afghanistan pour développer une coopération économique et culturelle, a dit François Hollande.

Première publication : 09/06/2012

  • AFGHANISTAN

    Quatre soldats français tués dans un attentat-suicide en Kapisa

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Un double attentat fait vingt morts à Kandahar

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'épineux dossier afghan au programme du sommet de l'Otan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)